04/11/2011

Je boycotte...

Novartis.jpg

 

 

C’est décidé.

A partir de maintenant, je ne prescris plus de médicaments de la marque Novartis®.

Cela ne va sûrement pas servir à grand-chose, mais je n’arrive pas à comprendre la logique économique de fermer le centre de production de Prangins et de licencier 220 personnes.

Le franc fort, ok.

La faiblesse des marges des génériques, ok.

Des règles de mise sur le marché des médicaments de plus en plus contraignantes, ok.

L’obligation d’anticiper sur l’avenir, ok.

 

220 employés sur 120 000, soit 0.2%.

200 millions d’économie.

Là, j’ai de la peine.

Un détail dans un bilan.

En quoi la productivité va s’améliorer ?

Que cache-t-on ?

J’ai l’impression que l’on joue avec les gens.

Des pions sans importance.

Je n’arrive plus à être d’accord.

Alors ma seule façon de protester, c’est faire la grève des prescriptions.

Je vais proposer, lundi, au conseil de l’Association des Médecins de Genève de s’associer à cette démarche.

Qui vivra, verra…

06:47 | Lien permanent | Commentaires (30) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Intolérable démarche.

Il appartient au patient de décider de boycotter Novartis. Votre devoir d'information, préalable nécessaire à l'obtention du consentement libre et éclairé du patient, s'oppose à votre démarche. Au cas où vous persistiez dans votre démarche, la Commission de surveillance de la santé et des droits du patient devrait être saisie et vous devriez être sanctionné.

Pour mémoire, tous les médicaments produit par Novartis ne sont pas des génériques et donc n'existent pas sous un autre nom. Votre démarche auprès de l'AMG est donc de nature à mettre en danger les patients.

Choquante démarche politicienne.

Écrit par : CEDH | 04/11/2011

Heu.... NON !!
Si mon médecin me prescrit le médicament adapté à ma situation: il aura fait son travail; qu'il utilise ou pas de Médicaments de cette boîte, c'est son droit le plus strict.
A part cela, sur le fond, je suis entièrement avec lui !!!

Écrit par : Gipi | 04/11/2011

Le malheur c'est que parmi les actions formant l'assiette de mon deuxième pilier figure des celles de Novartis selon le rapport que j'ai reçu au début de l'année.

Par contre, je boycotte tous les génériques diffusés par TEVA et dans la mesure du possible les médicaments américains.

Écrit par : Jolivet | 04/11/2011

@ Gipi

Ce n'est pas BUCHS qui utilise le médicament. Mais vous. Il a l'obligation de vous informer. Il propose et VOUS disposez. Il DOIT vous informer et vous devez décider. Tout traitement a des avantages et des inconvénients. Savoir si vous préférez les avantages aux inconvénients est VOTRE choix pas celui de BUCHS. Dans la balance avantages/inconvénients, c'est à vous de décider si vous voulez prendre en compte ou non le fait que le médicament est produit par NOVARTIS, pas lui.

"Médicament adapté à ma situation". Comme si cela existait. Savoir si un médicament est adapté à la situation dépend de l'appréciation de faits incertains. Les faits incertains doivent être quantifiés. Doit suivre une appréciation qui dépend de VOS valeurs. Pas de celle de BUCHS. Si vous vous en remettez au bon Dr. BUCHS pour pareille appréciation, il DOIT la faire sur la base de vos valeurs et non des siennes. Il doit donc au préalable savoir si vous boycottez Novartis ou non.

Gipi, quel est le risque de mort que vous êtes prêt à prendre pour être "guéri". Un sur dix, un sur cent, un sur mille, un sur dix mille, un sur cent mille, un sur un million ? C'est votre choix compte tenu des bénéfices prévisibles. Pas celui de BUCHS.

De plus, que faire si le meilleur (au sens déjà défini) médicament est produit par NOVARTIS parce qu'aucun autre fabriquant ne produit la même molécule ? On laisse le patient, mourir, claudiquer ou devenir aveugle ?

Quoiqu'il en soit, faire rentrer la politique dans le cabinet, qui plus est quand n'est pas en jeux l'exercice de la médecine, est une erreur crasse, qui doit être sanctionnée. Sanction évidente puisque la démarche de BUCHS revient à procéder sur la base de ses valeurs et pas de celles du patient.


@ Buchs

A partir de quand refusez vous de prodiguer vos bons soins aux actionnaires de Novartis ? Et comme il vous arrive de fonctionner comme expert, un actionnaire de Novartis que vous devriez expertiser peut-il obtenir votre récusation ? Et un membre de l'ADG ?

Écrit par : CEDH | 04/11/2011

Bertrand, vous devriez vous concentrer sur la défense de vos potes commerçants et copains de bistrot de la rue Jacques Dalphin en les excitant comme vous le faites si bien contre le CA de Carouge. Le reste cela vous dépasse et vous faites partie du système de toute manière. nous sommes tous émus qu'à 50 + vous découvriez la vraie nature du capitalisme mais franchement cela n'apporte pas grand chose au débat.

Écrit par : Anastase | 04/11/2011

@CEDH : pourquoi tant de violence dans vos commentaires. Vous savez très bien, et c'est peut-être la le problème des pharmas, c'est qu'elles ont toutes les mêmes types de molécules. Dans ma spécialité, la rhumatologie, je peux me passer de Novartis, sans mettre en danger la vie des mes patients.
Quand le sort de 220 collaborateurs devient un détail ( entendu de la bouche d'un cadre de Novartis), je m'énerve. C'est vrai, je devrais rester a ma place et la fermer. Mais je commence a ressentir une grande lassitude dans la façon de se comporter des grandes entreprises.
C'est tout.

Écrit par : Bertrand Buchs | 04/11/2011

Tout à fait d'accord.
Déjà faire de l'argent en vendant des médicaments est à moitié malsain. Comment concilier rentabilité et médecine. L’intérêt de l'industrie pharmaceutique est que les gens soient malades et longtemps.

Écrit par : bol chantant | 04/11/2011

perso j 'ai très envie de boycotter anastase et CEDH

Écrit par : stephane barthassat | 04/11/2011

@ CEDH

"Savoir si un médicament est adapté à la situation dépend de l'appréciation de faits incertains"

Vous avez tout-à-fait raison !! Et la personne la plus adaptée pour apprécier ces faits s'appelle "médecin"; si cela concernait ma voiture cela s'appellerait "mécanicien" et si cela concernait un discours sans queue ni tête, cela s'appellerait certainement "CEDH"

Écrit par : Gipi | 04/11/2011

bien joué de la part de Novartis ou comment par un odieux chantage faire infléchir les résultats de élections et c'est entrain de faire boule de neige avec une entreprise dans au autre canton,le chantage ,intimidation remis au gout du jour par les entreprises ayant compris comment manipuler nos dirigeants et le bon peuple

Écrit par : lovsmeralda | 04/11/2011

@ Gipi

"Savoir si un médicament est adapté à la situation dépend de l'appréciation de faits incertains.
ET
Les faits incertains doivent être quantifiés.
ET
Doit suivre une appréciation qui dépend de VOS valeurs. Pas de celle de BUCHS."

Je vois assez mal en quoi le Gipi que vous êtes ne serait pas à même de savoir s'il faut ou non boycotter Novartis. Cela doit être votre choix, pas celui de BUCHS.

Quant à votre voiture, savoir s'il faut la réparer ou en acheter une autre dépend de votre évaluation, pas de celle votre mécanicien, qui vous décrit l'état de votre voiture et vous informe du prix pour la réparer. Au passage, vous êtes encore libre de choisir la marque des pneus de votre voiture. Par exemple sur la base de test comparatifs. Pas besoin de vous en remettre à votre guru-mécanicien. Libre à vous de décider s'il faut boycotter le fabricant de pneu à raison du fait qu'il ferme une usine. Mais peut-être pensez vous devoir suivre l'avis de votre guru-mécanicien sur ce point ?

Écrit par : CEDH | 04/11/2011

@Anazestase: Avec la lutte contre le Grand Capital, c'est surtout toi qui a près d'un siècle de retard mon petit Dédé-la-picole. Si les branquignols du Grand soir tels que toi peuvent encore aller noyer leur amertume à la Forge les samedis après 23h00, c'est quand même grâce au CA de Carouge. Tu devrais au moins te montrer reconnaissant.

Écrit par : F. Salina | 04/11/2011

Je vous félicite et je vous admire pour votre démarche de boycotte, tout en me disant que la médecine couche avec big pharma depuis longtemps et ça ne vas pas être simple de les séparer.

Écrit par : K. | 04/11/2011

Je vous félicite et je vous admire pour votre démarche de boycotte, tout en me disant que la médecine couche avec big pharma depuis longtemps et ça ne vas pas être simple de les séparer.

Écrit par : K. | 04/11/2011

@ Buchs

Avant le boycott vous choisissiez le meilleur traitement pour le bien de votre patient. Et s'il vous était impossible de départager deux traitements vous choisissiez le moins cher. Cette démarche vous amenait parfois à prescrire des médicaments Novartis.

Depuis ce matin, vous ne prescrivez plus de médicaments Novartis. Je ne comprends pas. Avez-vous renoncé au meilleur traitement pour le patient ou bien prescrivez-vous un médicament d'efficacité équivalente mais plus cher ? A moins que jusqu'à hier vous ayiez prescrit des médicaments Novartis bien qu'il soient plus chers ou moins efficaces.

Dans un cas, comme dans l'autre, votre comportement est blâmable.
C'est tout.

Écrit par : CEDH | 04/11/2011

@ Buchs

Petite question.

Est-ce que vous informez vos patients de votre choix ou est-ce que vous procédez en douce ?

Si vous informez vos patients de vos procédés, est-ce que vous croyez que ceux-ci, malades et face à vous, sont libres de choisir ?

Écrit par : CEDH | 04/11/2011

@ Buchs,

Si votre boycott était massivement suivit; cela pénaliserait en premier ceux envers qui vous vous dites solidaire. C'est à dire à l'ensemble du personnel de Novartis dont leur job dépend des ventes de médicamments. Ces genres des boycott sont des démarches irréfléchies et irresponsables.

@ Bol chantant,

" L’intérêt de l'industrie pharmaceutique est que les gens soient malades et longtemps. "

Sans les intêrets des pharmas, les gens ne seraient certes pas malades longtemps vu qu'ils mourraient trop souvent de leur maladie fautes de médicamments.

D.J

Écrit par : D.J | 04/11/2011

@ tous les détracteurs de la prise de position du Dr. Buchs

C'est très facile la critique mais on ne vous entend jamais pour proposer des solutions, le Dr Buchs lui au moins il prend position pour montrer sa désapprobation et c'est déjà un grand pas. J'espère qu'il y en aura de nombreux autres qui vont suivre.

Écrit par : Gabor Karin | 04/11/2011

@ Gabor Karin

Au delà de toute considérations juridiques, qui ne peuvent qu'amener à conclure que Buchs agit illégalement, je trouve proprement dé...sse de manipuler des patients comme des objets afin d'atteindre des objectifs politiques.

De plus, cette démarche est idiote. Remplacer les médicaments Novartis par des médicaments Pfizer, moins appropriés ou plus chers ou les deux, est idiot. Les politiques de Pfizer et de Novartis sont les mêmes.

Écrit par : CEDH | 04/11/2011

Allons plus loin!
Il y a une foison de remèdes très efficaces en médecine alternative et sans effet secondaires. De plus, il est temps de faire un réel passage à une médecine de la personne où l'on tient compte de l'ensemble de l'individu et de thérapies qui ne passent pas forcément par des produits à avaler.
La médecine conventionnelle ambulatoire s'est trop réduite à vouloir résoudre une majorité de symptômes par des molécules chimiques ou des vaccinations.
Un exemple typique : si vous vous foulez la cheville, on vous prescrit des antiinflammatoires au lieu de vous envoyer chez l'ostéopathe remettre les tissus en place. De plus, l'inflammation aide à la guérison et, si elle fait mal, des cataplasmes de produits naturels seront tout aussi efficaces si ce n'est plus et sans effet secondaire.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 05/11/2011

Beaucoup de choses fausses ont été écrites ici de part et d'autres:

1. Bien évidemment que Le Dr Buchs a parfaitement le droit de prescrire ce qu'il veut, du moment qu'il fait son métier correctement et ne porte pas atteinte à ses patients. Si des patients désapprouvent, ils sont libres de changer de médecin.

2. Novartis a réalisé un rendement de 3,45% sur l'année passée et est confrontée à une détérioration de la conjoncture et à une crise de la dette qui va se terminer par des banqueroutes en série et une dépression économique sans précédent. Il est donc parfaitement normal et même sage qu'elle prenne les devants et n'attende pas qu'il soit trop tard et qu'il faille licencier encore bien plus d'employés.

Écrit par : Larry | 07/11/2011

Bravo pour cette action!

Écrit par : Zilba | 07/11/2011

@ Larry

Pour désapprouver et changer de médecin, les patients doivent être informés des pratiques de Buchs. De plus, leur consentement aux pratiques de Buchs doit, non seulement être éclairé, mais aussi doivent-ils consentir à ces pratiques librement. Buchs serait bien avisé de faire part de ses pratiques à l'avance.

Si Buchs renonce au meilleur traitement parce que reposant sur un ou plusieurs médicaments Novartis, il doit informer le patient de sa mauvaise médecine. Et s'il choisisse un traitement plus cher que celui reposant sur un médicament de Novartis, il doit en avertir le patient car un tel traitement, conduisant à jeter l'argent par les fenêtres, n'est pas économique et ne doit donc pas du tout être remboursé par l'assurance maladie.

Écrit par : CEDH | 07/11/2011

Bravo Docteur Buchs, vous avez vraiment le courage de vos opinions.J'espère que d'autres nombreux médecins vous suivront.

Écrit par : Kate | 07/11/2011

@CEDH

Je crois que les patients du Dr Buchs sont informés de sa démarche puisqu'il en parle (j'ai découvert ce blog sur le site du journal 24heures).

Pour le choix du médicament je ne pense pas qu'il y ait trop de problèmes non plus, beaucoup de médicaments possèdent des génériques ou sont vendus en co-marketing. Souvent les médecins pensent par principe actif (ex. diclofénac) et puis "traduisent" en marque comerciale (Voltarène), il leur suffit donc juste de mettre un autre nom, mais au fond ce sera toujours la même molécule.

Écrit par : MdP | 07/11/2011

Ce brave Docteur BUCHS sait fort bien faire parler de lui :
.
1° Il est député PDC au Grand-Conseil ;
http://www.geneve.ch/grandconseil/fichedep/PDC/buchs_be.asp
.
2° Il tient régulièrement un blog sur La Tribune de Genève :
http://bertrandbuchs.blog.tdg.ch
.

3° De deux choses l'une :
=>
a) ou bien un médicament est préférable à un autre pour un patient (antécédents, allergies, effets secondaires, etc)
Dans ce cas le bouder est contraire à l'éthique médicale.
.
=>
b) ou bien ce médicament n'est pas préférable à un autre, et alors on ne voit pas en quoi consiste ce boycott médiatisé.
.
4° Que ce médecin puisse mélanger les genres par pure démagogie devrait interpeller l'Ordre des médecins.
http://www.amge.ch/amg/commission-dethique
.
5° C'est aux patients qui veulent boycotter un fabriquant qu'il appartient de demander à leur médecin si une alternative existe.
.
6° Certains médecins préconisent depuis longtemps les « génériques » sans faire autant de tapage que ce politicien.
.
http://www.amge.ch/2005/11/21/generiques-ils-sont-encore-beaucoup-trop-chers

PS :
Ce commentaire ayant été censuré par la TdG, je l'ai republié :
http://www.tdg.ch/geneve/actu/degoute-medecin-geneois-boycotte-produits-novartis-2011-11-07

Écrit par : Les Dix Gagas | 07/11/2011

Bravo, bravo, bravo ! Enfin une démarche qui peut apporter ses fruits. Il suffirait de convaincre un maximum de médecins à faire de même, pas seulement en Suisse romande, mais dans toute la Suisse. Nous aussi les particuliers pouvons boycotter les produits que nous achetons sans ordonnance.
Valentine

Écrit par : Benzonana | 07/11/2011

Bravo, bravo, bravo ! Enfin une démarche qui peut apporter ses fruits. Il suffirait de convaincre un maximum de médecins à faire de même, pas seulement en Suisse romande, mais dans toute la Suisse. Nous aussi les particuliers pouvons boycotter les produits que nous achetons sans ordonnance.
Valentine

Écrit par : Benzonana | 07/11/2011

Bravo Dr. Buchs pour ce geste d'un citoyen responsable.

Écrit par : Benoît Marquis | 07/11/2011

Bonjour,
Je soutiens entièrement la démarche du Dr Buchs et , à petite échelle , j'avais déjà décidé de boycoter les produits Novartis en vente libre :)

Écrit par : Doutaz Chris | 12/11/2011

Les commentaires sont fermés.