09/02/2012

Il était une fois...

il_etait_une_fois.jpg

 

 

Il était une fois à Piogre, par des journées de froid et de neige, un homme qui ne mentait jamais.

Il était une fois à Piogre, par des journées de bise et de transport chaotique, le chef de cet homme, qui lui aussi ne mentait jamais.

Il était une fois à Piogre, par des journées TPG (terriblement plus glaciales), un bon peuple qui pensait que ses dirigeants ne mentaient jamais.

Bref, Piogre était la ville de la vérité.

Et si par le plus grand des hasards, l’homme qui ne mentait jamais mentait, alors il disait la vérité, donc il ne mentait pas.

Et son chef, qui avait dit que s’il mentait alors il prendrait the porte, déclarait urbi et orbi (car il était membre d’une parti catho) que la vérité était multiple donc unique.

Le bon peuple était content de voir que la politique était une ligne droite avec des hommes virils s’empoignant virilement.

Des maous costauds défendant le veuve et l’orphelin et en plus la copine.

Et comme le shérif en chef était d’accord, alors il n’y avait pas le feu au lac.

 

Moralité :

C’est vraiment n’importe quoi.

Le mensonge n’est-il qu’une vérité parmi d’autres ?

06:55 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Très cher Docteur,

Croyez vous que l'on puisse être élu au Conseil d'Etat sans mentir ?

Écrit par : CEDH | 09/02/2012

@CEDH : Ma réponse est oui

Écrit par : Bertrand Buchs | 09/02/2012

Je dirais même, indispensable !!

Écrit par : Gipi | 09/02/2012

L'indispensable serait alors possible. A voir. En tous les cas l'impensable, lui, est possible.

L'accusé peut largement mentir à la police ou la justice. Pas de sanction directe. Mais il ne peut mentir en public pour salir la victime : calomnie. Et il ne peut, dans une plainte pénale adressée à l'autorité, alléguer des faits qu'il sait faux : Dénonciation calomnieuse, crime poursuivi d'office passible de 20 ans d'emprisonnement (maximun).

Aucune confiance en un procureur PLR.

Écrit par : CEDH | 09/02/2012

Il est vrai que Ce monsieur devrait demissionner car il déshonore sa charge. Cela dit notre cher Bertrand en profite pour envoyer une torpille à son grand ami Unger, sa bête noire (eh oui il est PDC...)et son empêcheur de s'agiter en rond. Ah le Bertrand il est rancunier... Il est vrai que le sieur Unger a fait très fort hier soir dans son explication de texte, il aurait fait pâlir le jalousie le plus expérimenté des jésuites. ah l'art de la nuance, le drapé des mots. Cela me rappelait les explications de Monseigneur Farine sur les différentes catégories de pédophile. un chef d'oeuvre de tartufferie.

Écrit par : Anastase | 09/02/2012

Certainement pas aussi rancunier qu'Anastase lorsqu'il poursuit d'une jalousie hystérique Pascal Décaillet.N'est-ce pas Monsieur Langaney ?

Écrit par : Winkelried | 09/02/2012

il a retenu la leçon du dernier qui a dit la vérité après avoir avoué s'en être pris à un solide gaillard de 17 ans !

Écrit par : J-F Girardet | 09/02/2012

"Et si par le plus grand des hasards, l’homme qui ne mentait jamais mentait, alors il disait la vérité, donc il ne mentait pas", ce qui veut dire logiquement que ceux qui disent des mensonges ne mentent pas et inversement? c'est d'une total embrouille ça!

Écrit par : faire part bapteme | 10/02/2012

C'est vraiment du mensonge! La bible dit que même l'apôtre le plus saint a fait soixante-dix pêché en un jour!

Écrit par : faire part | 20/02/2012

Les commentaires sont fermés.