14/12/2010

ça craint...

peur.jpg

 

 

Franchement, je n’aimerais pas être un employé de banque travaillant dans une succursale bancaire, proche de la frontière française.

J’aurais les boulles et le trouillomètre à zéro.

Tous les matins et le soir se dire que c’est peut-être pour aujourd’hui.

Voir des types se pointer avec des armes de guerres et des explosifs.

Sacré traumatisme psychologique.

Mais comme les frontière ne sont plus surveillées et que les connexions entre la police genevoise et française doivent, probablement, passer par New-York, vous pouvez retourner chez vous ni vu ni connu.

Les douanes, elles, préfèrent mettre le paquet au Tessin pour arrêter les réfugiés venant d’Italie.

Bonne nouvelle, je viens de lire que notre frontière va être truffée de caméras de surveillance.

Génial et super utile.

Cela m’étonnerait que cela fasse peur à la pègre lyonnaise.

Il faut patrouiller et surveiller.

Il faut être présent physiquement.

La Confédération doit répondre à nos craintes en redéployant différemment ses fonctionnaires ou en augmentant leur nombre.

Schengen ou pas, cela n’a rien à voir.

06:22 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

ce que je craindrais ce sont les boulettes sans ailes dans d'autres domaines aussi!si les radicaux aiment les boullette on comprend pourquoi les socialiste et libéraux doivent ramer ,alors ramons en choeur!
toute bonne journée à vous!

Écrit par : lovsmeralda | 14/12/2010

"Schengen ou pas, cela n’a rien à voir"

Vous croyez vraiment à ce que vous dites ????
C'est comme pour le Tarmed; vous ouvrirez les yeux dans quelques années seulement ...

Écrit par : Gipi | 14/12/2010

Les commentaires sont fermés.