08/01/2013

Quelle drôle d'histoire !

 

drole-d-histoire.jpg

 

En décembre, une de mes patientes devait se faire opérer dans une clinique privée de la place.

Rien de plus normal.

Elle bénéficiait du changement de loi qui permet à partir du 1er janvier 2012 à de patients sans assurance privée de se faire prendre en charge par un établissement privé.

Pour ce faire, le Canton a passé un accord avec les cliniques et verse une subvention annuelle.

Rien de plus normal, encore que subventionner des établissements privés, cela m’a toujours semblé surréaliste.

Quelques jours avant l’intervention, patatras, plus d’opération.

Reportée à janvier 2013, les quotas d’opérations prévus semblaient être dépassés.

« Le Matin » a enquêté et a découvert que les termes des contrats n’avaient pas été remplis (nombre d’interventions). En conséquence l’Etat a décidé de diminué de 5 millions la subvention.

Ma patiente devait se faire prendre en charge cette semaine.

Pas de nouvelles, mauvaises nouvelles.

Ne voyant rien venir, elle a pris le bigophone et elle a appris que son opération était reportée à la semaine des 4 jeudis.

Raison : Il n’y a plus d’accord entre l’Etat et les cliniques.

Ah bon…

Première nouvelle.

Dans ce cas, je propose de supprimer purement et simplement la subvention.

Ce qui permettra d’ajouter 20 millions d’économies supplémentaires pour le budget.

Et puis on arrête ce cirque.

Quand à ma patiente, et bien elle va devoir aller aux HUG. Dans combien de temps ?

Elle a un peu l’impression de s’être fait prendre en otage…

06:23 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

patiente prise en otage? certe surtout qu'en 2013 l'année débute avec 5 jeudi ce qui n'est jamais de bon augure/rire
heureuse de pouvoir vous lire à nouveau cher Monsieur
avec mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année

Écrit par : lovsmeralda | 08/01/2013

votre patiente n'a qu'à aller à l'hôpital comme tout le monde.

Écrit par : Anastase | 09/01/2013

N'est-ce pas?

Écrit par : Moi | 09/01/2013

Les commentaires sont fermés.