23/01/2013

Cela suffit !

 

assez.jpg

 

Comment le dire et l’écrire avec élégance et retenue.

Ras la patate.

Cela fait des années que nous payons trop de primes d’assurances maladie.

Cela fait des années que les réserves des assurances gonflent à Genève.

L’argent, votre argent, notre argent est ensuite redistribué dans d’autres cantons pour permettre à ces derniers de limiter la hausse de leurs primes.

Quelle drôle de péréquation financière !

Et hier la commission de la santé du Conseil aux Etats a balayé toutes solutions pour permettre de récupérer une partie de la somme.

Trop compliqué. Tu parles…

« Allez on efface l’ardoise et on repart sur des bases plus saines »

Intéressant comme solution.

Cela suffit et nous ne devons pas nous laissez faire.

Je demande au Conseil d’Etat, dans sa séance de ce jour, de prendre une décision ferme.

Cet argent a été utilisé comme dans un système de péréquation.

Alors si la somme ne peut ou ne veut pas être rendu, on peut considérer à juste titre que Genève a payé 351 millions en trop au titre de la RPT (Réforme  de la Péréquation et de la répartition des Tâches de la confédération).

Pour mémoire en 2012, Genève a déboursé 250 millions au titre de cette péréquation financière.

Conclusion : nous ne devons plus rien pour 2013.

07:55 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

bravo Bertrand

voici une idée qui devrait réunir l'entier du parlement sous la forme d'une résolution !

Écrit par : thierry.cerutti | 23/01/2013

Scandaleux et dire que mon assurance maladie m'envoie un bulletin de versement de 1 francs et 45 centimes pour ma participation à une intervention de plus de 3 000 francs!

Écrit par : MGD | 23/01/2013

C'est prévu, à moins que le CE prenne une décision aujourd'hui.

Écrit par : Bertrand Buchs | 23/01/2013

Quelle solution préconisez vous ? Diminuer les primes d'aujourd'hui pour compenser les primes trop élevées de hier ? Pas d'accord ! Cela revient à plumer définitivement ceux qui ont entre temps quitté le canton et à donner leur argent aux nouveaux arrivants, dont les envahisseurs portés par la libre circulation. Bref remplacer une injustice par une autre.

Que le canton ne verse pas ce qu'il doit dans le cadre de la péréquation ? Pour avoir le moyen de subventionner les caisses de pensions de l'Etat et que je ne revoie rien ! Non merci. De toute façon, il serait plus intelligent d'arrêter de verser notre dîme (200 millions par an) à la France voisine et de laisser la Suisse se débrouiller avec la France (payer ce qui est dû et dénoncer la Convention de 1973 devenue caduque au vu de la nouvelle donne en matière fiscale et de libre circulation).

Mais quelle est donc votre solution Monsieur YAQA ? Rédigez, lancez une initative et arrêtez de geuler YAQA. Je vais finalement finir par croire que la solution vous importe peu.

Au passage, je vous signale que le chômage c'est en fin de compte une pot unique dans lequel sont versées les cotisations et prélevées les prestations. Plus il y a de chômage, plus il y a de prestations et moins il y a de cotisation. Plus un canton a de chômage, plus il creuse le déficit de l'assurance chômage. Et à Genève, comme dans les autre cantons qui râlent, il y a beaucoup de chômage. Genève coûte en matière de chômage aux cantons qui ont coûté à Genève en matière d'assurance maladie. Péréquation naturelle. Et là Unger n'en pipe mot. Gageons que ces chiffres seront resservis à Genève le temps venu.

Écrit par : CEDH | 23/01/2013

La solution: c'est l'essentiel. Une page FB dédiée pour lancer le débat? Constitution d'un comité citoyen et apolitique? Préparation d'une pétition qui serait diffusée le plus largement possible? Lobbying ciblé autour des politiciens qui doivent encore décider? Je suis à disposition pour prêter main forte, et connais deux autres personnes qui le sont aussi.
Jean-Claude Péclet

Écrit par : Jean-Claude Péclet | 24/01/2013

Une idée de solution: si rembourser les particuliers est trop compliqué, voire injuste (certains sont décédés, d'autres ne sont pas assurés depuis 20 ans, etc.), que ce soient les cantons qui ont trop payé qui touchent les sommes excédentaires, et que ces sommes soient explicitement destinées à des infrastructures en lien avec la santé des citoyens. Un remboursement collectif "en nature"; c'est, je pense, la manière la plus juste de réparer cette injustice.

Avec de bons projets pour les écoles et les ems, on touche directement ou indirectement tous les citoyens. Quel projet concret, là, je n'ai pas d'idée...

Quant aux cantons "déficitaires", qu'ils remboursent via leurs primes ce qu'ils ont indûment économisé durant 20 ans, non mais!

Écrit par : Sérum | 24/01/2013

@ Buchs

Genève (et les autres cantons qui râlent) coûte cher à l'assurance-chômage fédérale. De 1996 à 2011, pendant les 15 ans concernés, Genève (et les autres cantons qui râlent) ont creusé les déficits de l'assurance-chômage. Avec pour résultat une augmentation des cotisation de 0.2 % à compter du premier janvier 2011 (2 à 2.2 %). L'augmentation de 0.2 % est imputable à Genève (et aux autres cantons qui râlent). Le taux de 2 %, trop élevé pour les cantons attaqués, constituait déjà une arnaque des travailleurs des cantons attaqués.

Mais bon, en prenant seulement en compte ces 0.2%, cela fait 10 francs pour un salaire de 5'000 francs. Dix francs par mois, comparé au 5 francs par mois de l'assurance maladie.

Je crois que c'est ceux que vous attaquez qui devraient demander des comptes à Genève (et aux autres cantons qui râlent)!


@ Sérum

Je ne vois pas pourquoi le canton de Genève devrait encaisser l'argent que l'on me devrait. J'écris bien "devrait" et non "doit" car tout dépend du parcours de chacun sur 15 ans. Changement de domicile, naissance et mort, mais aussi changement de caisse. En effet, n'oublions pas que les transferts indus dépend des caisses : 5 francs par mois est une moyenne entre les caisses !


@ Jean-Claude Péclet

Mettez donc en ligne un calculateur permettant, sur la base d'une carrière précise d'assuré, de déterminer ledit montant. Et donnez aussi les chiffres de la péréquation en faveur de Genève dans le domaine de l'assurance-chômage.

Écrit par : CEDH | 24/01/2013

CEDH: je vois encore moins pourquoi d'autres individus, ailleurs, en Suisse, pas nécessairement indigents, devraient conserver l'argent qu'ils vous devraient.

Vous n'aimez pas trop la justice?

Écrit par : Sérum | 24/01/2013

Bravo au Dr Buchs pour être parti en croisade! Les mentalités évoluent. Beaucoup d'assurés paient leur prime en retard. Parfois par manque de liquidité, mais aussi par esprit de résistance passive "à la Gandhi". L'assurance de mon épouse et la mienne mettent très souvent deux mois pour rembourser les prestations alors que l'argent devrait être (avec les moyens bancaires et informatiques actuels) sur nos comptes dans les dix jours. On nous vole et en plus il faut que médecins et patients jouent au banquier sans rémunération. Ras le bol!

Écrit par : chabloz | 26/01/2013

Les commentaires sont fermés.