07/03/2012

Fin de règne...

fin de règne.jpg

 

 

La sage ECK démontre très clairement que le système actuel de l’assurance maladie est mort.

Panique à bord, sauvons d’abord les assureurs.

La Confédération, qui devrait pourtant protéger ses concitoyens, oublie, ment, omet, n’avertit pas les cantons.

Bref la gabegie et des assurés paniqués.

Une voie royale pour l’assurance unique.

Il faudrait instituer une cour des comptes au niveau fédéral pour qu’un organisme indépendant puisse répondre une fois pour toute à la question que se pose tous les Suisses :   « Quant est-ce que ce vol organisé va cesser et qui en est responsable ».

A chaque fois on nous promet la lune et les étoiles.

A chaque fois, on oublie et on passe à autre chose.

Faudra-t-il arriver au point où 90 % de la population sera subventionné pour réagir.

Il y a quelque chose de pourri au royaume de Suisse.

06:51 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

A quoi sert le Cern? sinon à attirer toujours plus de spéculations en tous genres et sans celles-ci Genève n'aurait plus l'apanage d'être le canton le plus rouspéteur de tous! rire

Écrit par : lovsmeralda | 07/03/2012

La caisse unique est à ce stade la seule réponse car le mythe du libéralisme auto-régulateurs s'est effondré. C'est un peu comme croire qu'un loup pourrait devenir végétarien et gagner sa pitance en gardant des moutons. Malheureusement la caisse unique est aussi un hallucinogène puissant qui ne répondra pas au vieillissement de la population, à une volonté collective de bénéficier des meilleurs traitements, sans aucune réflexion économique. On ne pourra pas avoir une caisse unique et une médecine libérale telle que nous la connaissons maintenant. Nous nous retrouverons très vite dans une situation à la française où dans la pratique il existe un système à deux vitesses et une médecine libérale qui vit en parasite du système étatique. Je crois qu'il faut profondément réformer notre système de santé en abandonnant toute idée d'entrepreunariat médical qui fait croire aux citoyens de ce pays qu'il profite aux malades alors qu'il vise à préserver des privilèges d'un autre âge. Des exemples existent dans d'autres domaines, ainsi dans certains cantons les actes notariés sont délivrés par l'administration pour des sommes assez modestes alors qu'à Genève la corporation des notaires, un peu comme au moyen-âge, à conservé cette charge et facture plusieurs milliers de francs ...les mêmes actes. Qui gagne et qui perd ? Si l'on veut contenir les coûts de la santé, il faut rationaliser la médecine et en contrôler les agents avec des sytèmes performants, utiliser des méthodes comparables à d'autres industries comme l'aviation par exemple. C'est comme cela que l'on peut désormais voyager bon marché sans dégradation notable de la sécurité. (certains prévoyaient un crash par semaine en 2010...Les pilotes de Swiss ne séjournent plus un semaine à Singapour et ne gagnent plus 18.000 frs par par mois en fin de carrière mais les avions volent toujours.

La médecine est beaucoup trop importante pour que seuls les médecins puissent donner leurs avis. ceux-ci font partie du problème, il ne sont pas objectifs et surtout ils ne sont pas prêt à soutenir un changement de paradigme dont ils ont tout à perdre.

Écrit par : Anastase | 07/03/2012

C'est vrai qu'il faut changer notre système sanitaire mais pas d'abord au niveau économique. Il faut revenir à l'art médical qui permet une médecine qui intègre toutes les thérapies afin de prescrire le geste adéquat au moment opportun. Une médecine élargie permettrait de ne pas se limiter à une médecine de plus en plus restrictive au niveau des soins et qui n'agit le plus souvent, que lorsque les malades tombent dans la chronicité. Alors, on prétend que c'est la faute du vieillissement alors qu'il s'agit du manque de soins adéquats lors des symtômes aigus.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 07/03/2012

@Anazetase: On reste interdit devant tant de finesse d'analyse mon brave Dédé. C'est extrait de ton cours de santé publique à l'université de Copacabana ? A mi-chemin entre "Martine découvre le marxisme" et la Pravda pour les nuls, ton articulet constitue sans nul doute le plus vibrant plaidoyer contre les ravages de l'alcoolisme depuis la publication de la Vie en rut.

Écrit par : F. Salina | 07/03/2012

Ce qui signifie moi d'abord, merci pour ce billet

Écrit par : faire part | 09/03/2012

Les commentaires sont fermés.