06/07/2012

Amnésie politique...

amnésie2.jpg

 

 

Il existe à Berne un département maudit.

Celui de la santé.

Une espèce de triangle des Bermudes faisant disparaître à jamais l’identité et l’indépendance d’esprit de son responsable.

Du jour au lendemain, il perd la mémoire.

Une amnésie politique.

Monsieur Berset a appris très vite. En quelques mois, il est devenu le parfait employé du lobby des caisses maladies.

Aucun doute. Pas de remise en question.

Allons de l’avant et bradons le secret médical.

Comme il est compliqué de faire travailler l’administration fédérale (mais pourquoi payons-nous des impôts !), alors on demande à SantéSuisse de faire le travail.

Pour 1 % des factures qui sont sujettes à discussion, l’Etat va transmettre toutes vos données médicales aux caisses maladies.

Et si vous avez le bonheur d’avoir votre meilleur ennemi qui travaille dans une caisse maladie, il pourra connaître le pourquoi et le comment de votre hospitalisation.

L’anonymisation des factures ! Trop compliquée, trop chère.

Et si tout bêtement on faisait confiance aux hôpitaux !

De toute façon, un service qui surfacture sera vite repéré en comparant les coûts des autres hôpitaux.

Monsieur Berset s’est rendu sans combattre. Sans honneur.

Pour faire plus simple, je propose de nommer automatiquement le Président ou la Présidente de SantéSuisse, chef du service de la santé.

06:44 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Un vif merci de dire fermement votre opposition à une telle décision.
Je suis frappée de voir qu'en quelques années la pratique de la médecine a autant dévié. Il est très regrettable qu'un service de personne à personne, de nature si intime, devienne aussi public et réduit à la dictature du l'aspect économique.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 06/07/2012

Vous avez bien raison. Nous comprenons pourquoi,si nous avions des doutes, la droite l'a préféré à Maillard. Pour certains hommes de gauche, la politique est comme les toilettes dans un restaurant: "à gauche en entrant, à droite en sortant"

Écrit par : mauro poggia | 06/07/2012

Je ne pense pas que Monsieur Berset se sente coupable si l'on sait les nombreux internautes francophones qui depuis 2002 parlent de leurs maux tous azimuts répondant aux questions afin d'obtenir des renseignements pour d'éventuels soins. La machine a volé toutes les priorités humaines c'est avant qu'il eut fallu s'insurger et mettre des batons dans les roues à la soi disant technologie avant gardiste
Sans omettre les fameux spectacles télé réalité ou là tout est déballé devant des millions de voyeurs aimant se gaver du malheur des autres et si l'on sait que ce nouveau siècle repose sur le mal éprouvé par d'autres afin peut-être de se sentir vivant on voit bien que le triangle des Bermudes passe aussi par les Médias remplis de questionnaires pour mieux vivre mais en obtenant toutes les réponses à vos différents maux .A défaut de sondages inventons des jeux mais qui ont pour fonctions d'obtenir nombre de renseignements qu'il n'eut fallu jamais donner surtout pas à des publicistes en tous genres

Écrit par : lovsmeralda | 06/07/2012

De la santé et de l'euthanasie des invalides de naissance

Récemment l'OFAS s'est réjouit de ce la Suisse ait triomphé des invalides de naissance, dont il est constant que ce sont des fraudeurs patentés qui simulent l'invalidité, ayant vicieusement préparé leur coup depuis leur naissance. Cet héroïque office, dit de la santé publique, à ce jour subordonné à Berset, s'y est attelé tout seul, sans l'ombre d'un contrôle démocratique.

Par décision d'un comité technocratique UE-Suisse, dit comité mixte, les rentes des invalides de naissance ne sont plus exportables au sein de l'UE. Y compris pour les demandes en cours.

Décision d'un comité mixte et technocratique. Punkt Schluss. Le contrôle démocratique a disparu depuis l'adoption de l'accord sur la libre circulation, puisqu'une modification technocratique à l'annexe II de cet Accord suffit comme le précise son article 18.

"Art. 18 Révision
Si une partie contractante désire une révision du présent accord, elle soumet une proposition à cet effet au Comité mixte. La modification du présent accord entrera en vigueur après l’accomplissement des procédures internes respectives, à l’exception d’une modification des annexes II [coordination des assurances sociales] et III qui sera décidée par le Comité mixte et qui pourra entrer en vigueur aussitôt après cette décision."

Remarquez que l'inscription à l'annexe n'est pas conforme à l'article 70 du nouveau règlement.

Remarquez que cela n'est pas théorique. A ma connaissance un invalide de naissance a déménagé il y a deux mois à Ferney (enfin, par là autour) faute de logement à Genève. Il doit donc rentrer sur-le-champ. Dans un logement aux portes assez larges. Si vous en connaissez un de disponible. Autonomie sabotée.

Remarquez que c'est idiot on ne fait pas un centime d'économie et on ne voit pas quelle fraude l'on éviterait.

Mais enfin pour les invalides de naissance quel est l'objectif final de Berset ? L'avortement obligatoire de ceux et celles qui pourraient devenir invalide de naissance ? Et pour ceux que l'on aurait raté, l'euthanasie à la naissance ?

Elle est belle l'Europe. Elle est belle la technocratie. Que c'est beau Bruxelles-am-Aar !

C'est vrai, j'oublie ce n'est pas comme les questions dont vous submerge l'AI ni celle des diagnostics, cela ne vous concerne pas. Vous n'êtes pas invalide de naissance et n'en avez rien à en foutre. Vous êtes PDC.

PDC. Contre la renégociation des accords de libre circulation. PDC pour le maintien de l'article 18. PDC contre la démocratie en matière d'assurances sociales. Sauf quant cela vous touche, alors là vous gueulez. Quant ça vous touche il faut un vote populaire, quand cela touche les invalides de naissances exit la démocratie.

Anticipons. Pour la Croatie. Pour les criminels de guerre. Quel est votre point de vue.



@ Poggia

La politique est comme les toilettes dans un restaurant : "A gauche en entrant, à droite en sortant", certes, mais "le PDC entre les deux".

Écrit par : CEDH | 06/07/2012

Est-il PDC de naissance ou l'a-t-il attrapé plus tard ?

Écrit par : Plouf | 06/07/2012

Une solution (ou même LA solution) : La caisse unique et out les caisses-maladie !!

Écrit par : Gipi | 06/07/2012

Mon cher Bertrand,
Ton appréciation de cette nouvelle ordonnance ne correspond malheureusement pas à ce qui y figure - la plupart de nos exigences ont été prises en compte, et c'est un texte qui est plutôt bon!

Écrit par : Jacques de Haller | 06/07/2012

Ruth Dreifuss, mère de la LAMAL était socialiste, Alain Berset est socialiste, on dirait qu'être socialiste est devenu en soi une maladie.

Mettons un terme à la LAMAL !
www.stop-lamal.com

Écrit par : Victor Winteregg | 06/07/2012

On peut légitimement se demander pourquoi M. Berset a opté pour la solution la plus coûteuse. Laisser chaque caisse maladie mettre en place son propre service de traitement des données de facturation hospitalière reviendra plus cher que de créer une entité indépendante qui centraliserait cette tâche.
Gageons que c'est l'assuré lamal qui fera une fois de plus les frais de cette abdication.

Écrit par : roger lapointe | 06/07/2012

La bonne foi commande de préciser que si le coup de grâce dirigé contre les invalides de naissance a été porté par Berset et qu'il aurait fort bien pu y renoncer, il a été rendu possible par une modification législative formelle adoptée antérieurement et préconisée par le PDC Burkhalter (77 al. 2 LAI).

J'ai rarement été confronté directement, sous nos cieux, à quelque chose de pareillement abject et froidement panifié.

Écrit par : CEDH | 06/07/2012

La vache, au moins je me dis que j'ai pas mal fait de passer sur ce blog!!

Écrit par : mutuelle santé | 06/07/2012

Anastase, tu ne réagis pas ?

Écrit par : l'iconoclaste | 06/07/2012

Alain Berset a tout juste. Il est grand temps de soumettre la profession médicale à la férule des assurances maladies privées seules capables d'assurer l'accès pour tous à des soins de qualité.

L'exercice de la médecine doit être nationalisé et les médecins mis au salaire minimum pour les empêcher de rouler en Porsche Cayenne. L'industrie pharmaceutique et ses requins doivent être supprimés et remplacés par la phytothérapie populaire.

La pension des professeurs d'université doit être quintuplée et franche d'impôts.

Écrit par : Anastase canal historique | 06/07/2012

Les commentaires sont fermés.