01/06/2011

Oû en est-on ?

réseau2.jpg

 

 

On nous avait promis une révolution.

Les réseaux de santé allaient régler les problèmes des coûts de la santé.

Garanti sur facture.

Résultats : patinage dans le yogourt.

Les deux chambres fédérales n’arrivent pas à se mettre d’accord.

A un tel point que le Conseil des Etats a demandé au Conseil fédéral de travailler par ordonnance.

Génial, un vrai outil démocratique.

J’espère que le Conseil National n’aura pas cette même idée.

On évacue le débat, on s’en lave les mains et on évite un référendum.

J’ai déjà dit tout le mal que je pensais de cette loi sur les réseaux de santé.

Il n’y a pas besoin de légiférer puisque les réseaux existent déjà, à Genève depuis 1994.

Les jeunes médecins préfèrent cette solution.

Alors laissons faire « l’entreprise privée ».

L’usager n’est pas bête.

S’il se rend compte qu’il est bien soigné, que les prestations sont à la hauteur, il ira naturellement vers ces structures.

Attention à l’ « usine à gaz ».

06:36 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

mais feriez vous partie des naifs croyant dur comme fer et les yeux fermés sur tout ce qui est promis par les politiciens en premier et nos parlementaires,nous les vieux y'a longtemps qu'on accorde plus aucun crédit à ce qui se dit surtout en année électorale ou celle précédent tout est psychologiquement fait pour jouer au jeu de l'avion à l'insu de tous et grâce à la carotte des vraies fausses belles promesses nous transformant en ânes ou ânesses,à l'inverse de tant de médecin manquant de psychologie un être supérieur à qui nous pourrions distribuer le trophée de cette science humaine réussit à faire courir le peuple dès le 23 janvier et ce depuis des lustres,enfin rassurez-vous dés 60 ans vous pigerez ce qui vous fut caché avant,bon courage
bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 01/06/2011

Le défaut de cette réforme réside moins dans ses intentions que dans sa mise en place. Alors qu'il s'agissait au départ de créer un incitatif en diminuant la quote-part des assurés qui rejoindraient les réseaux de soins, nous en sommes arrivés à son contraire avec un dispositif coercitif qui majore la quote-part de ceux qui choisiraient le status quo. Cette dérive est révélatrice d'une schizophrénie du discours politique: on proclame haut et fort sa foi dans le pouvoir modérateur des réseaux tout en instrumentant une loi qui trahit un grand scepticisme à cet égard. Associée à l'imminence des élections fédérales, cette ambivalence risque de conduire à l'ensablement provisoire du projet.

Écrit par : F. Salina | 01/06/2011

@encore un coup de Bruxelles quand donc notre pays quittera les jupons de la Belgique on le voit avec la psychose du concombre tous ces technocrates n'auraient -il qu'un seul plaisir se couvrir de ridicule tout en faisant peur aux peuples qu'ils manipulent sans vergogne,la question reste posée mais le concombre espagnol aura prouvé aux eurosceptiques s'il en était besoin qu'ils avaient raison de ne pas vouloir adhérer à l'UE

Écrit par : lovsmeralda | 01/06/2011

Bon, c'est pas que je veux "ramener ma fraise" en tant qu'"usagère" du système de santé, mais bon : en effet, à Genève, à la suite des grandes villes de Suisse allemande, cela fait en effet longtemps que les réseaux de santé existent. J'en fait partie depuis le début et en tire tout le profit possible et imaginable. Bien soignée, bien accueillie, bien orientée par mes "gate keepers" expérimentés et attentifs à leurs patients. Comme d'hab' Berne (soupir....) et la politique nationale a toujours quelques trains de retard.

Quelle démocratie directe ????????? C'est fatiguant à la fin d'avoir un personnel politique national au mieux incompétent, au pire cynique et préoccupé par sa réélection tous les 4 ans (sans parler des lobbys, of course, il faut bien que tout le monde en croque...)

M'enfin, c'est la Suisse, paraît-il, et on ne peut y échapper, paraît-il.

Pour ma part, fatiguée par toutes ces pertes de temps, manque d'intérêt du peuple, je suis pour la fin de la démocratie directe et enfin, enfin DE LA VRAIE POLITIQUE !!!!! Vive les mouvements de citoyens (même dans la rue) et le bon sens helvétique y survivra, j'en suis sûre. Assez de toutes ces initiatives qui pompent l'énergie de tous et coûtent une fortune aux citoyens de toute façon désabusés, pass

Écrit par : anne cudet | 02/06/2011

@anne cudet,oui comme vous dites si bien on en a marre de ces jeunes croyant pouvoir bousculer tout le monde grâce à des référendums des initiatives des votes poubelles et surtout de projets servant à réformer des réformes qui seront dans 6 mois à re-réfomer surtout quand on pense au coûts astronomiques des dits projets pouvant aller jusqu'à 10 000 francs voire davantage,mais élection oblige aussi c'est le fameux carnaval des futurs conseillers ayant résisté aux chants des alouettes,et ce jeu est aussi vieux que celui de l'avion qui dure depuis la création du monde de la Réforme,si tu fais pas ceci c'est ou panpan cucul ou tu vas en enfer,mais pavés lui très souvent par d' infâmes structures pornos !

Écrit par : lovsmeralda | 06/06/2011

Les commentaires sont fermés.