31/01/2012

Pas un bruit, il neige...

neige.jpg

 

 

Et tout le reste est mis entre parenthèse.

Les TPG, le Conseil d’Etat, le manque de logements, la police, la sécurité.

Demain sera un autre jour.

Aujourd’hui mes patients âgés ne vont pas venir en consultation. Trop dangereux. Les trottoirs sont déjà de vraies patinoires.

Faites gaffe, restez chez vous.

J’aurais le temps pour lire la Julie.

Tiens en manchette, ce matin, 120 médecins ont demandés de pouvoir s’installer.

Des spécialistes et peu de médecins de premier recours.

Panique à bord.

Et pourtant, cela fait des années que nous demandons une meilleure répartition des médecins au niveau de la Suisse romande.

Les grandes villes affichent une pléthore alors que certaines régions périphériques doivent compter sur des toubibs étrangers.

Les cliniques sont atteintes par une certaine folie des grandeurs et deviennent un aspirateur à spécialistes.

Les HUG se vident et vont bientôt cruellement manquer de cadres.

Et pourtant l’Etat ne peut rien faire.

Tout dépend de la Berne fédérale.

Ok, mais il existe des situations où il faut réagir, même si le cadre légal n’est pas très clair.

Les coûts de la santé vont exploser à Genève et le Conseil d’Etat n’aura pas d’autres solutions que de diminuer le prix du point.

Les médecins de premier recours seront mis en faillite et le système partira en quenouille.

Je demande que nous mettions, sans attendre, en place une régulation des installations. Et que cette régulation se fasse au niveau de la Romandie.

Je vais déposer une motion sur le bureau du Grand conseil qui va demander l’installation de cette régulation.

Pour le reste, il neige…

06:48 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

26/01/2012

Un problème de plus !

plan.jpg

 

 

On n’en parle pas.

Peut-être le sentiment que quoi que l’on fasse…

L’aménagement du territoire est aux soins intensifs.

Qui pilote le projet Praille Acacias Vernet ?

Qui pilote le plan directeur cantonal 2030 ?

Qui pilote le plan d’agglomération ?

C’est notre avenir, nos emplois, le développement de notre région, la vie de nos gamins.

La police fonctionne.

Les transports en commun vous conduisent à bon port (plus ou moins facilement).

Mais les logements, les zones industrielles, les routes, la cohérence de nos déplacements, la localisation des places de travail, ce qui fait notre quotidien, qui décide, qui est le patron.

L’Etat, les communes, les particuliers ?

Actuellement, chacun cultive son pré carré, chacun vit dans sa bulle d’égoïsme.

Nous sommes des enfants gâtés.

Il nous faut un programme qui est respecté, un dialogue, une vision de l’avenir, un souffle…

Peut-on encore attendre les prochaines élections ?

06:58 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

25/01/2012

Complètement barge...

guerre virale.jpg

Vous avez vu ces docteurs Folamour, complètement dingos, barges et siphonnés.

Ils méritent d’aller au plus profond de l’enfer de Dante.

Manipuler un virus pour en faire pire qu’une bombe atomique.

Peut-être que l’épidémie que tous les médecins craignent (une nouvelle grippe espagnole) est là, tapie au fond de leurs fioles.

Et le pompon, c’est qu’au nom d’une soit disante liberté de parole et d’écrit, ces tristes sires veulent publier leurs résultats et permettre à d’autres rigolos de les copier.

Nous n’avons pas fini de trembler.

 

Et dire que certains imaginent qu’une bonne épidémie, c’est comme une bonne guerre, cela fait repartir l’économie.

06:54 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/01/2012

Picoler avec méthode et sérieux.

pub-anglais.jpg

 

 

Les sujets de sa Gracieuse Majesté sont des gens de bon sens.

Ils agissent avec méthode et réflexion.

Picoler, oui, mais attention avec des règles précises.

Ils avaient déjà imaginé les heures avec et sans alcool.

Mais malheureusement, la mondialisation est passée par là et il a fallu faire comme les autres, boire 24 heures sur 24.

Mais attention pas touche à ma bière.

Le problème, c’est qu’avec ce régime « houblonesque » (n’est-ce pas Achille Talon), le foie, mais pas la foi, souffre un tantinet.

Alors, le gouvernement a trouvé la parade.

Se sacrifiant, comme aux plus beaux jours de la bataille d’Angleterre, il implore ses concitoyens de donner congé à leur foie, 2 jours par semaine.

Une règle syndicale, normale.

Tout travailleur a le droit à des jours de repos.

Et franchement, notre copain hépatique et sympathique bosse plus que dur.

Et même, des carabins ont surenchéri.

6 semaines de vacances qu’ils demandent.

Bon là, franchement où va-t-on.

Faut faire gaffe, parce ce que avec ce genre de proposition, il va y avoir le cœur, le cerveau et les reins qui vont venir nous pomper.

06:39 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

19/01/2012

Novartis, suite...

novartis2.jpg

 

 

Intéressant de vivre cette histoire dans les coulisses.

J’ai eu l’impression qu’il existait du clan au niveau de la direction.

Grossièrement les Suisses contre les Mondialistes.

Daniel Vasella contre Joe Jimenez.

Mais à mon humble niveau, cela restait qu’une impression.

Hier, j’ai reçu plusieurs messages de journalistes français.

Ils confirmaient mon interrogation.

Clairement, la situation s’est débloquée lorsque Vasella est intervenu dans les négociations (cf : LalettrePharma du mercredi 18 janvier- n° 283).

 

Je cite : «…Jusqu’alors, aucun véritable plan social n’avait touché les effectifs suisses du laboratoire, plus de 12500 personnes au total, que certains avaient fini par considérer comme quasi protégés. Protégés hier par Daniel Vasella, lorsqu’il était à la fois Chairman du groupe et CEO et qui, au temps de son pouvoir absolu, semblait ne même pas envisager d’y penser. Il semble d’ailleurs que Daniel Vasella, qui n’est plus « que » Chairman, franchement effacé depuis l’arrivée de Joe Jimenez, ait « remouillé le maillot » dans l’affaire en montant au créneau, avec succès même si il n’est pas, loin s’en faut, le seul acteur de cette pièce à rebondissements… »

 

Joe Jimenez va-t-il survivre à cette affaire ?

07:08 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

18/01/2012

Une page se tourne.

 

Il y a comme cela des journées heureuses.

Des nouvelles qui font plaisir.

L’usine Novartis à Prangins est sauvée.

Tous les emplois sont préservés.

Une qualité du travail reconnue.

Des compétences misent en avant.

Et surtout, un combat gagné dans la dignité et dans le respect de certaines valeurs.

Notre boycott des médicaments Novartis se termine.

Merci aux 129 médecins de toute la Suisse romande qui m’ont aidé et soutenu.

Nous avions mis un gravillon dans la chaussure de Novartis.

Et comme disait le sage chinois : « Si tu boites, enlève tes chaussures et continue pieds nus ».

 

Tout passe..., mais certaines choses restent dans un coin de notre caboche.

fin.jpg

06:30 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

17/01/2012

Un petit truc ...

langues.jpg

 

 

Apprendre une langue étrangère, pas simple.

On est doué ou nul.

Comment faire ?

Apprendre par cœur le vocabulaire !

Maitriser parfaitement la grammaire avant de se lancer !

Faire de la conversation, sans soucis des fautes !

Apprendre en chantant, en dormant, en flirtant !

En résumé, si on prend un collégien moyen, bien genevois avec l’accent, les résultats ne sont franchement pas terribles.

Mais tous ces soucis sont à oublier.

Manuela Macedonia et Thomas Knösche de l’institut Max Planck ont la solution (Mind, Brain and Education, DOI : 10.1111/j.1751-228X.2011.01129.x).

Il faut bouger lorsque l’on apprend une nouvelle langue.

Rester statique derrière son pupitre, échec assuré.

Avancer, reculer, parler avec les mains, esquisser quelques pas de danse et le tour est joué.

Le cerveau arrive plus facilement à retrouver un mot lorsque que son apprentissage s’est fait avec un mouvement particulier.

Alors à quand des leçons de gymnastique pour apprendre une autre langue ?

06:43 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

13/01/2012

Que la route sera longue...

route.jpg

 

 

On parle région, métropole, zone industrielle, logement.

On se regarde en chien de faïence.

On se méfie.

Et surtout on n’arrive pas à développer un projet commun.

Dernier exemple : le centre hospitalier Alpes-Léman (CHAL).

Aucune synergie avec les HUG.

Malgré les efforts de notre ministre de la santé.

Connaissant les coûts de la santé, la difficulté à recruter du personnel qualifié, il semblait logique que la région développe une structure commune.

Ben, non.

C’est chez nous et on fait comme vous.

Perte de temps, d’énergie et d’argent.

Vous y croyez encore à la Région ?

Et côté Métropole lémanique, ce n’est pas mieux.

Le canton de Vaud se sent puissant. Il a perdu son complexe d’infériorité face à la Rome protestante.

Et surtout, il peut se développer sur son propre territoire.

Genève doit obligatoirement composer avec la France et la patrie de Ramuz.

Changement (douloureux) de paradigme en perspective.

06:51 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

12/01/2012

J'ai de la peine avec Swissmedics...

pip.jpg

 

 

Prothèse du sein PIP, il est urgent d’attendre.

A la bernoise, donc plus lent qu’à la vaudoise.

Il n’y pas le feu au lac.

Au constate, on ausculte et si ça pète on remplace.

Franchement, j’aide la peine à suivre.

On nous a fait tout « un caca nerveux » avec la grippe chochonesque.

Campagne de vaccination en urgence. Risque mortel. Et patati patata, du vent.

Et là, on laisse 200 à 300 femmes en Suisse dans l’angoisse.

Je ne suis pas gynéco ni plasticien, mais ce que je sais comme rhumato, c’est que le silicone peut poser de grave problème s’il se promène dans le corps.

Le risque de maladie auto-immune (le corps qui attaque ses propres constituants) est très significativement augmenté. Ces maladies s’appellent, dans ma spécialité, des collagénoses.

Le simple principe de précaution exige le remplacement.

Un point, c’est tout.

06:51 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

11/01/2012

Le retour du poinçonneur des Lilas.

lilas.jpg

 

 

Encore une toute belle Genferei.

Les distributeurs TPG.

Tous nouveaux, magnifiques, des œuvres d’art moderne.

Mais, si vous voulez prendre rapidement un billet, il faut d’abord avoir suivi une formation accélérée de 3 semaines.

Sinon…

Vous vous approchez, vous sortez votre carte Bonus et vous cherchez la fente idoine.

Après 3 heures d’énervement, vous vous rendez compte que cette fonction a été omise.

Bref, comme dirait l’autre, il faut poser vos sacs, chercher votre porte-monnaie, faire une gymnastique périlleuse et bingo, le ticket est à vous.

Bien, mais que faire de la carte Bonus.

La jeter, la donner, la mettre sous verre.

Vous choisissez alors un arrêt qui a encore un ancien distributeur.

Rustique, mais facile à utiliser.

Vous arrivez encore à vous débrouiller.

Mais le jour où vous voulez racheter une carte, vous allez vous apercevoir que les TPG ont décidé de ne plus en fabriquer et de finir découler le stock. Donc vous ne pourrez acheter que des cartes à 50 francs.

Génial.

Mais depuis hier, vous êtes sauvé. Les TPG vous installer à côté des nouveaux distributeurs, les anciens.

Vous savez la polémique des anciens contre les modernes.

Là c’est les anciens avec les modernes.

Et cela va coûter combien, ce tout petit couac.

Et si nous proposions le retour de nos braves poinçonneurs…

06:59 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

10/01/2012

Au secours, je vais devenir un télé-docteur...

télé-médecin2.jpg

 

 

Pour ce 900ème blog, je me transforme.

Comme les télé-évangélistes.

Je deviens télé-docteur.

Ma tronche en direct dans les pharmacies.

Vous allez choper des aigreurs d’estomac.

Un petit problème et le pharmacien me fait apparaître sur une toute belle télé.

Allo docteur, êtes-vous avec nous ?

Que faire dans ce terrible cas, rien ou tout.

Comment ne déterminer, attendez, je ne vois rien, si j’aperçois le patient, mais il est tout jaune, ah non c’est les néons, tirez la langue, mais bon sang, faites un zoom.

Génial, au suivant…

Il faut que je développe des télé-capteurs et de télé-pouvoirs.

La 3-D, un minimum.

Franchement de qui se moque-t-on dans cette affaire.

En premier des pharmaciens.

Franchement dans votre pharmacie de quartier, n’avez-vous pas eu de bons conseils de la part de votre pharmacien ?

On les prend pour des demeurés et des incapables.

Deuxièmement de ces toubibs de télé-réalité.

On veut faire des économies et on pousse les gens à la consommation.

Après le fast-food, la fast-médecine.

Nous vivons une époque formidable.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

09/01/2012

L'année démare à fond les manettes...

 

Question santé, il faut vraiment vous accrocher.

Nouveau financement des hôpitaux.

Possibilité de se faire admettre dans une clinique privée avec seulement l’assurance de base.

Nouvelle facturation (DRG), un forfait selon le diagnostic.

Probable votation en juin sur les réseaux de médecins.

Et les gagnants sont ...

LES ASSURANCES PRIVEES.

Elles payeront moins et encaisseront plus.

Et nous, communs des mortels, encore une fois nous sortirons notre fesse-mathieu pour combler la différence.

Pourquoi l’Etat doit subventionner les cliniques privées ?

Je n’ai toujours pas compris.

On marche vraiment sur la tête.

Et les cantons s’alignent en râlant un poil, mais s’alignent quand même.

Concurrence, concurrence, que tes yeux sont magnifiques.

Vous verrez, les Genevois, dans quelques semaines vous allez recevoir des offres des assurances pour vous demander de vous faire opérer en Valais ou dans le Jura.

Plus rapide et moins cher.

(Question à 10 francs : mais qui a formé les médecins qui travaillent dans ces hôpitaux : ben nous...)

L’Hôpital cantonal a, peut-être, du souci à se faire !

surprise.jpg

06:39 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |