08/07/2011

ça bouchonne...

 

Aujourd’hui, la Julie est en pétard.

8 jours pour se faire opérer à l’hôpital cantonal.

Pas terrible comme carnet.

Peut vraiment faire mieux.

Le problème, c’est que l’été, on se sent des âmes de Tarzan et on désire rechercher sa Jeanne de lianes en lianes.

Et patachlac, on se prend la gamelle, et les urgences n’arrivent plus à suivre.

Mais l’été, c’est aussi la période de vacances et …

Donc, il faut peut-être se demander si des solutions de remplacement peuvent exister ?

Transfert dans un autre hôpital…

Collaboration avec des cliniques privées…

Pas possible actuellement, mais avec la nouvelle loi, dès le 1er janvier 2012, des accords pourront être passés entre l’Etat et le privé.

En attendant, rester huit jours à attendre avec une fracture du col du fémur, je n’aimerais pas que cela arrive à ma mère.

attente.jpg

06:57 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Vous avez raison phénomène de saison à croire qu'en étant humain on est appelé à servir d'exutoire afin d'attirer le regard des responsables de la santé qui eux s'en fichent comme de l'an 40 on a même vu des patients en pleine crise vésiculaire être refoulés et qui dès le lendemain devaient re- entrer en urgence afin d'y être opéré par chance le chirurgien mandaté pour ce genre d'intervention était de service depuis 1970 on le voit dans d'autres hopitaux rien n'a changé vraiment on y croit tous en période de nouveau gouvernement ,l'optimisme est de mise et ensuite patatras rebelote même constat,l'avantage comme dirait Eistein la machine fausse les vraies visions du monde ce qui au finish plonge les humains dans la décadence de l'illusoir que savent si bien maintenir en équilibre les politiciens seuls domaines ou ils n'ont plus rien à envier aux meilleurs artistes de chez Knie,car tout le monde l'affime maintenant le copinage,séminaires et autres conférences auront suffit à faire capoter tout le système des soins que ce soit en soins physiques ou en psychiatrie car la psychologie à elle seule n'arrivera jamais à stoper l'envie de tuer chez un psychopathe ,les anciens infirmiers en psychiatrie pourraient témoigner de leur travail ,les électrochocs furent aussi abandonnés depuis 1970,encore une fois tout est à revoir mais depuis le temps osons nous encore espérer un avenir meilleur,croisons les doigts je vois mal des jeunes endosser le travail de leurs ainés qui avaient fait 39 45,c'est peut-être là toute la différence ,à trop d'argent l'envie de même bien travailler elle aussi a disparu autant être réaliste qu'utopiste le domaine des soins n'a rien a gagner avec ces derniers !
je tiens tout de même à préciser ne pas être en faveur des électrochocs c'était une horreur aussi pour le personnel,parcontre des injections de Truxal firent merveille même sur les plus agités qui devaient être maintenus très souvent par 4 infirmiers ,en ce temps là la police travaillait main dans la main avec la psychiatrie ,les uns savaient qu'ils pouvaient compter sur les autres!
très bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 08/07/2011

A en croire mon médecin, il faut remercier le TarMed pour cela !

Écrit par : Gipi | 08/07/2011

C'est démoralisant de lire ce qu'il est advenu de beaucoup d'hôpitaux qui avaient pourtant bonne réputation,leurs patrons partis qu'en reste-il ,on avait une école d'aide assistante en soins qui fut fermée comme tout ce qui fonctionne bien,parcontre si je peux me permettre un conseil pour les jeunes d'aujourd'hui n'ayez jamais peur de prendre des initiatives le monde du travail apprécie ceux qui osent même s'il faut du culot et ne jamais croire à cette affirmation un peu trop facile ,on va me fiche à la porte c'est pas vrai !on a connu cette forme de chantage de la part de cadres qui disaient y'en a 50 dehors allez y ,hé bien justement on leur a tenu tête et cela leur a montré qu'on en avait pas peur pour preuve elles ou ils étaient les premiers à nous demander pour les remplacements et surtout arrêtez de comparer la réalité avec des feuilletons comme Urgence ou Grey's Anatomy faussant l'idéal des soins qui n'existe qu'en voyant un patient quitter une division et vous remerciant ,il faut stimuler les jeunes dès le berceau en cela nous pouvons être reconnaissants à nos géniteurs et à tous nos anciens patrons qui surent nous faire une entière confiance même si souvent nous avons été à l'encontre de ce qui nous était recommandé,ne jamais faire un diagnostic réservé au médecin seul,mais sauver une vie demande à être très rapide,expérience tentée et jamais regrettée !

Écrit par : lovsmeralda | 08/07/2011

Ce n'est pas avec un Pierre-François Unger à la tête du département (DARES)que les choses vont évoluer. Votre ami PDC a ronflé pendant des années au social plus préoccupé par sa petite personne que pour assumer ses responsabilités, aucune raison que cela change à la santé ou il roupille depuis 2005 !!!
Le problème de Genève reste toujours le même, l'incurie et l'incompétence de ses dirigeants.

Écrit par : citoyen | 08/07/2011

Un nombre croissant de genevois pense que les services publics de santé se dégradent à Genève ( temps d’attente exagérés, temps de prises en charge devenant de plus en plus long, reports d’opérations chirurgicales, personnel indisponible, etc. )

Pour ma part je fais partie de ces très nombreux genevois qui ont expérimenté ces dernières années ce que je nomme une très nette dégradation du service public aux HUG.

Et, puisque chacun sait que les ténors PDC de la santé publique à Genève que sont Unger et son bras droit Gruson ont tendances à répondre aux genevois en leur disant qu’ils se font des idées ( voir Unger disant aux genevois que leur sentiment d’insécurité n’était qu’un « sentiment » ne reflétant pas la réalité ), je me suis dit qu’il était temps d’aller regarder ce qui se passe au niveau des statistiques et de la réalité des chiffres.

Et là, autant le dire, les données statistiques en matière de santé publique à Genève relèvent de la misère… Des statistiques pauvres et incomplètes, quasiment pas de séries longues permettant de se faire une idée sur plus de dix ans et pire lorsque ces séries existent elles sont rendues illisibles par des modifications d’une année à l’autre dans la manière de mesurer les variables ( interruptions de série ).

Alors que nous vivons dans une démocratie et que le principe de transparence devrait obliger l’Etat à rendre accessible et disponible aux citoyens toutes informations utiles, on a en matière de santé publique l’impression que tout a été fait pour rendre extrêmement difficile et opaque la lecture de ces statistiques. ( Rem. le lecteur sera ici intéressé de savoir que presque « toutes » les séries statistiques économiques portant sur la période avant et après l’entrée de la libre-circulation ont été rendues exagérément difficiles à lire du fait que – ce n’est pas un hasard – des modifications méthodologiques dans la manière de les établir ont été introduites à peu près partout en Suisse après 2002… )

Mais bref, en matière de santé publique à Genève voilà ce que j’ai pu en tirer…

Tout le monde se pose la question de cette dégradation aux HUG, voilà donc quelques chiffres qui peuvent donner quelques indications… :

Si de 2003 à 2004 le personnel des HUG a progressé de 0,07 % le nombre total d’admissions de patients a lui progressé de 16,5 %...

De même, si de 2005 à 2008 le personnel des HUG a diminué de 1,63 % le nombre total d’admissions a lui progressé de 12 %...

C.Q.F.D Lorsque le personnel diminue ou stagne mais que le nombre d’admissions de patient augmente, alors il est dans le cours des choses que les prises en charge s’allongent et que des opérations soient reportées et que certains citoyens en souffrent…

On appréciera. Ces conséquences sont le résultat du plan d’économie mis en place dans la santé publique à Genève et mis en œuvre par les ténors du PDC. PDC dont leur plus fameux conseiller national, Dominique Ducret, est en ce moment poursuivi pour être un des responsables des pertes de plus de 2 milliards de la Banque cantonale… On appréciera…

Le PDC qui a mis en œuvre un plan de réduction des charges des HUG qui s’opère maintenant sur le dos des patients et de nos aînés mais dont les politiciens délégués à la Banque cantonale avaient auparavant perdus plus de 2 milliards…

On aurait pu en faire des choses aux HUG avec ces 2 milliards que nous avons dû rembourser et qu’il a alors manqué dans la caisse…

Quelle honte !

Je ne comprends pas que l’on puisse encore voter pour ce parti d’hypocrites.

STATISTIQUE :

Les chiffres du tableau ci-dessous ( j’espère qu’il passera correctement dans le message, si non désolé ) sont tirés des tableaux suivants :

T 14.02.1.1.12 Emploi dans les hôpitaux et cliniques

T 14.02.1.1.08 Admissions dans les hôpitaux et cliniques ( ici, des établissements publics médicaux )

Disponibles ici :
http://www.ge.ch/statistique/domaines/14/14_02_1/tableaux.asp#2

Rem. On ne peut lire la progression de 2003 à 2008 du fait que la série est interrompue par un changement dans la manière de comptabiliser les admissions en 2005 ( rupture de série ). Les chiffres disponibles ( pas de série plus longue disponible ou données tout simplement absentes ) ne m’ont permis de reconstituer que les progressions allant de 2003 à 2004 et de 2005 à 2008. La colonne de gauche indique le personnel total des HUG par année, et celle de droite le nombre total d’admissions.




2003 9'169.7 88'587
2004 9'176.0 ( + 0,07 % ) 103'222 ( + 16,5 % )
2005 9'307.1 114'890 (1)
2006 9'300.9 121'930
2007 9'086.6 123'561
2008 9'154.9 ( - 1,63 % ) 128'470 ( + 12 % )
2009 9'420.3 ( + 1,2 % )

(1) Dès 2005, chaque changement de site hospitalier au cours d'une même hospitalisation est compté comme une nouvelle admission.
Rem. D’un point de vue statistique le matériel rendu public par l’Ocstat ( office cantonal de la statistique ) est dérisoire. Les incongruités laisse sans commentaire ; dans le tableau sur le nombre de personnel hospitalier il n’est par exemple pas possible de connaître l’évolution du nombre de médecins et d’infirmières dans le service public, je trouve pour ma part un tel manque de détail inadmissible, c’est se moquer du monde… De même que le comptage comme admission des simples changements de site hospitalier dès 2005 pouvait parfaitement être détaillé puisqu’il est par définition connu ou connaissable et qu’ainsi détaillé il aurait permis de facilement publier une série lisible dans le temps sans interruption. Franchement du point de vue de la transparence et donc de la démocratie, c’est tout simplement inadmissible.
Pour le reste, un de ces tableaux ( je ne dirai pas lequel, ils n’ont qu’à faire leur travail ) contient des variations tout simplement incongrues et inexplicables, elles n’ont pas été reprises ici.

Si vous avez trouvé ce commentaire utile et citoyen sachez que les partis politiques gouvernementaux et les faiseurs d’opinion de la Tribune de Genève pensent que je suis un danger pour la république, un « populiste ».

Écrit par : 022 | 08/07/2011

@022, des populistes il en faut et vous seriez étonné de leur nombre dans notre pays!

Écrit par : lovsmeralda | 08/07/2011

@022 Un grand merci pour votre long et passionnant commentaire. Je pense que le principal problème des HUG, c'est le manque de personnel sur le terrain et la pléthore du personnel administratif.
Pas assez de médecins, d'infirmiers(ières),d'aides.
La Suisse ne forme pas le nombre de médecins nécessaires pour faire tourner les hôpitaux et le problème est le même pour le personnel infirmier.
L'attente de 8 jours est la résultante du manque chronique de personnel sur le terrain associé aux absences dues aux vacances.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 09/07/2011

contrairement a vos affirmations ( documentées par ? )cher Monsieur il n'y a pas pléthore de personnel administratif ( le rapport entre personnel de soins et le personnel de logistique/administratif est de 75 % pour les soins et 25% pour les seconds !
Si nous avions eu la chance de votre participation aux réunions du reseau de soins vous nous auriez sûrement apporte vos suggestions pour réduire les files d 'attente !

Écrit par : bernard gruson | 12/07/2011

contrairement a vos affirmations ( documentées par ? )cher Monsieur il n'y a pas pléthore de personnel administratif ( le rapport entre personnel de soins et le personnel de logistique/administratif est de 75 % pour les soins et 25% pour les seconds !
Si nous avions eu la chance de votre participation aux réunions du reseau de soins vous nous auriez sûrement apporte vos suggestions pour réduire les files d 'attente !

Écrit par : bernard gruson | 12/07/2011

Ah ah ah scène de ménage entre Gruson et Buchs on aura tout vu sur ce blog mais absolument tout. le néo-lib caché derrière son masque de carnaval d'humaniste chrétien vient de se faire moucher par nardnard. Dites-nous Bertrand, vous ne deviez pas vous envoler cers les mers turquoises pour fêter les nouveaux tarifs du TARMED ? Rassurez-vous, les cliniques privées de la Réunion sont loin d'être engorgées par les pauvres.

Écrit par : Anastase | 12/07/2011

Difficile de ne pas réprimer un rire sonore en voyant l'ex-professeur André Langaney recyclé en Anastase dénoncer ici une prétendue duplicité alors même qu'il bloque tout commentaire sur son propre blog (l'Anachronique) en se justifiant au moyen de ce petit chef d'oeuvre de veulerie:

"Un mot sur les commentaires : je les trouve très bien et les lis sur les blogs des autres - la Tribune est très ouverte ! -, j'y répondrai si utile, mais, sur les sujets sensibles que j'aime bien, je ne souhaite pas qu'ils soient lus en même temps temps que mes notes, donc je n'en prends pas par cette voie. Désolé !"

La Tribune a beau être très ouverte, il semblerait que notre Staline carougeois en profite pour pratiquer sa petite politique de la fermeture des opinions non-conformes.

Écrit par : F. Salina | 12/07/2011

Trop c'est trop de nombreuses personnes ayant passé l'âge vénérable des 65 ans se plaignent du mauvais accueil qui leur réservé que ce soit en dentisterie ou en hopital,alors si on pouvait inventer un questionnaire à remplir par le soignant le jour de la visite avec une échelle des valeurs humaines de 10 à 20 qu'il aurait à remplir par devant le patient le jour même cela permettrait quelques humiliations en moins,de type vous n'aviez pas besoin d'accepter les soins de celui que je remplace!on est pas des animaux et encore ceux ci se voient auréolés de soins coutant très chers,de vrais cliniques,tandis qu'un humain dès l'âge de la retraite se voit estampillé outrageusement par un ou une personne qui se doit de soigner et non humilier,durant 40 ans on refusait d'enlever les dents maintenant on repproche aux patients de ne pas l'avoir alors qu'ils ou elles étaient les premier à supplier encore jeunes et plein d'allant ce qui doit l'être maitenant avec tous les effets secondaires supposés,non vraiment plus rien ne tourne rond dans notre très très chère Helvétie excepté manque de respect envers la personne âgée,ce qui devrait aussi permettre d'inventer des JO dédiés au plus grand manque de vraies valeurs face aux personnes âgées notre pays serait en tête c'est sûr!

Écrit par : lovsmeralda | 15/07/2011

Les commentaires sont fermés.