07/04/2011

Et bien, on a du souci à se faire...

DRG2.jpg

 

 

Un peu facile comme titre. On peut dire que, ces temps, nous avons l’embarra du choix.

Punaise, faut mieux pas trop réfléchir.

A partir du premier janvier 2012, les hôpitaux vont devoir utiliser les DRG. Un truc génial qui ne fonctionne pas en Allemagne et qui va vous mettre en formules et en équations.

Bon, vous devez vous faire hospitaliser pour un machin chose. Une charmante dame, ou un charmant monsieur, va entrer dans un gros ordinateur, votre âge, celui de votre chien, la couleur des cheveux de votre belle-mère, le nombre de membres du PDC genevois (espérons que l’ordi sera assez puissant), votre maladie, le risques de complications et le montant du leasing de la voiture du chirurgien. Bon ce n’est pas exactement cela, mais ça s’en rapproche.

Et bing, l’hosto aura droit à un montant X forfaitaire pour vous soigner.

Après 3 ou 4 jours, vous allez probablement coûter trop cher.

Alors bye bye, go home.

Pourquoi faire simple…

Les toubibs vont devoir passer leur temps à codifier les dossiers.

L’administration va adorer, puisqu’elle pourra croître et croître en encore croître.

Mais sur le terrain…

Rien n’est garanti, ni la formation, ni les salaires, ni les dotations en personnel soignant.

Ce truc chose sera dirigé par une société anonyme Swiss-DRG AG, sans aucun contrôle de la part du parlement fédéral.

La FMH, H+ (les hôpitaux suisses), la Conférence des directeurs cantonaux de la santé, ont exprimé leurs préoccupations.

J’espère que ce n’est pas trop tard, en attendant battons-nous pour exiger un moratoire sur les DRG.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

le monde est géré par des fous et tout le monde devient fou mais surtout les médecins.

Écrit par : K. | 07/04/2011

est-on sûr que ce système n'était pas employé en allemagne dans les années que l'on sait?

Écrit par : lovsmeralda | 07/04/2011

Les commentaires sont fermés.