28/03/2013

Voulons-nous encore lire "la Julie" ?

TDG.jpg

 

Il ne faut pas se voiler la face, la presse genevoise est en train de mourir. Les propriétaires ne vivent plus sur place et n’ont plus aucune connexion avec le tissu politique et culturel local.

Les nouvelles et leurs traitements peuvent se faire d’une façon aseptisée ailleurs.

Un seul journal, généraliste, insipide, sans intérêt suffit pour toute la Suisse-Romande.

Bref de la daube et après cela on ne s’étonnera plus que cela n’intéresse plus personne.

De la daube qui doit rapporter.

Exit le journalisme d’investigation.

Exit les articles qui dérangent.

Exit la qualité.

De toute façon, la qualité est devenue une valeur ringarde.

Alors que fait-on ?

On réagit plus que mollement, comme le font ces journalistes cadres de chez Tamédia®.

Ou on décide, comme nous l’avons fait pour le « Courrier » que c’est le lecteur qui met la main à la poche, qui participe, qui investit dans des grandes enquêtes.

Si nous voulons que « la Julie » vive, alors il faudra réfléchir à une action citoyenne.

Si nous voulons un journal indépendant, local, fort, intéressant, alors il doit appartenir à ses lecteurs.

Nous avons perdu le « Journal de Genève » et « la Suisse », Nous avons failli perdre le « Courrier ».

Allons-nous encore rester les bras croisés ?

06:30 | Lien permanent | Commentaires (31) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

21/03/2013

Guignol's band

 

guignol.jpg

 

Pour la deuxième fois en 7 jours, le parlement a perdu la face.

Pour la deuxième fois, le Conseil d’Etat a refusé de demander le troisième débat, ce qui a évité un vote.

Le président du Conseil d’Etat se faisant même applaudir alors qu’il a comparé le parlement à une pièce de Feydeau.

Un manque de responsabilité, une accumulation d’égo qui ferait peur à tout psychiatre un peu sensé.

La politique politicienne dans toute sa splendeur.

Mais revenez sur terre chers collègues.

Atterrissez en douceur et pensez au canton et République de Genève.

Sinon en octobre nous allons avoir un parlement encore plus ingouvernable, représentant une mosaïque de petits partis se chamaillant pour avoir le plus de billes à la fin de récréation.  

Les partis gouvernementaux ont failli à leur tâche, à part le PDC.

Celle de doter notre République d’un budget.

Celle de penser aux emplois, aux investissements, à l’éducation, à la sécurité à la santé.

Il est vrai que les élections sont en octobre, mais de grâce pensez à votre devoir de député.

Et arrêtez de répondre aux provocations d’un certain pompier pyromane, sauveur de la République et de ses petits copains.

13:28 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

20/03/2013

Demandez le programme ...

programme.jpg

 

Sacré vaudeville que ce budget.

Des portes qui claquent, des relations extraconjugales et improbables, de cris d’orfraie, des promesses non tenues, des sermons sur la montagne et des dieux qui depuis le Mont Olympe de la Tour Baudet regarde la petit peuple des députés avec condescendance.

Nos Maitres et Seigneurs ont sauvé la République.

Merci Monsieur le Président Beer.

Quelques constatations, juste pour la route…

Diminuer le budget, c’est obligatoirement diminuer les prestations.

Il faut avoir le courage de dire que des postes de travail seront supprimés.

Il faudra simplifier la machine administrative et plus déléguer.

Il faudra plus impliquer les communes qui pourraient prendre à leurs comptes certaines tâches.

La culture et le sport, purement communal.

Les autorisations de construire, la mobilité, pourquoi pas en grande partie communal…

Augmenter les recettes, oui mais pour des projets précis, visibles pour la population.

Le prochain Conseil d’Etat aura du boulot. Mais le jeu en faut la chandelle.

Passionnant comme pari sur l’avenir.

06:54 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

19/03/2013

Eau claire et petits "Lu"...

 

petit-lu.jpg

 

Pas mal le Nadal.

Plus de 6 mois sans jouer, les médecins le déclarant perdu pour le sport.

Les genoux en miettes.

La rate qui se carambouille.

Le foie qui se dilate.

Ou le contraire.

Et le commun des mortelles qui est pris pour un âne.

Et coucou qui revoilou…

3 tournois gagnés sur 4.

Et pas des tournois de campagne, avec du beau monde, du solide, du lourd.

Pas besoin de chauffe, de remise dans le rythme.

Capacité 100 %.

Je commence à franchement douter.

A-t-il bu que de l’eau claire et a-t-il mangé que des petits « Lu » ?

06:38 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

14/03/2013

Un autre espace-temps !

 

espace.jpg

 

Il y a deux structures qui ne vivent pas dans le même-espace temps que le commun des mortels.

L’Eglise catholique et la commission de la santé du Conseil aux Etats.

L’Eglise a le temps pour elle.

La commission utilise le temps pour contre nous.

Hier cette docte entité a décidé que le vote sur le moratoire des cabinets médicaux pouvait attendre le mois de juin.

Même si le Conseil national l’avait adopté pour le 1er avril.

Même si le canton de Genève, par une initiative cantonale, demandait une décision rapide.

Même si votre serviteur avait été auditionné, il y a plusieurs mois sur ce même sujet.

Même si tous les arguments étaient connus.

Mais voilà, cette commission n’en veut pas de ce moratoire.

Si elle n’en veut pas c’est simplement que les caisses maladies s’y opposent.

Avec toujours cette même attente qui frise l’obsession, supprimons l’obligation de contracter et laissons aux caisses choisir les médecins qu’elles vont rembourser.

Bref tout le pouvoir aux caisses maladies et un avenir radieux pour tous les suisses.

Je pense que je vais me recycler comme Pape.

Zut, la place vient d’être repourvue.

06:34 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

13/03/2013

Tempête dans un verre d'eau !

 

tempête.jpg

 

La commission des finances se réunit cet après-midi.

La crème des parlementaires, ceux qui savent, vont parler budget en encore budget.

Les conciliabules, les « je te tiens, tu me tiens par la barbichette », les crises, les claquements de portes sont au menu.

La machine à café va chauffer et les douceurs vont disparaître.

Et à l’arrivée…

Papa Entente et Maman Verte sont heureux de vous annoncer la naissance du petit dernier : Budget junior.

Rave encore un garçon…

Bon on rembobine.

On ne peut pas faire fonctionner l’Etat sans budget.

100 millions de déficit ne signifient pas que les comptes 2013 soient déficitaires.

La marge d’erreur dans l’évaluation des rentrées fiscales est entre 100 et 150 millions.

Accepter une baisse linéaire du budget pour tous les départements, c’est accepter une diminution de postes ; environ 40 à 50 infirmières, 40 à 50 policiers et la même chose pour les enseignants.

Irréaliste.

Une réforme de l’Etat est nécessaire.

La campagne électorale 2013 devra se saisir de ce sujet et les partis devront se profiler avec des propositions novatrices.

Nous allons voter, avant la fin de cette législature, deux lois essentielles qui nous aideront dans cette réflexion et ce besoin de réformes.

La loi sur la gestion financière et administrative de l’Etat et la loi sur la gouvernance de l’Etat.

Les débats vont être passionnants.

Nous avons là une occasion unique d’initier une profonde réforme du fonctionnement du petit et du grand Etat.

Et enfin, élisons un gouvernement qui fera de cette tâche la priorité de sa législature.

06:26 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

12/03/2013

Arnaque ?

 

arnaque.jpg

 

Cela fait des mois que je dénonce l’attitude des caisses maladies privées qui ne répercutent pas sur les primes la baisse de leurs dépenses liées au nouveau système de financement des cliniques privées.

Enfin nous avons 1 chiffre : 1 milliard.

Enfin il semble que la Confédération veuille intervenir pour mettre un peu d’ordre dans ce « bazar ».

J’espère que nous n’allons pas attendre 10 ans pour voir nos sous.

Il ne faudrait pas nous refaire le coup des réserves des caisses maladies.

Allez, je donne 3à 6 mois de délai pour que la totalité de cette somme revienne dans la poche des assurés.

Dans le cas contraire, il faudra sérieusement se poser la question de l’octroi de ces subventions aux entités privées.

Soyons vigilants.

06:22 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

08/03/2013

Vous avez parlé de crise !

 

best.jpg

 

244 délégués.

244 votes.

Aucun bulletin blanc, aucun bulletin nul.

Une Présidente acclamée.

Une discussion qui a duré 10 minutes permettant à Philippe Morel de confirmer sa candidature au Grand Conseil et son attachement au parti.

Et une décision prise au premier tour.

Serge Dal Busco et Luc Barthassat, candidat au Conseil d’Etat.

Sacré ticket.

Une mention spéciale à Guy Mettan qui a brillé en osant défendre contre vents et marées sa magnifique conception du Grand Genève.

Vous avez parlé de crise, de dissension, de grenouillage, de doute.

Pas de chance, nous sommes toujours là.

Et plus unis que jamais.

Cerise sur le gâteau, le PLR a confirmé notre option de partir à 5.

Pas si mauvais ces PDC.

06:17 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

04/03/2013

le blues du tram 12...

 

tram.jpg

 

Le divorce est consommé.

Les TPG et la population genevoise vous annonce, d’un commun accord, qu’ils ont décidé de se séparer.

Tarifs trop élevés pour les prestations.

Nœuds de transbordement kafkaïens.

Machines à ticket surréalistes.

Disparition d’un accès direct à la gare pour une grande partie de la population.

Madame la conseillère d’Etat, vous avez du souci devant votre porte.

Il suffisait de prendre quotidiennement les TPG pour s’en rendre compte.

Il suffisait de discuter avec les usagers pour se dire que cela râlait un petit poil.

Dès le début, nous nous sommes battus, à Carouge, pour réclamer le retour du tram 13.

Nous avons déposé une motion et fait convoquer les responsables.

Nous avons communiqué et tenu des stands.

Notre attitude a permis d’obtenir une ligne de bus.

Mais surtout notre combat a mis en évidence le fossé qui existe entre le sentiment populaire et les édiles.

Sortez de vos bureaux.

Ecoutez, et s’il vous plait ; corrigez vos erreurs.

 

06:43 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |