19/10/2011

Faites chauffer vos plumes !

referendum_badge.jpg

 

 

Le référendum contre la modification, du 30 septembre 2011, de la loi sur l’assurance maladie (Réseaux de soins) a été lancé.

L’ensemble des médecins suisses ont, par vote et à une forte majorité, signifié leur opposition à ce changement.

Nous ne voulons pas d’une obligation d’entrer dans un réseau.

Nous ne voulons pas que les personnes qui ne désirent pas cette solution doivent payer plus cher.

Nous avons peur d’une restriction d’accès aux soins et surtout d’une limitation du catalogue des prestations.

Nous voulons conserver le libre choix de son médecin.

Vous devez savoir que les réseaux ne sont pas une nouveauté en Suisse.

Que plus d’un million d’assurés ont choisi cette solution et qu’elle n’a jamais fait baisser les coûts.

Vous devez savoir que les réseaux sélectionnent les bons risques (assurés jeunes et en bonne santé).

Et que la plupart du temps, dès qu’une personne souffre d’une pathologie chronique ou grave, elle quitte le réseau pour pouvoir choisir plus librement ses médecins.

Un vrai fausse bonne idée, qui va encore plus compliquer le rapport patient-médecin et faire croître l’administration et la paperasserie.

Alors n’hésitez pas à signer !

06:48 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Nous ne voulons pas d’une obligation d’entrer dans un réseau.

Nous ne voulons pas que les personnes qui ne désirent pas cette solution doivent payer plus cher.

Nous avons peur d’une restriction d’accès aux soins et surtout d’une limitation du catalogue des prestations.

Nous voulons conserver nos privilièges et nos revenus

Nous refusons toute forme de changement qui équivaudrait à un sacrifice

Nous sommes profondément attachés à une médecine libérale qui nous exempte de toute réflexion sur la santé publique et le bien commun

Nous refusons le constat selon lequel nous sommes devant une hausse systémique liée au vieillissement de la population, au renchérissement des traitements encouragés par le corps médical qui y trouve son profit, à la cartélisation des industries pharmaceutiques (avec lesquelles nous travaillons main dans la main) qui imposent les prix des médicaments.

Nous refuson toute forme de contrôle sur nos pratiques respectives sauf celles que nous nous imposons à nous-même


Votez pour le corps médical car il représente vos intérêts

Écrit par : Anastase | 19/10/2011

En lisant les résultats peu encourageants du réseau fesses de boucs et après avoir suivi la débacle généralisée aux seins de couples bien de chez nous ayant adopté Caramail,en effet refuser les réseaux serait préférable,car qui dit réseau dit appartenance et l'on ne sait que trop les dérives qui peuvent en découler,laissons libre choix médecins et patients ne s'en porteront que mieux
Les vraies féministes se gaussent intérieurement en voyant tous ces réseaux,celles se prétendant ultra-féministes se sont octroyée un auto-goal,la preuve elles cherchent des hommes car souffrant de fusionnites aigues et de réseautisme et sans hommes elles sont décontenancées,fallait y penser avant!
toute bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 19/10/2011

Bonjour Docteur Buchs,

Vous devriez lire le dernier rapport de l'OCDE/OMS sur la santé en Suisse. Elle est décrite comme étant de bonne qualité mais trop chère et surtout elle manque de coordination et d'actions de préventions.

Ce n'est pas avec des individualistes réfractaires à tout changement que nous allons changer cela.

Je pense qu'il est également temps que les médecins cessent de croire qu'ils représentent les patients. En tant que patient, je ne comprends pas que je doive patienter très longtemps dans une salle d'attente, que je ne puisse pas communiquer avec mon médecin par des moyens modernes et qu'à chaque nouvel intervenant dans la chaîne de soins j'ai l'impression de devoir tout recommencer à zéro.

Permettez-moi deux exemples:

Un de nos enfants a eu des petits soucis de boutons depuis très jeune. Il est passé du pédiatre à un dermatologue dans notre canton qui l'a envoyé chez un "grand spécialiste" hors canton. Ce spécialiste nous a expliqué les solutions "possibles". Une des crèmes les plus performantes ne pouvait malheureusement être utilisée car notre enfant était encore trop jeune. Arrivé à l'âge possible pour utiliser cette crème plus performante nous avons recontacté ce spécialiste pour savoir s'il était possible d'utiliser la crème et d'avoir une ordonnance. Le spécialiste ne pouvait bien sûr pas nous prescrire la crème sans revoir notre enfant, un rendez-vous a été pris. Après un long trajet nous voici donc face au spécialiste qui commence par nous demander pourquoi nous venons !!! Après avoir passé sa main sur le bras de notre enfant il nous a prescrit cette fameuse crème et a terminé la séance en nous disant que nous aurions pu régler cela par téléphone sans venir le voir (c'est pourtant ce que nous avions demandé et qui nous avait été refusé !). De retours dans notre canton nous nous rendons chez notre pharmacien habituel pour nous entendre dire que la crème en question a été retirée du marché !!! C'est sûrement un de vos fameux médecins indépendant qui travaille déjà tellement bien en réseau et avec tous les outils modernes à disposition !

Par opposition, nous avons dû nous rendre durant des vacances en suisse dans une pharmacie d'un groupe bien établi pour y chercher un médicament prescrit. Le pharmacien a contrôlé dans son dossier "patient" informatisé que le médicament étant ok pour la personne qui en avait besoin (pas de contre indication, pas d'autres problèmes, il l'avait déjà utilisé, ..).

La différence entre les deux cas, c'est que d'un côté vous avez quelqu'un qui se dit travaillant en réseau et de l'autre un groupe qui travaille réellement en réseau et qui, quelque soit la pharmacie dans laquelle vous vous rendez, à accès à votre dossier.

C'est pourquoi, en tant que patient, je souhaite vivement que les réseaux se développent et que les médecins soient quelque peu poussés à s'adapter aux outils de gestions modernes !

Avec mes meilleures salutations.

Écrit par : MC | 19/10/2011

Merci MC je croyais être le seul à hurler dans le désert. Alors Buchs on a bien compris ? Je vous donne la posologie pour ne pas l'oublier. Un peu moins de solidarité de caste, un peu moins d'egocentrisme, un peu plus de soucis d'efficacité, évitez de prendre les patients en otage dans vos luttes avec les assurances. A prendre 3 fois par jour voire plus en cas de crise. Pas d'effets secondaires connus.

Pour être très franc je trouve cette idéee de référendum inepte et outrageante pour les patients que nous sommes ou que nous serons.

Écrit par : Anastase | 19/10/2011

@MC : Je travaille déjà en réseau depuis 1996. J'ai crée avec d'autres collègues un réseau. Et dans ma pratique je cherche toujours la meilleure solution pour mon patient. Je n'assure pas la trouver a chaque fois. La nouvelle loi va nous obliger a fonctionner dans des réseaux a responsabilité financière. Ce qui veut dire: moins je prescris plus je gagne.
Il faudra crerer ces réseaux etvsupprimer ceux qui existent et qui fonctionnent. Recruter un directeur, un administrateurvet faire encore plus de rapports.
Je dis toujours : un bon médecin ne coute pas cher, un mauvais coute toujours trop.
Les réseaux ne vont pas régler un accès a votre dossier, la carte d'asure oui.
Et elle est déjà testée a Geneve qui est pionnier sur ce sujet.

Écrit par : Bertrand Buchs | 19/10/2011

Dr. Buchs, votre opposition à la nouvelle loi sur le Managed Care vient peut-être du fait que le "réseau" dont vous faites partie n'en est pas un selon la nouvelle loi, voire même en comparaison avec les autres réseaux en Suisse !

Cela doit quand même vous faire réfléchir de constater qu'un nombre de plus en plus grand de jeunes médecins rejoignent des cabinets de groupe, centres médicaux et réseaux managed care. C'est peut-être qu'il y trouve une structure administrative et des outils de gestion mieux adaptés !

Pour Anastase, je suis d'accord sur les gains d'efficacité et sur un certain immobilisme. Je ne partage par contre pas vos commentaires sur une éventuelle caste de privilégiés omnubilés par leurs revenus. Je vous engage à suivre un médecin de famille/pédiatre durant une journée + un week-end de garde. Ils font un travail admirable dans des conditions difficile avec un tarif bloqué depuis très longtemps alors que leurs coûts de fonctionnement (salaires + matériel + loyers) eux ne sont pas bloqués. Ils croûlent sous la paperasse et les demandes de justifications souvent inutiles. Ils ne comptent pas leurs heures pour un revenu bien inférieur à ce que beaucoup croient. Arrêtons avec les exemples toujours identiques des chirurgiens esthétiques,... qui lui facture à charge d'une assurance privée est n'est en rien concerné par la LaMal.

Écrit par : MC | 19/10/2011

@MC : Merci pour votre commentaire très intelligent et intéressant.
Je suis tout a fait d'accord avec les cabinets de groupe.
Le problème avec les réseaux a capitation financière c'est comment traite les patients très malades et par conséquent coutant très cher. Pas évident sans institue d'une certaine façon un restriction du catalogue des prestations.
Soyons clairs, la seule façon de diminuer les couts c'est de diminuer le catalogue de prestation. Un point c'est tout.
Alors l'honnêteté serait d'en parler ouvertement et ne pas essayer de trouver une autre combine pour y arriver.

Écrit par : Bertrand Buchs | 19/10/2011

Avant de réduire le catalogue des prestations, commencons par exemple par éviter les doublons, favoriser la prescription de génériques et améliorer la prévention. J'ai entendu il y a pas si longtemps une émission à la radio durant laquelle un réseau Managed Care expliquait qu'il offrait des cours de gymnastique aux personnes âgées. Cela était pris en charge par l'assurance et évitait un certain nombre de chutes donc d'hospitalisations donc de coûts. Un médecin seul ne peut pas s'occuper de tous ces aspects, un réseau oui.

Écrit par : MC | 19/10/2011

Dommage Anastase,vous croyiez avoir enfin trouvé en MC une recrue pour votre croisade parano-marxiste et voilà qu'il s'avère qu'il n'est dupe et refuse de donner dans votre délire.Un petit tour au café de la Faucille Dorée vous consolera de cette perte.
Boire plus que de raison ne vous dispense pas de soigner votre orthographe:le verbe refuser se termine par un s lorsqu'il est conjugué à la première personne du pluriel.

Écrit par : Winkelried | 19/10/2011

Merci Winkelrette, au moins vous vous savez où la mettre votre plume hein ?

Écrit par : Anastasea | 19/10/2011

Vous avez en partie raison mon cher MC mais comparez un pédiatre avec un gyneco. je ne dis pas que tous les médecins mènent grand train mais ce sont ceux-là justement qui ont le plus à perdre dans cette réforme. Ayons un raisonnement économique. le bons sens commande que l'on réduise les coûts de fonctionnement en centralisant les fonctions administratives,en agissant sur les prix des médicaments par une politique d'achat groupée, en favorisant les cabinets de groupes avec plusieurs spécialités complémentaires etc...

Écrit par : Anastase | 20/10/2011

@Anazetase: Bravo pour cette brillante démonstration de plan quinquennal de type soviétique, mon petit Langaney. En vieux stalinien tu restes fidèle aux directives du Parti. Pour réformer il faut centraliser, imposer, censurer et déporter. Une telle somme d'incompétence bébête n'étonnera que ceux qui ignorent que tu as passé le plus clair de ton existence à ratiociner dans les brumes éthyliques sur le sens des danses horaires ou anti-horaires des sorciers Ougalas du Sénégal.
Allez reprends toi André ! Les élections approchent et l'objectif de 120% des suffrages pour ta liste n°24 "Grand soir et vodka" est encore à portée de main.

Écrit par : F. Salina | 20/10/2011

Si la récolte des signatures ne posera probablement pas de problèmes, je crains que ce référendum sera difficile à emporter sans l'appui d'un grand parti politique. La complexité du sujet offre un terrain propice à l'enlisement des débats ce qui profitera à ses adversaires. Plutôt qu'un rejet en bloc difficile à vendre, identifier des thèmes fédérateurs au sein de la réforme permettra de cristalliser le débat sur une base plus solide.

Écrit par : F. Salina | 20/10/2011

"Grand Soir et Vodka",voilà qui résume bien le très vulgaire M.Langaney.

Écrit par : Winkelried | 21/10/2011

Les commentaires sont fermés.