25/02/2013

J'ai changé d'avis !

 

avis.jpg

 

Normal quand on est PDC : )))

J’ai voté non à la fusion des caisses de retraites.

Pourtant lors des séances du Grand Conseil, j’avais suivi l’avis de la majorité.

Je ne me suis jamais senti à l’aise avec cette décision.

Je me méfie toujours des projets qu’il ne faut PAS REFUSER.

Et puis je me suis demandé s’il était normal de faire payer, à la population, le maintien de certains privilèges.

Surtout que ces privilèges n’existent pas pour la majorité des caisses de retraites dont dépendent nos concitoyens.

En fin de compte on paye pour quelque chose que nous ne verrons jamais.

On passe deux fois à la caisse, pour notre propre prévoyance et celle de l’Etat.

Cette fusion va probablement, à moins d’une brusque embellie financière, entraîner une hausse des impôts.

Est-ce normal de demander un effort sensible à la population alors que les pertes des fonctionnaires sont minimes ?

Si votre caisse de retraite va mal, est-ce que l’Etat vient à votre secours ?

Je ne suis pas l’employeur des fonctionnaires.

Je n’ai donc pas à payer pour la retraite des fonctionnaires.

Je donne simplement un mandat à l’Etat, en payant mes impôts, de me garantir la sécurité, la mobilité, l’éducation et la santé.

Et je lui demande de gérer correctement mon investissement.

Dans cette affaire, je n’ai pas l’impression que l’effort ait été suffisant.

Devons-nous nous taire pour éviter un conflit syndical ou un risque de grève ?

Il est temps de renégocier cet accord.

Ce qui permettra d’alléger le déficit de l’Etat et d’utiliser cet argent pour votre sécurité, vos logements, votre santé, votre éducation.

06:56 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

la raison fini le plus souvent par l'emporter sur la passion et c'est très bien ainsi sinon nous en serions encore à l'ère de l'eau à chauffer dans le caldor pour le bain mensuel et ce dans la seille qui servait au trempage des mouchoirs utilisés à la semaine.
toute belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovsmeralda | 25/02/2013

Et bien moi mon cher Buchs, je n'ai pas changé d'avis. Où est passé l'argent de la BCGE qui pourrait sauver notre système de retraite ? Qui sont les coupables ? Vont-ils rembourser sur le principe du pollueur payeur ? Vous voulez la fin des privilèges ? Pas de problème, nous exigeons dès maintenant que les médecins paient en totalité les frais de leurs formation. Nous supprimons la charge de notaire, un parasitisme toléré depuis trop longtemps.

Écrit par : Anastase | 25/02/2013

Je rejoins Anastase sur tous les points.

Écrit par : Victor Winteregg | 25/02/2013

C'est curieux à Carouge, il parait que les PDC défendent les fonctionnaires…. et sur le canton c'est le apparemment le contraire.

Je vous site:

"Est-ce normal de demander un effort sensible à la population alors que les pertes des fonctionnaires sont minimes "

"Je ne suis pas l’employeur des fonctionnaires."

"Je n’ai donc pas à payer pour la retraite des fonctionnaires."

Si vous voulez diriger un jour cette belle commune de Carouge, les fonctionnaires ont du soucis à se faire……


Bonne journée

Écrit par : Kroug | 25/02/2013

C'est curieux à Carouge, il parait que les PDC défendent les fonctionnaires…. et sur le canton c'est le apparemment le contraire.

Je vous site:

"Est-ce normal de demander un effort sensible à la population alors que les pertes des fonctionnaires sont minimes "

"Je ne suis pas l’employeur des fonctionnaires."

"Je n’ai donc pas à payer pour la retraite des fonctionnaires."

Si vous voulez diriger un jour cette belle commune de Carouge, les fonctionnaires ont du soucis à se faire……


Bonne journée

Écrit par : Kroug | 25/02/2013

Vous n'êtes pas l'employeur mais VOUS êtes le député (parmi de nombreux autres depuis quelques décennies), le député qui doit contrôler le fameux employeur qui a du attendre une injonction de Berne pour réagir à la chute de la CIA.

Si l'employeur et les députés avaient fait correctement leur travail, peut-être qu'aujourd'hui le trou à combler à la charge du contribuable ne serait pas celui-ci. Cela fait plus de 20 ans que la CIA loue quasi à perte des appartements, que la gestion des avoirs "placés" n'est pas à la hauteur.

Si ce n'est pas VOUS (les députés) qui en êtes directement responsables, vous êtes au moins complices, faute d'avoir réagit à temps.

Les employés paient donc leur part (augmentation des cotisations, des années de cotisations, ...) et l'électeur (élisant les députés et Conseillers d'Etat) paye le fait d'avoir choisi des personnes qui n'ont pas joués leur rôle de contrôle de la CIA.

Il faut donc voter OUI pour assumer les erreurs de vos prédécesseurs au GC.

Écrit par : toto | 25/02/2013

Monsieur,

J'en ai vraiment assez d'entendre parler des privilèges des fonctionnaires, ceux qui veulent venir prendre notre place n'ont qu'à le faire !

En 7 années, les annuités n'ont augmenté qu'à deux reprises, alors que l'assurance-maladie, le loyer, le coût de la vie, etc.. ont plus que doublé !

Mon travail est plus que difficile, ma pause de midi se passe devant mon écran et je ne compte plus les heures supplémentaires non payées.

L'augmentation de cotisations ne sera pas minime, mais très importante et vu que notre salaire n'augmente jamais, notre pouvoir d'achat sera bientôt nivelé à zéro !

En tout cas, pour ma part, je suis très déçu, car je votais pour votre parti, celui de notre regretter Chevrolet, mais au vu de votre prise de position, je ne peux que constater le rapprochement de vos idées avec les libéraux. C'est bien dommage !

Les fonctionnaires aussi payent des impôts et ce n'est pas de leur faute si des crashs boursiers ont diminué les liquidités de la CIA.

Nous sommes déjà d'accord de faire un sacrifice pour la pérennité de notre caisse, mais d'en faire un supplémentaire, c'est trop demandé ! Ou sinon qu'on nous augmente chaque année en respectant l'échelle des traitements !

Écrit par : bosseur | 25/02/2013

Les fonctionnaires à Genève vivent dans les nuages, en dehors de la réalité suisse. Le système de la primauté des prestations – qui coûte très cher à l’employeur et dont le 90% des fonctionnaires ne sont pas conscients des avantages qu’ils en retirent - est maintenu alors qu’en Suisse, que ce soit dans les entreprises privées ou les corporations publiques des autres cantons, on a passé au système légal de la primautés des cotisations. Par ailleurs le financement par les cotisations 2/3 – 1/3 est très lourd pour le contribuable. Ce projet maintien des avantages pour les fonctionnaires genevois inacceptables pour le commun des contribuables qui doivent encore éponger les erreurs de la BCGe et le très lourd endettement du canton. Il faut donc refuser ce projet.

Écrit par : Réalisme | 26/02/2013

@ bosseur
Quand il dans l'affaire de la CIA-CEH on parle des privilèges des fonctionnaires, on entend les prestations de retraites privilégiées de la fonction publique genevoise. Personne ne peut nier que celles-ci sont plus généreuses du pays.
Quant aux motifs de dire "non" à la fusion, ils ne sont pas liés à ces privilèges mais au ait que l'on ne demande pas aux bénéficiaires, les fonctionnaires, de participer équitablement à la charge financière du renflouement. Les contribuables versent 6,4 milliards à fond perdus alors que les fonctionnaires sont forcés seulement à épargner 1 % supplémentaire pour conserver la quasi totalité de leurs conditions de retraite.
Un dernier mot pour dire que dans cette affaire les députés ont certes failli en ne défendant pas l'intérêt des citoyens-contribuables mais le coupable est bien le Conseil d'Etat qui s'est révélé incapable de négocier un accord équilibré et équitable avec les syndicats des fonctionnaires.

Écrit par : Pierre Kunz | 26/02/2013

Je rejoins bosseur, toto et Anastase, les fonctionnaires ne sont pas responsable des conditions de leurs retraites : ils ont signé un contrat avec leur employeur et pensaient qu'avec des conditions salariales inscrites dans la loi et une retraite garantie par l'Etat, ces conditions seraient garanties !

Quelle entreprise peut déroger à la loi lorsque ses finances vont mal ?

@ Réalisme : si les statuts des caisses genevoises sont ce qu'ils sont, est-ce vraiment de la faute des fonctionnaires ou des responsables politiques et des courageux députés de notre parlement ?

Si les contribuables sont mis à contribution, c'est une décision de responsables politiques en charge des erreurs de leurs prédécesseurs qui se retrouvent maintenant critiqués par les élus des partis de ces mêmes prédécesseurs !

@ Pierre Kunz : pourquoi la CP, dont vous semblez être devenu un spécialiste, a-t-elle été exclu de la fusion CIA-CEH, ce qui aurait pu réduire la facture ?

Écrit par : Clyde | 26/02/2013

@ bosseur :

" Les fonctionnaires aussi payent des impôts et ce n'est pas de leur faute si des crashs boursiers ont diminué les liquidités de la CIA. "

Certes, mais pourquoi serait-ce à l'employeur - l’État de Genève en l'occurrence -, et in-fine aux contribuables, à assumer seul les conséquences de ce crash boursier qui a frappé le deuxième pilier dans son ensemble ?

La situation actuelle de la CIA résulte avant tout d'une mauvaise gestion dont les assurés sont coresponsables par le biais des délégués qu'ils ont élus au comité de gestion.
On oublie en effet ici qu'une caisse de retraite est gérée paritairement par l'employeur ET les assurés.

Le projet de fusion est généreux pour les assurés. Je voterai oui à la fusion, avant tout par soucis d'apaisement social !

Cher "bosseur", vos contradicteurs ne sont pas tous des "glandeurs" !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 26/02/2013

@ Pierre Kunz

Je ne vais pas m'attarder sur vos arguments qui sont toujours les mêmes. Je note uniquement que vous n'avez pas écrit quoique ce soit sur les conditions salariales des fonctionnaires qui selon les promesses du grand conseil devaient être respectées chaque année. Or, force est de constater que ce n'est pas le cas, par contre, vous et vos collègues du PLR ne faites que diminuer le pouvoir d'achat des employés de la fonction publique.

Dois-je vous rappeler que celle-ci compte 22'000 employés (ou plus) et que si le pouvoir d'achat diminue, leurs dépenses aussi et l'économie de ce canton sera aussi touchée et au niveau fiscal principalement. Car si le fonctionnaire touchait moins en salaire net en payant plus de cotisations, il payera également moins d'impôts sur le revenu.

En tout cas, comme je l'ai déjà écrit plus haut, vous ne pouvez pas continuer à faire payer plus aux fonctionnaire en bloquant les mécanismes salariaux à chaque échéance.

Vos calculs électoralistes ne font que plomber l'état de législature en législature, car que vous vouliez l'entendre ou non, votre parti et/ou l'entente sont les principaux responsables dans cette affaire. Jusqu'à nouvel avis, ce sont eux qui ont toujours été majoritaires au grand conseil ! Donc assumez votre incompétence au lieu de faire basculer d'honnêtes travailleurs dans l'indigence.

Écrit par : bosseur | 26/02/2013

M. Buchs, sans signature, j'aurais imaginé ce texte rédigé à la va-vite par un polémiste populiste et limité, je suis déçu de vous en savoir l'auteur. (A moins qu'un importun ait usurpé votre identité).
- Comment un député qui se distinguait plutôt par son humanisme en arrive à estimer que l'État doit se défausser lorsque les pensions de ses employés sont en péril ? Oui, nous sommes tous les employeurs des fonctionnaires - et vous particulièrement, en tant que député - et la moindre des choses et d'assumer ses obligations patronales.
- Comment oser écrire que l'État ne vient pas au secours des entreprises privées, et donc de leurs employés, après Swissair, la BCGe, l'UBS, les allègements fiscaux concédés aux multinationales...
- Comment arriver à considérer "les fonctionnaires" comme une masse indistinctes, et juger par là qu'il est normal que ceux d'aujourd'hui et, surtout, de demain, paient des sommes outrageusement élevées pour combler celles qui n'auraient pas été versées par les générations précédentes ?
- Comment écrire un texte sur le sujet sans émettre d'avis sur le principe des retraites par capitalisation et le changement des règles du jeu imposé par Berne - y compris le député PDC genevois siégeant au national -. C'est en effet là que se trouve le noeud du problème, car, dès lors que les rendements sont faibles et tendent à s'affaiblir, c'est tout le système - public et privé - qui va à vau l'eau et qu'il convient de réformer.

Écrit par : Julien Nicolet | 27/02/2013

Cher Bertrand,
Tu persistes dans tes erreurs : quand il faut changer d'avis tu ne changes pas et quand il ne faut pas changer tu changes !
Si ce texte est de toi cela me navre !
" je ne suis pas l'employeur des fonctionnaires donc je ne paie pas pour leur retraite "
Une perle d'incivisme .
Cela me fait penser à ceux qui refusent de payer l'école publique au prétexte que leurs enfants sont pas à l'école publique !
Tu ne devrais pas payer pour les routes que tu ne fréquentes pas et tant qu'on y est supprimons la Lamal pour ceux qui ne la veulent pas!
Tu ne toucheras donc que des honoraires privés !
Désolé pour la franchise mais c'est lerisque du blog

Écrit par : bgruson | 01/03/2013

Les commentaires sont fermés.