26/11/2010

Le médecin expert : un ennemi public.

 

expert.jpg

 

 

La perpétuelle bataille entre les avocats et les médecins experts.

Si vous êtes d’accord avec eux, vous êtes un bon expert, si vous êtes contre, vous êtes un vendu.

Un peu primaire comme réflexion.

Maître Poggia va déposer un projet de loi pour créer une organisation cantonale chargée de gérer les expertises.

OK, mais ces organisations existent déjà, elles s’appellent des COMAI (centre d’Observation Médical AI) et Genève en possède une.

Ce sont ces organisations qui ont négocié avec l’OFAS (Office Fédéral des Assurances Sociales) un forfait de 9000 francs pour des expertises faites par 3 experts.

En moyenne, une expertise c’est 10 heures de travail pour un expert. Il va toucher au maximum 2000 francs (le reste est pour les frais de fonctionnement de l’organisation) soit 200 francs de l’heure. Je rappelle que le Tarmed (le tarif officiel des médecins) c’est 220 francs de l’heure.

Alors où est le scandale…

Comme médecin expert, je me dois d’être complètement indépendant de l’organisation qui me mandate.

C’est la règle et si je m’éloigne de ces directives, je suis passible de sanctions sévères.

C’est déjà arrivé. Un confrère a été exclu de l’Association des Médecins de Genève.

Sur le plan éthique nous n’avons pas de leçons à recevoir d’un avocat.

Le problème actuel ce n’est pas les médecins experts. Une organisation cantonale n’y changera rien.

C’est le fonctionnement de l’AI. Plutôt le dysfonctionnement de l’AI.

Là, il y a une bataille à mener.

06:34 | Lien permanent | |  Facebook |  Imprimer | | | |