30/04/2013

La Patrie, est-elle en danger !

Patrie.jpg

 

Trop d’étrangers travaillent Suisse, la barque est pleine, vite activons la clause de sauvegarde.

Même mon super chef de parti, du haut de ses belles montagnes, tel une vigie scrutant l’horizon, voit des hordes venant des steppes approcher de nos frontières.

Stop, on ne passe plus.

C’est fermé, repassez dans une année.

Vous me direz que dans un an, la situation ne sera pas différente.

Mais bon, le Conseil fédéral a montré ses biscotos.

De toute façon, cette décision, c’est pour la galerie.

Plus de permis B, pas de souci, allez-vous installer en France, pas de limitations pour les frontaliers ou je vous donne un permis L, pour un an, renouvelable.

Cela s’appelle, de la gestion à la petite semaine ou du populisme en rétropédalage.

Vous êtes-vous posés la question de savoir pourquoi on limite drastiquement l’accès aux études supérieures ?

On manque d’ingénieurs, de médecins, d’architectes, de spécialistes en administration publique.

On manque d’horlogers, de techniciens, d’infirmiers et d’infirmières

On manque de bouchers, de boulangers.

Est-ce que le Conseil fédéral est venu vous expliquez comment il va faire pour permettre à vos enfants de se former ?

Valorisation de l’apprentissage.

Augmentations des places en université et augmentations des diplômes décernés.

A part cela, on sélectionne, on rejette, on empêche.

Le travail existant, on préfère recruter à l’extérieur, c’est probablement moins cher.

Un poil hypocrite, n’est-il pas ?

06:22 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

C'est vrai ça, depuis le temps qu'il manque des infirmiers sur Genève, pourquoi le DIP et Charles Beer n'ont pas créé même une seule classe de plus pour les infirmiers ?

Écrit par : Philippe C. | 30/04/2013

Les commentaires sont fermés.