02/11/2012

Franchement, on n'est pas aidé !

 

cata.jpg

 

Déjà qu’on a de la peine à convaincre nos patients de l’importance de se faire vacciner contre la grippe, voilà « ti » pas que nos firmes pharmaceutiques s’emmêlent les pieds dans la carpette.

Lots contaminés, doutes sur la présence d’impuretés, rupture de stocks.

Panique à bord garantie.

A chaque vaccin, j’ai l’impression d’empoisonner mes patients.

« Vous êtes sûr docteur que je ne risque rien… »

L’histoire de la grippe « cochonesque » ne nous avait pas aidés, mais cette année c’est la super cata.

Bon, on va tenir.

Parole de scout.

Et continuer, contre vents et marées à vacciner les personnes à risque.

C’est notre boulot.

Juste pour mémoire : La vaccination contre la grippe est UTILE.

06:59 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Et n'oublez pas que la grippe représente un apport financier non négligeable pour nos valeureux médecins. C'est un peu leurs étrennes de fin d'année avec lesquelles ils emmèneront leurs familles au bout du monde, là où il n'y a pas besoin de se faire vaccinner contre la grippe. Alors, un bon geste, aidez votre médecin à prendre des vacances cet hiver, il le mérite.

Écrit par : Anastase | 02/11/2012

une question reste cependant en suspend,et si à force de vaccin ,le virus lui-même en perdait la boule et commence à attaquer d'autres organes affaiblis par l'âge,oui la jeunesse éternelle est dans la tête mais les maux physiques n'épargneront jamais personne
Comme par exemple en 1990 ou vaccinées des personnes a problèmes respiratoires ont dû faire un second vaccin pour enrayer les pneumonies secondaire à celui contre la grippe? de un vaccin il fallu passer à deux pour finir peut-être plus rapidement au père Lachaise ou alors considérées comme simples cobayes vu leur état physique désormais sans espoir aucun de guérison,ont -elles accepté ce traitement car conscientes de leur état? et espérant car du métier que ce traitement abrégerait leur vie,qui sait!
Je reste persuadées que la médecine ayant fait tomber tous les tabous a perdu le sérieux qui était celui des anciens toubibs,c'est la même chose pour les jadiniers à trop d'amateurisme et je pense aux naturopathes etc certains n'ayant aucune capacité tout tombe en poussière même la confiance du patient envers son médecin
Le veuvage tout le monde en rit,mais un chose est certaine dès l'instant ou le conjoint tombe malade ceux qui riaient il y a peu on perdu l'envie même de sourire,faut-il vraiment en passer par là pour que d'autres comprennent à quel point on vit dans un monde de lâches qui croient que seuls les mots y'a qu'à ou on verra ,faut attendre suffisent à rétablir la confiance?

Écrit par : lovsmeralda | 02/11/2012

Hors sujet: quatre (oui) heures d'attente aux Urgences pédiatriques pour obtenir un certificat médical à la suite d'une agression.
Jusqu'où faudrait-il aller pour recruter les gens capables de faire faire sortir nos services hospitaliers du tiers monde?
P.S. Ma dernière remarque est, comme on me le ferait remarquer, sans doute, si je ne le faisais pas moi-même, le résultat de la fatigue et de l'irritation, ajoutées au souvenirs d'une époque plus heureuse.
Car comme expérience de soins hospitaliers je ne connais par expérience personnelle, à part Genève, que ceux de Grande-Bretagne (années '60), Australie (années '90) et, moins directement, de Colombie (années '80 et '90).

Écrit par : Mère-Grand | 02/11/2012

Et bien Mère-Grand vous avez frappé à la bonne porte. Bertrand W Buchs est un grand adepte du moins d'Etat, moins de fonctionnaires, des budgets revus à la baisse. 4 heures d'attente pour un personnel surchargé, sous-payé c'est encore très raisonnable. La prochaine fois allez aux urgences pédiatriques des Grangettes, une vache à lait du PDC, payé en partie par la fondation Wilsdorf. Très grande classe, aquarium, poissons exotiques. Bien entendu ce sont les prix du marché, maintenant si vous n'en avez pas les moyens, c'est pas leur problème. Adressez-vous à l'Entente, bon... eux n'envoient pas leurs enfants aux HUG mais ils ont une idée très claire de ce que cela devrait coûter. Et je peux déjà vous dire que c'est trop. Vous voyez la politique c'est pas si compliqué...

Écrit par : Anastase | 02/11/2012

Avec Anastase on n'est jamais sorti de l'auberge rouge. Notre Ceacescu carougeois étant toujours partant pour puiser sans lésiner dans les fonds publics afin de financer ses voyages dans le cadre de projets de recherche scientifiquement insignifiants. Comparer cette scandaleuse dilapidation à l'action de prévention menée par les médecins donne toute la mesure son inconséquence.
Tartuffe un jour, tartuffe toujours. N'est ce pas Dédé la nouille ?

Écrit par : Patrick Würmli | 02/11/2012

@Anastase
Merci du conseil.

Écrit par : Mère-Grand | 02/11/2012

Les commentaires sont fermés.