27/09/2012

Difficultés de lecture ...

 

coue.gif

 

Le PLR a fait le grand schelem. Jusqu’aux prochaines élections, tous les postes clés de la République sont en main d’un seul parti.

Bravo pour lui.

Mais attention au foie. La gourmandise est un joli défaut.

La sécurité, le développement, l’énergie, et la santé, pas mal.

Bon retournons sur terre.

Petite question à 10 centimes : A quoi sert un PDG ?

Deux clés de lecture.

A rien, juste un bâton de maréchal pour service rendu à la République.

A donner les impulsions pour développer l’entreprise, à imaginer une politique, à se battre pour être le « number one ».

A vous de répondre.

Mais si j’opte pour la deuxième réponse, je me demande si le Conseil d’Etat fait un bon choix.

Je vais parler de ce que je connais un poil, la Santé.

Quelles sont les compétences métiers du nouveau PDG ?

A-t-il en tête les interrogations, les doutes, concernant l’avenir des hôpitaux universitaires ?

Premièrement le bassin de population est trop petit : nous ne pouvons pas compter sur le reste du grand Genève et nous avons perdu la Suisse Romande.

Deuxièmement : Avons-nous des niches d’excellence, dans quelle direction devons-nous orienter notre médecine de pointe, qui engager, où investir ?

Troisièmement : Est-ce que les cliniques privées ne prennent-t-elles pas trop d’importance en attirant de plus en plus les cadres des HUG ?

J’imaginais que nous aurions pu trouver une compétence métier pour ce poste.

En français, un médecin.

Ou un entrepreneur.

Bon c’est fait, soyons optimiste, attendons de voir.

Je suis condamné à la méthode du bon pharmacien Coué.

07:14 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Certes, le jour où tous les élus ou fonctionnaires de haut niveau, y compris notre ministre adéquat seront de vieux médecins généralistes avec 30 ans d'expérience d'humanisme et de milliers de maladies différentes, la médecine ainsi que les coûts de la santé ne s'en porteront que mieux.

Car un ministre non médecin va s'en laisser conter très facilement par des experts technocrates et un PDG ne pourra évaluer son travail que commercialement parlant, sans tenir compte des causes et effets de ses décisions.

Nous devrions exiger qu'à ces postes-clé ne soient engagés ou élus que des médecins expérimentés !

Écrit par : Jmemêledetout | 27/09/2012

c'est marrant de toujours penser qu'il faut toujours un médecin pour diriger la moindre des structures agissantes dans le domaine de la santé
un paquebot comme HUG doit être géré par un spécialioste de la gestion et du management, lequel veillera à s'entourer de praticiens de tous ordres.
partir de l'idée qu'un doctorat en médecine est la panacée en matière de gestion c'est commettre une grave erreur d'appréciation
mais il est vrai que ces messieurs sont chatouilleux et qu'ils ont pour la pluspart un ego surdimensionné

Écrit par : pralong | 27/09/2012

C'est une bonne nouvelle, on pourra trois fois mieux leur incompétences ;-)

Écrit par : plume noire | 27/09/2012

Vous vous trompez pralong. Justement, les vieux médecins généralistes ont non seulement de l'expérience mais de l'humilité, je ne parlais pas là d'un grand professeur qui prend ses patients pour ses élèves ;) Un vieux médecin sait quels seront les coûts de mauvaises décisions, les lacunes du système, ses effets sur la santé. Il sera à même de dire ce qui manque ou ce qui est de trop pour une médecine intelligente.

Et leur faire un procès avant d'avoir simplement tenté l'expérience manque d'ouverture.

Penser qu'un vieux médecin qui a dû se battre toute sa vie pour assurer la survie d'un cabinet ne saurait pas gérer une économie me laisse perplexe.

Ce serait comme penser qu'une ménagère n'a aucun sens de l'économie, alors qu'elle gère un budget familial depuis des millénaires...

Et si l'on en juge à ce que font nos brillants technocrates et les coûts de santé qu'ils génèrent par des décisions absurdes, ceux-ci ne sont certainement pas à prendre en exemple.

Laissons la place à l'expérience plutôt qu'aux concepts, pour une fois.

Écrit par : Jmemêledetout | 27/09/2012

une bulle... deux bulles... après trois... on compte plus: ça fermente

Écrit par : Pierre à feu | 27/09/2012

Quelques remarques :
- c'est M. Unger, ancien médecin et conseiller d'Etat PDC, qui a soutenu la candidature d'un libéral à la présidence des HUG.
- le président du conseil des HUG n'est pas le PDG. Il doit présider le conseil et doit avoir des compétences différentes de celles d'un PDG.
- un PDG est là pour diriger et doit avant tout être un patron. En quoi un médecin serait-il formé pour diriger ? Le patron de General Motors est-il mécanicien ?
- maintenant, il faut à tout prix que le successeur du directeur sur le départ prenne ses fonctions. Sinon, on va se retrouver dans la situation risquée où le magistrat en charge de la santé et le directeur changeront en même temps ! Mais peut-être est-ce ce que veut M. Unger, afin d'éviter la période de transition fatigante et sensible des premiers mois du nouveau directeur ?

Écrit par : Claude Hulliger | 27/09/2012

pour info, le ceo de GM est bien mecanicien, ingenieur en mecanique,

Écrit par : patrice | 28/09/2012

On sait depuis longtemps qi'il ne faut pas mettre un médecin à la tête d'une structure médicale. Nous avons besoin d'un gestionnnaire avisé et non pas d'une diva qui va faire venir ses copains et dilapider les ressources publiques en achetant des gadgets et des recherches inutiles. Je ne parle pas du mépris pour le personnel hospitalier qui n'est pas sorti de la faculté. il ne viendrait à l'idée de personne de nommer un premier violon comme administrateur d'orchestre ou un pilote à la tête d'une compagnie aérienne. Bref un médecin est le plus mal placé pour diriger les HUG et ce n'est pas Unger qui va faire démentir la règle. Du reste être dirigé par un administrateur vertueux ne leur fera pas de mal. Sinon ce sera la partouze financière.

Écrit par : Anastase | 30/09/2012

Et pour les non-initiés, c'est qui le nouveau directeur des HUG?

Écrit par : novice | 02/10/2012

Les commentaires sont fermés.