30/09/2010

Une certaine peine...

excuses.jpg

 

 

Je sais, le Conseil d’Etat genevois s’est excusé.

Donc acte.

Mais quand même…

Je me suis senti blessé en tant que catholique pratiquant que notre gouvernement ignore ma communauté de foi.

Ce n’est pas tous les jours qu’un évêque, alors qu’il est en fonction, décède.

Il existe des règles protocolaires ou simplement du bon sens.

Je sais, il est plus drôle et plaisant d’aller à la fête des vendanges de Russin, que les pompes de certaines messes peuvent en dissuader plus d’un, mais…

La communauté catholique est encore sensible à Genève d’une histoire parlant de rupture, d’exclusion, d’extrême.

Il fallait en tenir compte.

Vous êtes 7.

Fribourg est une bien belle ville et votre Mercedes de fonction est confortable.

Et si vous ne le pouviez vraiment pas, il restait le président de Grand conseil.

Vous ne trouvez pas qu’il est un peu humiliant de devoir s’excuser.

06:47 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

N'avez-vous pas peur des insultes en avouant que vous êtes catholique pratiquant? D'aucuns trouve absurde d'être scientifique et croyant! Ceci dit, je suis entièrement d'accord avec votre billet.

Bonne journée

Écrit par : zakia | 30/09/2010

Même la mort se montre impolie,alors ne vous sentez pas responsable,souvenez-vous il y a eu votre élection ,soyez indulgent avec vous aussi
bonne journée à vous

Écrit par : line.bielmann | 30/09/2010

Et que dire de l'incompréhensible absence des autorités genevoises aux obsèques de Georges Marchais ? Notre pauvre petit Anastase en a conservé une aigreur opiniâtre.

Écrit par : F. Salina | 30/09/2010

Ainsi donc nos 7 super conseillers d'Etat amnésiques tous en même temps mais n'y a-t-il pas un service du protocole avec un directeur et n'y a-t-il pas un secrétariat général pour rappeler à l'ordre les conseillers d'Etat. Decidément Genève ne fonctionne pas comme le reste de la Suisse.
Désolent

Écrit par : MGD | 30/09/2010

Dr. Buchs,

Permettez-moi de compatir à votre peine.

Bien à vous.

Écrit par : CEDH | 02/10/2010

Les commentaires sont fermés.