23/02/2011

Médecine à deux vitesses...

médecine.jpg

 

 

Nous sommes en train de vivre une paupérisation de la classe moyenne.

De plus en plus, mes patients refusent de faire des examens, repoussent des investigations et ne prennent pas les traitements pour ne pas devoir payer leur franchise.

Ils ne sont pas à l’assistance sociale.

Ils travaillent et gagnent correctement leur vie.

Le problème, pour diminuer la charge que représentent les primes des assurances maladies, ils ont choisi des franchises élevées.

Ils ont pensé être en bonne santé, ils n’ont pas imaginé le pépin de santé et ils ne peuvent pas avancer autant d’argent.

Franchement, à quoi sert une assurance, dont on paye les primes et qu’on ne peut pas utiliser.

Le système actuel a montré son inefficacité.

Il faut le réformer en profondeur et vite.

Les primes doivent être calculées en fonction du revenu.

Les franchises doivent être abaissées.

Le marché de l’assurance maladie doit être ouvert aux assurances étrangères.

Il faut séparer complètement l’assurance de base de l’assurance privée.

Vous devez vous réveiller, Monsieur BURKHALTER.

07:02 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

critiquer Burkalter on veut bien,mais êtes-vous sûr cher Monsieur que les raisons indiquées par vos patients soient bien celles que vous décrivez?car la mort de ce jeune suite à une mauvaise prescription peut laisser planer le doute et peut-être que vos patients pour ne pas vous blesser,ou par crainte ont argumenté de faux propos!qui sait!
bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 23/02/2011

@ lovsmeralda

Ridicule et de plus, hors-sujet !

Écrit par : Gipi | 23/02/2011

Pas si ridicule, Gipi.
Si les malades sont prêts à investir dans autre chose que des examens ou des médicaments, ce peut être aussi parce qu'ils attribuent une valeur moindre à leur santé ou aux traitements qu'on leur propose. Par bien des personnes, les signaux du corps ne sont pas respectés et ils négligent leur santé tant qu'ils peuvent fonctionner. Trop souvent, ils vont chez le médecin pour être rassurés plutôt que pour comprendre ce qu'ils ressentent.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 23/02/2011

@Gipi,je maintiens mes propos car personne ne sait ce que doivent endurer les gens seuls et aux mains de gérance qui ne savent plus comment faire pour enquiquinner ceux-là et celles-ci,les gens sont devenus patients de leur appartement demandant très souvent des soins en urgence auxquels plus personne ne peut répondre,alors de guerre lasse ces gens ne se soignent plus,le stress de l'attente qui peut prendre trois mois,a fait disparaitre la douleur,et la vie reprend son cours,celle-ci disparue,ils l'ont carrément oubliée,tandis que leur plombier ou autre maitre d'état répondra ,mais vous les gens âgés avez le temps d'attendre,oui mais à condition de connaitre l'heure à laquelle vous viendrez répondra la personne seule,et là mystère,personne ne sait,alors se soigner dans ces conditions c'est galère..et tous les politiciens le savent très bien!

Écrit par : lovsmeralda | 23/02/2011

Tout à fait d'accord Dr. Buchs. Pourquoi paie-t-on les assurances? Ma complémentaire privée vient de me refuser une nuit passée en clinique que mon médecin jugeait indispensable. Ça fait des années que je paie cette assurance au cas où. Et voilà ma récompense. J'arrive à la fin de la cinquantaine et aujourd'hui me demandais à quoi ça rime ce monde qui va de pire en pire alors que l'espace de ma vie aurait dû voir des progrès en tous genres. Pourquoi de nos jours y a t-il plus de pauvreté, moins de propreté, plus de violence, moins de dignité et de respect? Ma réponse la plus simple en un mot: l'avidité.

Écrit par : K. | 23/02/2011

@K. Pour votre assureur complémentaire, vous n'êtes plus un client intéressant du moment que vous commencez à consommer des soins. Il va donc multiplier les tracasseries pour vous faire renoncer à votre contrat, voire y mettre un terme lui-même à l'occasion d'un "sinistre" important.
En plus c'est parfaitement légal.

Écrit par : F. Salina | 23/02/2011

Si tant de patients renonçaient à se faire soigner, les coûts de la santé baisseraient. Or, ils ne font qu'augmenter. Les gens qui font des calculs pour éviter de payer des primes élevées devraient au moins avoir l'élémentaire prudence de provisionner un montant égal à celui de leur franchise. C'est de la simple économie domestique, matière autrefois enseignée dans toutes les écoles, et qui est du ressort des cantons. Ce n'est pas à M. Burkhalter d'apprendre aux gens à faire un budget pour leur ménage.

Le principal problème de la médecine est celui de la transparence des coûts, et ce problème se retrouvera dans n'importe quel système, quelque réforme que l'on veuille faire subir au système actuel.
Par exemple:
- la multiplication des actes médicaux lorsqu'un patient passe d'un service à l'autre (on refait les mêmes analyses en passant du service d'oncologie au service de chirurgie, juste parce que tel service ne peut pas faire confiance à tel autre),
- le suréquipement de certains cabinets médicaux ou services hospitaliers (qui doivent forcément rentabiliser leurs investissements),
- l'absence de répercussion directe sur l'assuré concerné des conséquences de sa négligence (le malade qui se pointe aux urgences la nuit parce qu'il commence à paniquer, alors qu'il aurait eu le temps de venir durant la journée sur rendez-vous devrait supporter seul le surcoût lié à sa négligence - car c'est un peu facile de négliger sa santé, puis d'exiger d'être soigné à n'importe quel prix aux frais de la collectivité).

Il faut impérativement cesser de partir de l'idée que la médecine est bien gérée, et de faire supporter systématiquement aux assurés toutes les conséquences de la mauvaise gestion.

Écrit par : Till Eulenspiegel | 24/02/2011

@Till l'espiègle combien d'hommes en période de séparation ont avoué avoir supprimé toutes leurs assurances pour économiser ,il est bon d'entendre aussi parfois ce qui se dit dans la rue!

Écrit par : lovsmeralda | 24/02/2011

Tout ça me donne envie d'arrêter de payer mes assurances et de m'inscrire chez Dignitas. Parce que finalement c'est ça le message: on coûte trop cher alors "à la poubelle"!

Écrit par : K. | 24/02/2011

je ne voudrais pas retourner le couteau dans la plaie,sans jeu de mots,mais êtes vous au courant du programme vaste échelle lancé sur Internet ,nommé programme de recherches , de connivence avec un Institut connu pour ses nombreuses dérives,ayant pris sous son aile ceux ayant répondu,personnel médical,diététiciennes ,personnel soignant les accueillant lors de visites régulière avec tous ceux décidés à subir des controles réguliers, prise de sang faites et ensuite conservées au frigo ,vaste canulard ou vérité,je pencherais pour la seconde ,connaissant l'Institut en question ayant pris le nom d'un cèlébre biologiste éradiqué par l'Ordre des Médecins français de l'époque ,ceci juste en réponse à votre question du jour,mais on peut aussi supposer qu'il s'agit de patients ayant décidé sur le conseil de leur assurance de prendre avis auprès de différents médecins,avant de se décider

Écrit par : lovsmeralda | 25/02/2011

Les commentaires sont fermés.