21/09/2011

Qu'en est-il des rayons X ?

rayons X.jpg

 

 

La question revient toujours.

Combien de radiographies par an ?

Combien de scanners ?

Les doses, les risques ?

Et le personnel… !

Les progrès font que nous recevons des quantités de rayonnement bien moindre.

Mais…

Toute l’année, je porte un petit détecteur, qui me calcule mon exposition.

Les résultats sont toujours de zéro.

Est-ce fiable…

Le Dr. Russo du Conseil Italien de la Recherche a étudié des échantillons sanguins provenant de 10 médecins cardiologues (European Heart Journal, DOI : 10.1093/euroheartj/ehr263).

Il a découvert des taux de peroxyde d’hydrogène (un marqueur des dommages causés aux cellules) 3 fois plus haut que la norme.

Mais aussi, et c’est rassurant, 2 fois plus de glutathione que la normale.

Ce glutathione est un antioxydant qui a pour rôle de protéger les cellules.

Alors, êtes-vous rassurés ?

Mais, on ne sait pas, en lisant cet article, si la dose d’antioxydant est suffisante pour protéger et aussi réparer les dommages cellulaires.

Rien ne remplace un bon examen clinique…

06:22 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

ah ces bons vieux pédoscopes qui attirèrent de nombreux clients et ce en 49 déjà afin que pieds et chaussures puissent ensemble valser à la meme cadence,malheureusement comme toutes nouveauté,ces appareils forts usités par des pieds malformés laissèrent des séquelles pour toute la vie sur des humains plus habitués à marcher nus pieds que chaussés,l'arthrose des doigts de pied s'invitait à vie!

Écrit par : lovsmeralda | 21/09/2011

Toute l’année, je porte un petit détecteur, qui me calcule mon exposition. Les résultats sont toujours de zéro.

eh oui ... pas facile d'impressioner même un détecteur.

Des chercheurs du Visconsin ont essayé de passer un programme du PDC aux rayons X, à leur grande surprise la plaque est demeurée entièrement noire, opaque. Ils avaient pensé tout d'abord que leur appareil était défectueux et on multiplié la puissance mais le seul résultat obtenu a été de rendre leur labo inutilisable pour 50 ans. La communauté scientifique se perd en conjectures. L'université catholique de Louvain mandatée par l'institut scientifique pontifical a cependant émis l'hypothèse que cette réaction était normale car l'objet irradié avait une composition de nature tellement evanescente que seul un éclairage oblique projeté par un tomographe UDC pourrait en révéler les contours.

Écrit par : Anastase | 21/09/2011

@Anastase : vous vous levez tard aujourd'hui. Quelques libations hier au soir !

Écrit par : Bertrand Buchs | 21/09/2011

Les commentaires sont fermés.