17/09/2012

Oups !

 

oups.jpg

 

Pas très politiquement correcte la une de « 20 minutes ».

En gros et gras «  Un français appelé à diriger les HUG ».

Le réveil a été brutal.

Première réaction : la boulette, l’impensable, la « big » erreur.

Dans le contexte actuel cela ne passera pas, cela ne peut pas passer.

Un boulevard pour le MCG, le tapis rouge pour Stauffer.

Deuxième réaction : A qui va profiter le crime ?

L’origine de la fuite ?

Si on veut torpiller ce choix, le mode opératoire est bien choisi.

Sur le fond, non, non et non, je ne veux pas d’un directeur qui vient de Paris.

Un point c’est tout.

Il faut être au courant du tissu local, de la politique de santé suisse, tellement différente de celle de la France, connaître les politiciens, les médecins et arrêter de penser qu’un hôpital se dirige comme une usine.

Nous avions déjà fait une mauvaise expérience au TPG avec une directrice venant de la RATP.

Le souvenir reste cuisant.

Alors on dit stop, on rembobine, et on nomme un genevois à ce poste.

07:14 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Et s'ils choisissaient un..."Suisse allemand" ?

Y en a partout. Ils sont majoritaires et ils apprécient fort la région lémanique.

Restons donc aux aguets:-) !

Écrit par : jaw | 17/09/2012

En effet, pourquoi donc l'herbe serait-elle plus verte ailleurs ?

Nous avons, j'en suis certain, des compétences locales sous la main qui demandent juste qu'on leur accorde un peu d'attention et surtout qu'on leur fasse confiance.

Il faut sauver le soldat Bertrand Levrat !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 17/09/2012

Vous avez tellement raison Dr. Buchs. Genève est l'exemple même d'un canton qui réussi grâce aux genevois expérimentés et compétents qui sont aux commandes:

- anarchie en matière de circulation
- pénurie de logements et plus faible taux de nouvelles constructions
- canton le plus endetté de suisse
- parmi les plus forts taux de chômage de suisse

A la politique des petits copains français privilégions la politique des petits copains genevois, belle mentalité dans tous les cas !

Écrit par : mc | 18/09/2012

Comme si le label genevois suffisait à garantir la qualité de la marchandise...Il suffit de voir les régiments de rastaquouères qui mendient dans nos rues pour s'apercevoir que la classe politique dans son ensemble a failli dans sa mission. Inféodée aux privilégiés et nervis du grand capital apatride, la gauche préfère désormais les petits plans de carrière à l'intérêt général. Pour le salut de la doctrine, mieux vaut s'en remettre au Grand Frère qu'aux petits copains.

Écrit par : Anastase | 18/09/2012

Les commentaires sont fermés.