31/03/2011

Cela grenouille, boulevard de la Cluse.

grenouille.jpg

 

 

Bruissements, petites phrases, billets d’humeur à la RSR, coup de gueule de notre Leader Maximo, Super Gominé.

La nomination de René Prêtre,  à Lausanne, a provoqué un sacré cheni dans le landernau médical et politique genevois.

Bon ok, c’est décidé, on ne peut plus rien faire.

Essayons d’avoir un autre point de vue.

Cet épiphénomène révèle la fragilité du fonctionnement d’un hôpital universitaire.

Il faut être visible, people.

Il faut bouffer l’adversaire, qui est l’hôpital universitaire d’à côté.

Il faut se réserver des compétences qui rapportent.

Il fait drainer un bassin de population de plus en plus grand.

Et bigre, la Suisse romande est toute petite.

Et comme nous ne sommes pas dans l’Europe, ben la collaboration transfrontalière n’intéresse pas du tout, mais alors pas du tout Petit Corps Maussade.

Alors voilà, il est nécessaire que nous collaborions entre Genève et Lausanne.

C’est ce qui se fait, enfin c’est ce que l’on nous dit.

Donc, il est probable que la nomination de monsieur Prêtre  a fait l’objet de tractations et que Genève a du obtenir une compensation à la perte probable de son centre de chirurgie cardiaque infantile.

Laquelle ?

06:43 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

quand on pense aux différents opposant grands patrons et leurs élèves devenus généralistes ,ayant perduré de nombreuses années privant le patient de soins appropriés espérons que cette ambiance désastreuse pour ce dernier ait enfin disparu!que de temps et d'argent perdu pour des querelles entre prof et élève comme quoi la rancoeur médicale ne devrait jamais retomber sur le patient ,hélas trois fois hélas aussi!en l'occurence ce fut un prêtre mais de formation religieuse qui mit un terme aux bals des hopitaux ayant fait valser le patient et sa famille pratiquement dans toute la suisse,sans doute les profs médecins de l'époque enseignant ailleurs sitot une place requise zut le grand patron y'était et il fallait re-beloter à chaque fois ailleurs,la médecine dit qu'il faut marcher pour être en bonne santé ,soyez rassurés les familles ont couru mais, en souvenir du Régiment 8 n'ont pas parlé,maintenant ces militaires grands musiciens ayant souffert de graves maladies pulmonaires peuvent reposer en paix!
témoignage en leur souvenir!

Écrit par : gavroche | 31/03/2011

Les commentaires sont fermés.