13/10/2010

Et cela continue...

scandale.jpg

 

 

Cela devient vraiment, excusez moi le terme, du « foutage de gueule ».

Après l’augmentation injustifiée des primes, la disparition des réserves, le silence du Conseil fédéral, l’assurance Intras vient de décider, qu’à partir de 1er janvier ses assurées devront payer leurs médicaments puis se faire rembourser.

But de la manœuvre, se débarrasser des malades qui coûtent chers.

Un écrémage du portefeuille d’assurance. Une sélection des risques, scandaleuse car interdite par la loi, et des centaines de personnes laissées pour compte, paniquées et angoissées.

Une honte.

Vous avez un cancer, le Sida, passez votre chemin. L’Intras ne vous veut plus.

Et bonne chance pour changer d’assurance.

Ne vous en faites pas, elles vont tout faire pour ne pas vous avoir comme adhérent.

A quoi sert encore la LAMAL ?

La solidarité ?

Fini, terminé, la loi de la jungle.

Monsieur Burkhalter, il est temps de vous réveiller.

06:46 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

nos hommes politiques dépassés ,il y a de quoi après les infos d'antenne 2 hier soir,les Russes nous ont tous possédés,peut-être qu'en étant humains ceux nous gouvernant comme ceux de certains autres pays n'ont pas senti la menace en provenance des océans!

Écrit par : lovsmeralda | 13/10/2010

on nous dit tout mais on nous cache tout,depuis 1950 j'observe ces fameux ballets politiques , ces hommes et femmes courant dans tous les sens,sont comme nous je pense pris en otage face aux supers grandes puissances ,ce que je nomme le fameux syndrome de Stockholm,la France ayant signé des accords avec la Russie pour le nucléaire,qui elle a signé avec la Chine et l'Inde,quand aux coréens on n'ose imaginer leurs projets et tant mieux ,l'humanité dépassée confrontée à quelque chose dont elle ne connait ni les tenants ni les aboutissants,vous êtes politiciens,raison qui fait qu'en vous écrivant ce texte,je me dis qu'il faut avoir beaucoup de courage pour l'être et aussi faire preuve de beaucoup d'humilité pour admettre qu'en politique comme dans toutes professions,y'a des moments sans doute de profond découragement,ce qui est peut-être le cas pour monsieur Burkalter!

Écrit par : lovsmeralda | 13/10/2010

Mon cher député-au-grand-conseil-nommé, c'est le système libéralq uoide plus normal ? Vous espériez convertir les crocodiles à la diète végétarienne? Le commerce est fondé sur l'exclusion, l'exclusion de ceux qui ne peuvent pas s'offrir un bien, pas sur le partage. Pensez-vous que le jour où l'on privatisera complètement la poste, les entreprises iront distribuer des lettres au fin fond des grisons sur des routes de montagne enneigées l'hiver ? Une caisse unique et solidaire risque de nous couter très cher et reproduire le fameux trou de la sécu mais c'est le seul moyen de garantir une certaine forme d'égalité devant la maladie. un certaine forme car nous n'échapperons pas à une médecine à deux vitesses, car l'Etat n'aura jamais les moyens de garantir une médecine de pointe pour tous, elle sera réservée aux cliniques privées qui elles vont aussi choisir les bons risques.

Écrit par : Anastase | 13/10/2010

La sélection des risques est interdite, exact. Mais la nouvelle pratique d'Intras n'a rien d'illégale : le système du Tiers-Garant (l'assuré paie au fournisseur de prestation et se fait rembourser par l'assureur) est celui prévu par défaut par la LAMal, sauf si une convention Tiers-Payant a été signée. Et du côté du fournisseur de prestation (médecin, pharmacien) celui-ci est obligé - également par la loi - de remettre une facture détaillée à son patient. De plus, l'assuré peut signer une cession de créances en faveur du pharmacien.

Écrit par : Liz72 | 13/10/2010

@Liz72 : Vous avez raison, mais c'est théorique. le médecin établit une facture et attends le payement du patient :OK.
Le pharmacien lui doit fournir un médicament qu'il a acheté. Il ne peut le donner gratuitement en attendant un hypothétique remboursement.
La cession de créances est une chose diablement compliquée.
Bref j'ai des patients qui vont être obligé de changer d'assurances car ils n'ont pas les liquidités pour payer leur traitement.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 13/10/2010

Je vous rappelle que s'il appartient, en principe et de par la loi fédérale, au patient de payer le prestataire de service (médecin, pharmacien, etc .. ) et de se faire rembourser par sa caisse cela résulte de la tenace volonté des médecins suisses. Alors peut-être que vous pourriez commencer par balayer devant votre porte.

Cette plante vénéneuse c'est bien vous qui l'avez cultivée.

Le Pharmacien peut parfaitement remettre au patient les médicaments gratuitement (ou contre les 10 % que le patient devra de toute les manières payer). Pour le reste (les 90%) le pharmacien peut parfaitement se faire rembourser par l'assurance. Il suffit que le patient signe un papier (cession de créance au pharmacien).

Il peut aussi envoyer une facture à son client. Mon bon docteur est-ce que vous faites payer cash vos patients ?

La loi est claire.

http://www.admin.ch/ch/f/rs/832_10/a42.html

Mais nos pharmaciens ne sont pour la plupart que des vulgaires épicier de luxe, avide de gain et ignorant du secret professionnel. Il ne faut donc pas compter sur eux.

Quoiqu'il existe des pharmaciens civilisés.

Parlez-en à votre pharmacien et si nécessaire changez de pharmacien !

La loi est claire et la cession est parfaitement valable. Si donc il existe des caisses qui refusent d'appliquer la loi, dénoncez-les immédiatement sur la place publique.

Une personne âgée peut parfaitement comprendre que par son accord elle charge sa pharmacie des formalités administratives et ne va certainement pas rechigner à le faire.

Et les pharmaciens peuvent parfaitement centraliser ce processus de recouvrement par l'intermédiaire d'une institution commune afin de regrouper leurs forces et faire valoir leurs droits si contestation il y a.

Si elles ne veulent pas rendre ce service à leur client et désirent être payé rubis sur l'ongle, c'est un choix commercial d'épicier de luxe.

Écrit par : CEDH | 13/10/2010

@CEDH : Un grand merci pour votre commentaire. Les médecins ne se plaignent pas de leur façon d'être payés. Nous l'avons voulu ainsi. Nous ne voulons pas être les employés de caisses maladies.
La cession de créance, méthode que je connaisbien, n'est pas si simple à utiliser. Les assurances sont chicanières.
Les pharmaciens vont bien s'occuper de leur clients, pas de soucis en vue, mais c'est la méthode qui irrite avec pour seul but d'éliminer les mauvais cas, ceux qui coûtent.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 13/10/2010

Merci à Anastase qui pour une fois contribue au débat de façon constructive.

Écrit par : F.Salina | 13/10/2010

Merci mon bon Salina.

Écrit par : Anastase | 13/10/2010

Les commentaires sont fermés.