29/09/2011

Tarifs d'apothicaire...

aphoticaire.jpg

 

 

Vous comprenez quelque chose au sujet des nouveaux tarifs des caisses maladies !

Moi, rien, mais alors là que dalle.

Pourquoi 2.9 % dans le canton de Genève et 1.5 % dans le canton de Vaud.

Le pompon,  c’est la baisse à Berne.

Pourtant l’année passée, c’étais la banqueroute garantie.

Au moins, le vol de nos réserves aura servi à quelque chose.

Bref, monsieur Burkhalter triomphant peut nous dire que nous avons évité 7%.

Comment fait-il ses calculs ?

Mystère et boulle de gomme.

Vous ne trouvez pas que cela sent l’arnaque électorale.

Je me fais réélire en décembre et hop je deviens ministre des affaires étrangères.

Ni vu, ni connu, à un autre de s’y coller.

Nous ne pouvons plus accepter ce cirque.

Demandons un moratoire des primes tant que la vérité sur la gestion des caisses ne soit pas faite.

Et je ne parle pas des jeunes. Bonjour les dégâts.

Hier soir j’ai écouté les explications de la directrice fribourgeoise de la santé.

Il faut que je retourne au collège. Ou alors je deviens vieux, ce qui est la vérité.

Les jeunes doivent plus payer parce qu’ils ont utilisé les réseaux ou les hautes franchises.

Donc les assurances perdent de l’argent sur les réseaux et les hautes franchises.

Intéressant comme concept.

Bref, il fait beau.

Allons plutôt manger une glace au bord du lac.

Je sens que je vais m’énerver.

06:46 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Quand on a compris la magouille des programmes logiciels et autres moyens informatisés on ne cherche même plus la solution à des problèmes devenant de plus en plus insolubles,car l'ordinateur sait programmer mais ne sait pas déprogrammer c'est toute la différence entre lui et l'humain,surtout depuis les fameux changements d'horaires d'été et hiver!en 2006 de nombreux programmes logiciels durent être retournés en Grande Bretagne car non adaptés à notre système suisse!vous avez dit progrès?

Écrit par : lovsmeralda | 29/09/2011

Au Conseil Federal les Suisses sauvés.
Avant parfaire la formation geriavite.
le temps passe les pages se tournent.
Maman la reine mère aussi.
Docteur nous vous attendons au club des aines.
Place aux nouvelles générations de l avenir.
Les bons payeurs des inepties des aines.
Docteur vous êtes aussi responsable de l émergence de ces résultats. N êtes vous pas acteur.
Malheureusement, votre parole ne pèse pas bien lourd.
Rdv a l EMS.

Écrit par : Bstar | 29/09/2011

Vous ne pouvez pas d'un côté réclamer plus de solidarité, une meilleure compensation des risques, voir une caisse unique et maintenant vous plaindre que, selon la directrice fribourgeoise de la santé, ceux qui choisissent des franchises hautes doivent payer un peu plus.

Si vous choisissez un système de type libéral alors les dépenses seront principalement à charge de ceux qui se font soigner. Si vous voulez une caisse unique et solidaire alors les dépenses seront plutôt à charge de tous.

Il faut bien de les dépenses soient payées par quelqu'un, à moins que l'on décide d'essayer de les diminuer. A ce sujet je serais curieux de connaître vos propositions car, en lisant votre blog, très intéressant par ailleurs, j'ai l'impression que vous être contre beaucoup des évolutions en cours dans le domaine de la Santé (DRG/assureurs/informatique/Managed Care par exemple).

Avec mes meilleures salutations

Écrit par : MC | 29/09/2011

@MC: un grand merci pour votre commentaire. Vous avez raison, je suis d'accord quasiment sur rien. Pour moi avant de se lancer dans des reformes qui ne pourront pas faire baisser les couts ( a part limiter les prestations) il faut faire de l'ordre. Je ne suis pas certain que les primes que nous payons sont le strict reflet de nos dépenses. Je demande donc un contrôle indépendant des caisses maladies pour savoir ou exactement a passer notre argent.
Après on peut commencer a discuter.

Écrit par : Bertrand Buchs | 29/09/2011

Notre gouvernement à défaut de nous mener en bateau, nous conduit à la débandade ! L'an dernier il nous a été assuré que le milliard de francs trop-perçus en faveur des caisses maladie seraient redistribués aux assurés sous forme de stagnation de primes. Que dalle.
Pour ma personne, je paie un millier de francs par mois de primes et mes frais médicaux ne dépassent pas - pour l'instant - la franchise annuelle maximum. C'est cher payé, mais cela provient du facteur-chance-bonne-étoile (vie saine) qui me suit depuis quelques années. Le trop payé que j'ai déboursé annuellement, plus de fr. 8000.--, devrait contrebalancer les frais médicaux d'assurés atteints dans leur santé. Je doute que ce montant n'aille plutôt dans la poche des caisses-maladie.

Écrit par : Claude | 29/09/2011

@ Claude

95 %. 95% des primes finissent dans la poche des prestataires de services. Soit du bon Dr. Buchs et de ses compères. Les honoraires des médecins sont très élevés, plusieurs fois plus élevés que de l'autre côté de la frontière. 5 % sont consacrés à l'administration des caisses, qui doivent payer leurs employés.

95 %. Il faut dire que les prestataires de services ne sont pas dans la misère. Ce que les banques savent bien dès lors qu'elles octroient des crédits d’installation à hauteur de 500'000 francs pour l'ouverture d'un cabinet médical (et quelques centaines de milliers de plus, si nécessaire).

95 %. Vous n'êtes pas malade, tant mieux pour vous. Cela vous permet d'ignorer le coût de la santé. Etre malade est ruineux. Vous ne voulez pas payer pour les autres. Pour ceux qui sont malades. Alors moi j'arrête de payer pour les écoles et l'université, les prestations complémentaires aux personnes âgées, les transports publics. Et puis, pourquoi pas, pour l'administration fiscale.

Des problèmes il y a.

La concurrence qui conduit à une concurrence tordue. La concurrence doit se jouer sur les frais de gestion -et elle le fait- et non sur les prestations. Comparis doit être fermé.

Quant des privés exercent une tâche étatique, ils sont soumis à surveillance étatique. L'état peut donner des ordres généraux ou particuliers qui doivent être suivis. La base légale a été consacrée. L'administration n'en fait rien. Pourquoi ? Politique des petits copains. Liens incestueux entre les caisses maladies et l'office fédéral. Là est le premier problème à régler. Il faut virer certains hommes qui font obstacle à l'application de la loi.

Autre problème : les réserves. Les caisses doivent perdre le contrôle de leurs réserves. Les réserves doivent être gérées de manière centralisée. De même, tout le trafic des paiements doit être centralisé. Le primes doivent atterrir directement en les mains d'une centrale de compensation (comme en matière d'AVS/AI/APG) et la centrale de compensation payer directement les assurés ensuite d'une décision des caisses.

Quant à la caisse unique, elle engendrait une lourde et couteuse administration comme c'est déjà le cas à la CNA.

Prestations d'assurances CNA : 3'720 Millions. Frais d'exploitation 520 millions. Près de 14 % de frais d'exploitation. Une armada de couteux fonctionnaires destinés à ne pas payer, à tordre la loi. Armada qui engendre des coûts énormes. Près du triple de l'assurance maladie. En plus elle finira par être abondé par des cotisations salariales, qui a terme diminuerons les salaires nets et tuerons les emplois les moins qualifiés. Et cerise sur le gâteaux : déficit. Endettement.

Finalement, Claude, je ne comprend pas comment vous payez 8000 francs par an et 1000 francs par mois.

Écrit par : CEDH | 29/09/2011

@CEDH: Votre propos ne correspond pas exactement à la réalité dans la mesure où environ 20% des primes servent à alimenter les réserves et provisions des assureurs. Ces fonds "techniques" ne sont donc pas utilisés pour payer des prestations.
Pour la CNA il faut veiller à ne pas comparer des poires et des pommes. L'assurance accident est une activité très différente de l'assurance maladie qui nécessite un travail plus complexe. Elle assume des tâches de prévention, de détection précoce, de réinsertion et sert des rentes. Par contre si l'on compare les frais administratifs de la SUVA avec ceux d'autres assureurs accidents, on voit qu'elle est plus compétitive.
Vous avez en revanche parfaitement raison pour les réserves de l'assurance maladie. Tant que persistera l'incohérence de primes cantonales adossées à des réserves calculées sur une base nationale, il faudra s'attendre à payer plus que ce que l'on coûte pour subventionner un dumping transcantonal des primes.
Créer un fonds de réserve national permettrait de diminuer le taux de réserves et donc les primes et contribuerait à réduire la colossale inefficience de l'assurance maladie en Suisse.

Écrit par : F. Salina | 29/09/2011

Bravo Salina !!! MAis quelle virtuosité intellectuelle. Ainsi donc une réserve nationale permettrait d'éviter l'incohérence des tarifs? Rien que ça Eh qui va le gérer ce fond ? Les assurances ? Vous êtes un véritable génie...Salina, vous devriez proposer vos services à Burckhalter, il a besoin de l'aide de gens comme vous. Vous n'êtes pas souvent drôle mais là vous pourriez faire un tabac au café de la faucille dorée.

Écrit par : Anastasea | 29/09/2011

Je ne parlerais pas vraiment de virtuosité intellectuelle concernant Anastase.Il ne semble rien comprendre à ce qui s'écrit ici et n'arrive même plus à écrire son pseudonyme correctement.C'est pourtant moins difficile à épeler que Langaney.Le résultat d'une soirée bien arrosé à la Faucille dorée ?

Écrit par : Winkelried | 30/09/2011

Des fois faut pas chercher à comprendre mais là...

Écrit par : riad avec piscine marrakech | 04/10/2011

Les commentaires sont fermés.