30/04/2012

Civisme...

SIG.jpg

 

 

J’ai décidé d’aider ce bon département de la défense (DDPS).

Comme il a perdu la trace de 27 000 dossiers, je vais lui permettre d’en rechercher seulement 26 999.

Messieurs, car je ne peux imaginer des femmes travaillant dans ce service, (je sais je suis un affreux sexiste), cela fait exactement 15 ans que j’attends l’ordre de rendre mon matériel militaire.

Et comme j’obéis qu’aux ordres, je reste définitivement à votre disposition.

Donc, j’ai un très beau pistolet SIG, de l’ancienne génération (avec la crosse en bois) à vous rendre, avec ses munitions.

Il y a 15 ans, vous m’aviez demandé de ne rien faire, car j’étais, comme caporal sanitaire, indispensable à la bonne marche de notre valeureuse armée.

Je vais avoir 55 ans (et oui, un vieux crouton) et j’espère encore.

Donc vous savez où me trouver.

Si vous êtes atteints d’un Alzheimer administratif, le Julie peut vous renseigner.

Grosses bises à votre chef.

07:02 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

25/04/2012

Merck Serono et réseaux de soins : même dérive...

caisses maladie.jpg

 

 

Drôle de rapprochement.

Pas si sûr.

La perte du contrôle, vous ne le sentez pas.

La fatalité, on ne peut rien faire.

C’est trop gros, trop opaque, trop loin, trop, trop.

On se décourage, on baisse les bras et on attend la catastrophe suivante.

Il faut peut-être renverser notre façon de voir et se dire qu’à partir de maintenant nous allons privilégier les petites structures que nous comprenons.

Pourquoi les réseaux.

Parce que le 17 juin vous allez devoir dire si vous acceptez la solution préconisée par le Conseil Fédéral et les chambres.

Une solution opaque, sans contrôle, en dehors de la LAMAL, instituant un monopole de fait.

Un seul type de réseau prise en charge (coresponsabilité financière).

Les autres devront se transformer ou disparaître.

Et à coup sûr la prise de pouvoir sur la médecine par la finance.

A qui appartiendra ces réseaux.

Peut-être au début à des médecins, mais rapidement, ils deviendront des  employés de grands labos d’analyse, de grossistes, de fournisseur d’appareillage médicale et en sous main d’assurances.

Nous devons garder le contrôle, non pas pour une question de pouvoir, mais simplement pour pouvoir défendre nos patients.

Notre liberté est un principe qui ne peut pas être discuté.

 

Hier au soir le PDC genevois l’a bien compris puisque qu’à une forte majorité et contre l’avis du PDC suisse, il a décidé de voter contre la modification de la LAMAL.

07:18 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/04/2012

C'est reparti comme en 14.

colère.jpg

 

 

Merck ferme à Genève.

1300 emplois perdus.

Un pur scandale.

Donc soyons logique, Merck n’existe plus sur le territoire genevois.

Merck n’existe plus pour les médecins genevois.

On est reparti pour un boycott.

Fini le Concor, l’Euthyrox, le Glucophage et d’autres.

Bonjour les génériques.

Donnant, donnant.

Nous protestons avec nos moyens.

A notre niveau.

Nous nous sommes battus contre Novartis.

Nous ne serions pas crédibles si nous nous taisions.

11:17 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

23/04/2012

La droite de la droite est-elle soluble dans l'Ovomaltine ?

AMG.jpg

 

 

Tiens pour une fois les Français vont devoir résoudre, avant le centre du monde et de l’univers qu’est Genève, la question d’une vraie coalition de la droite.

Monsieur Sarkosi a 2 semaines pour devenir le rassembleur de la droite et fédérer Bayrou et le Pen.

Cela semble impossible et pourtant.

Monsieur Hollande risque de devenir président alors que personne n’en veut.

Pour sauver la France, il faudra qu’il fasse un programme de droite.

En aura-t-il le courage ou les capacités ?

Le Président sortant a la capacité de renverser la vapeur. Il est toujours excellent dos au mur.

La vraie question.

La même que chez nous.

Arrêtons d’ostraciser la droite de la droite et discutons d’un programme commun.

Il restera toujours de divergences et c’est tant mieux.

Mais arrêtons de perdre des élections bêtement.

07:56 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

19/04/2012

Une bonne nouvelle...

visite.jpg

 

 

Bon aujourd’hui, comme il pleut, un petit sujet qui énerve.

Le tarif des toubibs.

Anastase est déjà en train d’aiguiser sa plume.

Il va y avoir du sang.

Mais comme j’ai envie d’en parler, j’en cause.

On n’arrête pas de nous rabâcher que le médecin de famille est important, qu’il est essentiel et franchement tout le monde s’en moque.

En ville, on veut le spécialiste, tout de suite si ce n’est pas hier.

Mais il ne va probablement pas se déplacer à domicile.

Important cette visite à domicile.

Acte de confiance dans la relation médecin-malade.

Et bien depuis des années, les assurances ne veulent plus rembourser le défraiement de 50 francs qui est admis pour le dérangement du médecin.

Pour des raisons obscures que je n’ai jamais comprises.

Il a dû y avoir un fort tirage des oreilles de la part de la Confédération car nous venons d’apprendre que cette position tarifaire sera intégrée dans le nouveau tarif et qu’elle est définitive.

Est-ce l’esprit Berset ?

On sent comme des frémissements.

07:08 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

17/04/2012

Mais comment va-t-on pouvoir éduquer nos enfants ?

loup2.jpg

 

 

Le loup est de retour.

Dans notre arrière cour, quasi notre jardin.

Sur notre montagne, le Salève.

Encore un coup des frontaliers.

Au secours, mais que fait le MCG.

Peut-être que son président absolu s’est déjà fait dévorer.

Et vous avez vu la réaction de la population.

Sympa, génial, même pas peur.

Le monde à l’envers.

Les traditions se perdent.

Mais comment va-t-on faire pour élever nos enfants ?

La peur du loup, c’était super utile.

Tu obéis ou le loup va venir te manger.

Et le petit chaperon rouge, foutu, kaput.

Fini les contes.

Franchement, dans quel monde vivons-nous ?

06:54 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

16/04/2012

Que c'est long...

 

Une semaine de vacances. Et rien ne change. La politique genevoise a joué la diva alanguie soignant ses vapeurs.

Le néant, la torpeur.

Et nous allons encore attendre jusqu’au 17 juin pour connaître notre futur conseiller d’Etat.

Trop long.

Mais que peut-on raconter durant 2 mois.

Alors que nous connaissons les arguments des uns et des autres.

Alors que nous savons les forces en présence.

La campagne va tirer en longueur et ce ne sera pas bon pour l’image de Genève.

Une campagne courte aurait obligé à aller à l’essentiel.

A concentrer le débat sur ce que nous voulons pour Genève.

A éviter le buzz et les effets d’image.

A force de se répéter, et cela sera obligatoire, nous allons désintéresser l’électeur.

ennui.jpg

07:45 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

04/04/2012

Droit dans le mur...

mur.jpg

 

 

Comptes de l’Etat.

Résultats qui semblent bons.

Derrière le bénéfice, qui est comptable pour 150 millions et réel pour 40, une dette qui augmente (plus de 140 %), des investissements en baisse, des rentrées fiscales moins que folichonnes et un grand trou à combler (le sauvetage des caisses de pensions de l’Etat) avec des estimations qui augmentent tous les jours (entre 700 et 800 millions de suite).

Lors du budget, le Conseil d’Etat nous a présenté une série de mesures pour pouvoir augmenter de 300 millions les rentrées fiscales.

Et puis plus rien.

Insuffisant.

On espère et on brûle un cierge, tous les jours, pour que l’économie reparte et que tout revienne comme avant.

Un peu la méthode Coué.

Sachant la lourdeur des mécanismes de l’Etat, c’est maintenant qu’il faut proposer.

C’est maintenant qu’il faut discuter avec tous les partis pour arriver à une solution de consensus.

Il ne faut pas attendre le budget et ses calculs d’apothicaires de dernières minutes.

L’Etat doit maigrir. Les traitements diététiques diffèrent, mais une thérapeutique doit être décidée et mise en pratique.

06:37 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

02/04/2012

Le 17 juin, cela va chauffer dans les urnes...

réseaux2.jpg

 

 

Election au Conseil d’Etat.

Votation sur les réseaux de soins.

Suspense garanti.

La parti socialiste a désavoué son conseiller fédéral et soutient le référendum contre les réseaux.

Etonnante loi !

Les réseaux existent, 1 million de suisses en bénéficient, les assurances ont déjà la possibilité de baisser les primes des assurés optant pour ce genre de prise en charge.

Alors pourquoi une loi qui favorise qu’un type de réseau ?

Pourquoi pénaliser les assurés qui ne veulent pas aller dans un réseau ?

Pourquoi pénaliser des régions de Suisse qui n’auront pas accès à un réseau ?

Pourquoi accepter que dans des cantons comme Genève, les assurées n’auront aucun choix puisque la loi ne concernera qu’un réseau, le réseau Delta ?

On résume : la loi ne concerne que les réseaux à responsabilité financière. Une enveloppe de X francs pour un nombre de patients.

Il faut faire avec.

Vous êtes en dessous, vous gardez l’argent, vous êtes en dessus vous êtes pénalisés.   

Il faut donc un système qui surveille, qui avertit le médecin lorsqu’il dépense trop, qui sanctionne les brebis galeuses, qui oblige les toubibs à travailler en pensant à l’argent à ne pas dépenser.

Pour arriver à quoi en définitive : à rien.

Car ces réseaux existent aux USA, aux Pays Bas, et ils n’ont jamais prouvé leur efficacité.

Pour créer ce type de réseau, il faut avoir beaucoup d’argent. Qui va investir : les assurances, les labos, l’industrie pharmaceutique.

A court terme, les médecins vont être les employés de grands groupes financiers.

Terminé la liberté de soigner, de prescrire, de penser d’abord à son patient.

06:56 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |