04/07/2012

La Politique est-elle soluble dans l'Economie ?

soluble.jpg

 

 

Est-ce que la Politique a encore un mot à dire à l’Economie ?

Sommes-nous crédibles, nous politiciens, lorsque nous critiquons les mécanismes économiques et que nous réclamons des règles de fair-play ?

Peut-on se contenter d’une position de spectateur, en-dehors ou en deçà, du champ d’action ?

La fermeture de Merck-Serono illustre bien ce propos.

Nous pouvons nous énerver, vitupérer, s’offusquer en vase clos, déposer motions et résolutions devant le parlement, nous restons spectateurs et non acteurs.

Le Politique doit accepter d’entrer dans le jeu de l’économique en utilisant ses règles et sa façon de penser.

Elle doit devenir un acteur incontournable de la vie économique.

Elle doit se faire respecter.

Elle doit pouvoir se montrer menaçante, exigeante.

Il faut parler dédommagements, pénalités, mais aussi développements, mise à disposition des infrastructures, stabilité politique, haut niveau de vie, qualité de vie et qualité de l’éducation.

Il faut donc établir un contrat qui très clairement stipule les devoirs de chacun.

Etre sur un même plan.

En cas de conflit, et bien c’est le droit des contrats qui tranchera et l’Etat pourra dans ce cas défendre valablement ses prétentions.

06:52 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Ah ah ah mon pauvre Bertrand, comme l'indique votre illustration vous vivez dans un monde de bisounours. Vous êtes d'une candeur touchante, pas étonnant que vouy soyez de droite. Cela dit je suis d'acccord avec vous on devrait persuader les crocodiles d'adopter un régime végétarien et convaincre les poissons de faire de la course à pied. Bref c'est sympa de nous faire partager vos premiers émois de citoyen responsable bon comme d'hab avec des grands coups de faut-que, et de y faudrait. C'est marrant on a plus droit à la gauche vorace, à la liberté de commerce et d'entreprendre. Que se passe-t-il Bertrand ? une soudaine crise de lucidité ou ou un mal de derche persistant ?

Écrit par : Anastase | 04/07/2012

Poser la question c'est connaitre la réponse semble-t'il , un conseiller d'Etat d'un autre canton doit avoir de sérieux bourdonnements dans les oreilles ce matin

Écrit par : lovsmeralda | 04/07/2012

André, l'analité semble être au centre de vos préoccupations. Les bourses de recherche deviennent-elles si difficile à décrocher ou alors votre vieille maman vous a-t-elle essuyé trop énergiquement avant que vous ne quittiez les couches à l'âge de 20 ans ?

Écrit par : Alain M. | 04/07/2012

@ Alain M.

Laissez André en paix. Les problèmes liés à mon énurésie post-adolescente ou mes ébats intimes ne concernent personne d'autre que mon épouse, mes collègues, mes étudiantes, Maurice et moi-même. Je compte d'ailleurs introduire une action auprès de la TDG pour vous forcer à livrer l'auteur de cette information. Depuis que l'âge me réduit à nouveau aux couches j'ai horreur des fuites.

Écrit par : Anastase | 04/07/2012

La vieillesse est un naufrage, n'est-ce pas André ?

Écrit par : table pour 6 | 04/07/2012

C'est tellement évident que les finances (l'économie) sont, en Occident et USA du moins, sont les les maîtres de la "gouvernance". La politique, le bien commun, le contrat social: il faudra bien revenir à la raison si notre espèce humaine veut survivre qzelque peu.

Écrit par : cmj | 04/07/2012

Vous avez omis de signaler le fait que l'un des points de votre agenda politique a été atteint :

1. La démocratie suisse tuée pour mieux achever les invalides de naissance (réussi).

Evidemment moins porteur électoralement que vos fantasmes du jours, destinés à rester à tout jamais des fantasmes, non seulement au vu du droit fédéral, mais surtout du fait que nul entreprise ne viendrait s'établir sous vos conditions. Et vous le savez. Votre démarche est électoraliste. C'est tout. Mais bon parfois vous arriver à quelque chose :

1. La démocratie suisse tuée pour mieux achever les invalides de naissance (réussi).

Écrit par : CEDH | 04/07/2012

Il était un incapable aux affaires sociales. Il fut déplacé aux affaires étrangères.

Aux affaires sociales, il décida qu'il fallait s'en prendre aux invalides de naissance dont il est constant qu'ils simulent l'invalidité depuis la naissance. Cet héroïque s'y attela tout seul, sans l'ombre d'un contrôle démocratique.

Le contrôle démocratique avait en effet disparu puisqu'une modification technocratique à l'annexe II de l'Accord de libre circulation suffisait comme le précisait l'article 18 de cet accord.

"Art. 18 Révision
Si une partie contractante désire une révision du présent accord, elle soumet une proposition à cet effet au Comité mixte. La modification du présent accord entrera en vigueur après l’accomplissement des procédures internes respectives, à l’exception d’une modification des annexes II et III qui sera décidée par le Comité mixte et qui pourra entrer en vigueur aussitôt après cette décision."

Autant dire que les deux dernières lignes :

"à l'exception d'une modification des annexes II et III qui sera décidée par le Comité mixte et qui pourra entrer en vigueur aussitôt après cette décision"

doivent disparaître et que la renégociation de l'accord se justifie.

Mais au fond quel est l'objectif final de l'héroïque? La suppression totale de la démocratie par la reprise automatique du droit européen, cela on le sait et avec les effets que l'on constate.

Mais pour les invalides de naissance que préconisez-vous ? L'avortement obligatoire de ceux et celles qui pourraient devenir invalides de naissances ? Et pour ceux que l'on aurait raté, l'euthanasie à la naissance ?

Soyons magnanimes et signalons que notre héroïque à su faire preuve de largesse : les Bulgares, Belges, Danois, Estoniens, Hongrois, Lettons, Lituaniens, Maltais, Polonais, Roumains et Slovaques pourrons aller vivre avec leurs rentes de vrais invalides en Thaïlande. Pas comme ces tricheurs de suisses invalides de naissance qui, faute de logements à Genève, ont l'outrecuidance de vivre à Annemmasse.

Écrit par : CEDH | 05/07/2012

Cet blog est vraiment super et je vais du coup le relayer à une collègue qui semble être du même avis que vous! Merci beaucoup!

Écrit par : assurances expatriées | 05/07/2012

Les commentaires sont fermés.