18/12/2012

C'est quoi, déjà, Noël ?

 

Noël.jpg

 

Un truc avec un sapin qu’il faut décorer et un bonhomme habillé de rouge qui chante avec une voix grave et qui apporte des friandises et des cadeaux.

Donc une fête probablement païenne.

De toute façon, elle ne sera pas fêtée cette année, car nous allons tous mourir le 21 décembre.

Zut, j’avais fait une liste pour le gros bonhomme et je l’avais déjà envoyée en Laponie.

Rave, je me réjouissais de recevoir une traversée du lac, à construire.

Un jeu s’appelant l’immobilité, dont le but est de rallier un point A à un point B le plus lentement possible.

Une nouvelle version du Monopoly concernant uniquement le marché de la santé.

Les œuvres complètes de Riton Stauffer avec une exégèse de Pascal Décaillet.

La liste complète des vrais faux candidats PDC au Conseil d’Etat. Avec un gros crayon rouge pour tracer ceux qui ont dit, qui ont dit, et encore dit mais qui n’y vont pas.

Et bien voilà, je ne vais rien recevoir.

Sur la paille, comme un petit gamin qui selon une légende serait né à Noël.

Mais de cela, il ne faut pas en parler.

Ma bonne dame, raconter notre histoire, vous n’y pensez pas.

Politiquement incorrect.

06:35 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

17/12/2012

On marche sur la tête...

 

tête.jpg

 

Comme un petit problème.

La semaine dernière, je participais au congrès de la Société Française de Rhumatologie.

Et en discutant avec les confrères (on papote, on papote), nous nous sommes rendu compte que la rhumatologie allait bientôt disparaître.

Les hôpitaux universitaires romands ne forment plus de relève.

Résultat : dans les 5 ans à venir, il n’y aura plus qu’un rhumatologue dans le canton du Jura, 2 dans le canton de Fribourg, 3 en Valais, 3 ou 4 à Neuchâtel.

Pour Genève et Vaud, vu notre moyenne d’âge, le nombre sera probablement divisé par 2.

Et pourtant le travail ne manque pas.

Etrange, ce désintérêt des services universitaires pour prévoir une formation.

On se concentre sur la recherche et on oublie la clinique.

Conclusions : On ira chercher des confrères à l’étranger.

 

Une réforme de la formation post-graduée est donc urgente.

J’ai déposé, avec le Dr. Saudan, une motion qui va dans ce sens.

Elle sera discutée en janvier ou en février 2013.

06:40 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

06/12/2012

A votre bon coeur...

 

A-vot-bon-coeur.jpg

 

J’adore savoir ce que l’on fait de mes cotisations professionnelles.

Cela me rassure et je me dis que mon argent sert pour la bonne cause.

Je suis très heureux que mon collègue De Haller puisse partir à la retraite avec, en plus de son deuxième pilier, une somme de 800 000 francs.

Ça c’est du socialisme.

Les médecins de famille remercient la FMH pour l’exemple donné.

Je ne manquerai pas d’envoyer un bulletin de versement à Berne pour que je puisse un peu bénéficier des rentes mirifiques de la FMH.

Ben oui, à Genève, nous avons un poil aidé notre bon collègue.

Qui a lancé le référendum sur les réseaux ?

Qui a eu l’idée de l’initiative demandant la séparation stricte des assurances maladies de base et privée ? Idée reprise par le Conseiller Fédéral Berset comme contre-projet à la caisse unique.

Qui s’est battue, avec une grève, contre la diminution de la rémunération du laboratoire du praticien ?  

Qui a demandé une planification cantonale de l’ouverture des cabinets médicaux grâce à une initiative cantonale ?

L’Association des Médecins de Genève et bibi.

Et oui, gratuitement, sans demandant de droit d’auteur.

Et pendant ce temps qu’elles sont les résultats de la FMH ?

A part de se perdre dans les méandres des tarifs sans jamais obtenir quoi que ce soit.

Je me demande si nous ne devrions pas retenir un certain temps, sur un compte bloqué, nos cotisations. Ou déduire tout simplement 800 000 francs.

A Genève, nous avons toujours une idée d’avance.

06:50 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

05/12/2012

Logique !

 

logique.jpg

 

Les médecins quittent l’hôpital cantonal pour pouvoir s’installer avant l’entrée en vigueur du nouveau moratoire.

Logique.

Ce qui l’est moins c’est l’absence d’anticipation et de plan de carrière.

On utilise le jeune médecin sous prétexte qu’il se forme et une fois la « Migros data » dépassée, au revoir je t’ai vu.

Résultat trop de médecins en ville.

Il y a des siècles, lorsque j’étais jeune, beau et intelligent, nous avions déjà demandé une augmentation de postes de cadres dans les HUG, pour permettre à plus de médecins de rester à l’intérieur de cette institution, et pour les autres un plan de formation.

Combien de rhumatologues, de dermatologues, de cardiologues… et où.

Lettre morte.

Nous avions également suggéré que le médecin de famille suive une formation de base valable et intéressante.

Cela a été fait en partie.

Et surtout, lorsque le tarif TARMED a été écrit, de valoriser le revenu du médecin de famille et non du spécialiste.

Et là, échec sur toute la ligne.

Disons-le clairement, si vous voulez bien vivre devenez spécialiste et surtout pas médecin de famille.

Tant qu’il n’y aura pas une coordination entre les cantons sur la formation et l’ouverture des cabinets médicaux, la loi de la jungle persistera.

J’ai déposé une initiative cantonale (votée par le grand Conseil), demandant que le canton de Genève puisse mettre en place une planification des cabinets médicaux (qui est en examen devant la commission de la santé du Conseil aux Etats) et une motion devant le Grand Conseil demandant une coordination inter cantonal romande.

Un grand merci aux docteurs Forni et Saudan et au Professeur Morel pour leur soutien.

06:47 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |