30/05/2013

Une magistrale fessée...

reddition.jpg

 

Tout ça pour ça.

2 ans de négociations pour arriver à rien !

Si pardon, une reddition, sans les honneurs de la guerre, en rase campagne.

Franchement hier la Suisse a perdu la face.

Les banques vont devoir payer. Combien ?

Vraisemblablement beaucoup.

Et nous allons devoir livrer en pâture les noms des employés de banque qui ont fait leur travail.

Scandaleux.

Que nous communiquions les noms des américains qui ont fraudé leur fisc, je m’en moque un peu. Ils prenaient un risque, ils ont joué, ils ont perdu.

Mais les employés, honteux.

J’espère que nos élus à Berne auront le courage d’amender le projet de loi en refusant toute communication de noms d’employés de banque.

Nous devons montrer aux américains que nous sommes un Etat indépendant et libre et que notre devoir est de protéger nos citoyens.

Croyez-vous que tout va s’arrêter avec ce non-accord ?

Ne nous prenez pas pour des imbéciles !

06:30 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

28/05/2013

Que faire pour la Syrie ?

armes.jpg

 

Trop compliqué.

Trop d’intérêts stratégiques en jeu.

Avançons doucement, ne froissons personne.

 

OK, mais on fait quoi avec l’utilisation des armes chimiques ?

 

Un silence qui fait mal à mes oreilles.

La Suisse n’est-elle pas dépositaire des conventions de Genève ?

Le Conseil fédéral ne doit-il pas répéter, répéter en encore répéter que cette utilisation est strictement interdite.

Le Conseil fédéral a-t-il convoqué l’ambassadeur de Syrie ?

A-t-il fait une déclaration solennelle ?

A-t-il saisi le tribunal pénal international ?

 

Vous me direz que c’est que des mots.

Oui, mais les mots peuvent avoir une très grande force.

Se taire est pire…

Je vais déposer une résolution devant le Grand conseil de la République et canton de Genève, pour dénoncer cette utlisation.

 

Un acte purement symbolique.

Mais Genève lieu fondateur de la Croix-Rouge et des conventions de Genève a le devoir de la faire.

06:36 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/05/2013

L'éducation, intéresse-t-elle encore les partis politiques ?

edu.jpg

 

Valais et Neuchâtel.

On laisse les restes au minoritaire.

De bonne guerre.

La majorité choisit, la minorité prend.

Alors pourquoi la dicastère de l’éducation n’intéresse-t-il plus ?

Pas assez visible, trop « casse gueule », trop compliqué, « tout à été fait », les profs ingérables…

Et pourtant.

Une des plus belles responsabilités de l’Etat : Former, préparer, accompagner, faire découvrir, anticiper l’avenir.

Passionnant.

Essentiel.

Espérons que cet automne à Genève, la majorité prendra ses responsabilités en assumant ce magnifique défi qui est d’éduquer et de former.

06:14 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

23/05/2013

Une sacrée bonne nouvelle.

Merck_Serono.jpg

 

Genève se lance à fond dans une nouvelle activité industrielle.

Les biotechs.

Des emplois, des perspectives  de formation de pointes pour nos enfants, une synergie avec l’EPFL.

La naissance d’un nouveau pôle mondial des technologies du vivant.

La disparition de Serono avait été un grand coup de massue.

Nous avions demandé que le bâtiment ne soit pas vendu au plus offrant, mais qu’un projet puisse naître. Nous avons été entendus.

Merci Monsieur Bartarelli,

Merci Monsieur Unger.

Garder ce savoir, garder cette ouverture sur l’avenir, sur le sol de notre canton.

Ce qui est fantastique, c’est cette énergie positive que l’on sent.

La région lémanique est vraiment en train de naître.

La France devrait se joindre à nous.

En repensant les zones franches et en y implantant des activités en liaison avec les technologies du futur.

Le défi est passionnant.

Nous sommes dans le positif.

Enfin, après tous ces débats négatifs ; Stop aux frontaliers, stop au développement du Grand Genève.

Nous sommes dans la création.

Nous sommes dans la valeur ajoutée.

Des investissements qui rapportent.

Un projet pour notre jeunesse.

07:18 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

22/05/2013

Les votations arrivent. Profitez, on rase gratis...

Rase.jpg

 

On va faire des nouveaux trams avec de nouvelles routes.

En site propre.

Rapides, efficaces, tout le monde sera content. Les automobilistes, les usagers des transports publics.

Mais dans le même temps pour plus d’aménagements, on fera avec moins et sur plus d’années.

Donc les promesses ne seront pas tenues, ne pourront pas être tenues.

Mais, on s’en moque, c’est juste pour la galerie.

Après octobre, on redeviendra sérieux.

Vous allez voter sur une traversée de la rade.

Livrable en 6 ans.

Alors que n’importe quel projet de construction de logements met en moyenne 10 ans pour débuter !

Et ce n’est pas mentir ?

600 millions, super bon marché.

Et ce n’est pas mentir ?

Ne vous faites pas de soucis, après les élections on redevient sérieux.

Promis, juré.

06:38 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

16/05/2013

Des crèches...

crèches.jpg

 

Trop chères, des règlements trop compliquées, des normes trop strictes, des places trop rares et une liste d’attente qui augmente…

Vouloir ouvrir une crèche, pour une commune ou un organisme privé, nécessite d’avoir des « reins » solides financièrement parlant.

En résumé, on ne plante quasiment plus un clou et la situation est bloquée.

Il faut donc trouver une solution.

C’est dans cette optique que le PDC a déposé, par la voix de Monsieur Barazzone, un projet de loi.

Ce projet demandait un assouplissement des normes d’encadrement et une augmentation de postes d’employés titulaires d’un CFC.

Nous avions volontairement mis la barre trop haute pour obliger une réaction et l’ouverture de négociation entre l’Etat, les communes et les responsables de crèches.

Nous avons été traité de tous les noms d’oiseaux : Fossoyeurs, bourreaux, négriers et j’en passe et des meilleurs.

En commission les choses se sont bien passées et un accord semblait être possible, grâce à un amendement général du PDC.

Soit 50 % du personnel d’encadrement issu d’une formation tertiaire, 30 % du personnel d’encadrement issu d’une formation de type CFC et 20 % du personnel d’encadrement en formation.

Soit 1 adulte pour 9 enfants de 2 à 3 ans (au lieu de 8) et 1adulte pour 12 enfants de 3 à 4 ans (au lieu de 10), normes déjà appliquées dans les cantons du Jura, de Berne et du Tessin.

Mais voilà comme souvent, un parti (l’UDC) a voulu surenchérir et les fronts se sont figés.

Aujourd’hui le Grand conseil va en débattre. Une loi sera votée.

Espérons que la solution préconisée par le PDC soit acceptée.

06:42 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

14/05/2013

Le dossier numérique médical...

dossier.jpg

 

Le canton de Genève a lancé hier le dossier numérique du patient.

Le but : avoir accès en tout temps à une partie de votre dossier médical.

Le problème c’est de savoir ce qu’on va y mettre et si les médecins sont équipés pour pouvoir le recevoir.

Usine à gaz ou vrai progrès.

Le problème c’est que la plupart des patients ont de multiples dossiers.

Il n’existe pas de lieu où tous les renseignements sont consignés.

J’ai besoin d’avoir accès rapidement à tous les résultats d’examens, les rapports médicaux et les lettres de sortie des HUG.

A l’heure actuelle je dois demander à mon assistante de faire de multiples téléphones pour essayer d’obtenir quelque chose. Un vrai jeu de piste.

Ce dossier numérique est un vrai progrès, seulement si ces renseignements sont archivés.

Mais, je n’ai pas reçu de réponses à une question fondamentale.

Qui va faire le travail d’archivage.

Le patient ?

Le médecin ?

L’Etat ?

Je réponds pour moi, égoïstement.

Impossible, je n’ai simplement pas de temps pour le faire.

L’autre problème est la sécurité.

Est-on certain qu’un petit malin de pourra pas avoir accès à vos données médicales ?

En l’état, je reste avec mon dossier papier en remettant à tous mes patients qui en font la demande une copie des tous leurs examens et rapports.

Je les encourage à tenir un dossier exhaustif de leur histoire médicale.

Simple, pas cher et facile à consulter.

06:22 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

10/05/2013

Les urgences médicales...

hug_urgences.jpg

 

Vaste débat, toujours les mêmes interrogations, et aucune solution satisfaisante.

Premier constat : pour un patient, son cas est toujours urgent.

Deuxième constat : c’est au trieur des urgences de définir le degré de gravité.

Troisième constat : ce trieur ne peut être qu’un médecin, de plus un médecin avec une grande expérience.

Quatrième constat : Un malade ne peut pas rester de longues heures en attente sans qu’un médecin ne l’examine.

Nous avons tous une mauvaise expérience à partager.

Personnellement j’ai attendu 6 heures qu’un médecin examine un membre de ma famille et il est venu l’examiner parce que j’ai fait « un caca nerveux » et que j’ai actionné mon réseau (le cas était urgent).

J’ai fonctionné dans plusieurs services d’urgence.

Tous les patients étaient vus dans les 10 minutes par le médecin de garde.

Une poignée de main, deux à trois questions, un premier triage, des examens demandés et un malade rassuré.

Ce n’est pas la mer à boire.

Mais cela veut dire : un personnel suffisant et des cadres avec une grosse expérience des urgences.

Maintenant, parlons du rôle du médecin de ville.

Il doit faire plus. Mais le système l’a déresponsabilisé.

Il ne fait plus de garde et c’est dommage.

Il n’est pas intégré au système hospitalier.

Son avis compte très souvent pour « beurre ».

J’ai connu le fonctionnement du CHUV et des HUG.

Rien à voir.

Une anecdote pour la route : il y a 10 jours, j’ai adressé au CHUV une amie pour un examen radiologique. Dans la journée 3 téléphones des médecins, compétents, aimables et serviables.

Pourquoi cela ne se passe-t-il jamais comme cela à Genève ?

06:50 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

08/05/2013

Il faut décerner le prochain prix Nobel de médecine à des généralistes.

Nobel.jpg

 

A force de privilégier que la recherche, on oublie qu’une grande partie de la médecine se fait avec la pratique et la clinique.

Savoir faire un diagnostic au lit du malade est une chose essentielle.

Apprendre aux jeunes la façon d’examiner, l’écoute ; cardinal.

Les Patrons qui savaient, qui transmettaient, disparaissent remplacer par de brillants chercheurs qui ont souvent pas vu de malades de leur vie.

Les médecins internistes et généralistes qui avaient eu la chance d’être formés par ces professeurs (des Müller, des Courvoisier, des Fabre…) prennent leur retraite et ne sont pas remplacés.

Ce sont des « bibliothèques » qui disparaissent.

Un savoir faire irremplaçable.

Il faut valoriser ce travail.

Par un geste fort.

Pourquoi pas, par un prix Nobel ?

06:26 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

07/05/2013

le droit d'asile...

asile.jpg

 

La Droite s’énerve, montre ses muscles, exige.

Nous avons toujours le même problème avec les réfugiés.

Comment les intégrer ?

Comment les comprendre, les accepter ?

Comment reconnaître ceux qui doivent être protégés et les autres ?

Comment éviter l’amalgame entre les délinquants et les autres ?

Nous avons malheureusement oublié nos lois, nos devoirs.

Nous pensons qu’en serrant la vis, en empêchant de pouvoir faire sa demande dans une ambassade et en excluant les objecteurs de conscience, nous allons régler le problème.

Rien ne va changer.

Si une chose, nous allons encore un peu moins bien protéger celui ou celle qui a besoin de notre aide.

Le PDC genevois a eu le courage de dire NON, contre l’avis du parti suisse.

Le PDC genevois s’est rappelé qu’il se nomme démocrate et chrétien.

Certaines valeurs ne sont pas négociables.

Et tant pis si nous devons perdre des voix.

06:33 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

02/05/2013

Jour J...

mediapart.png

 

Aujourd’hui la célébrissime commission de la santé du Conseil aux Etats se réunit pour décider si vous allez avoir, un jour, la chance de revoir quelques petits sous.

Les responsables cantonaux de la santé ont concocté une proposition de compromis, label « pas plus suisse tu meures ».

Allez, on rembourse la moitié et comme dans la fondue chacun y met un bout de fromage.

Pourquoi la moitié, parce que…

Bon, je peux encore admettre qu’il faille se mettre d’accord, que cela marche comme cela chez nous, mais il y a un truc que me chafouine.

A quoi a servi notre argent ?

A baisser les primes dans d’autres cantons ? Pourquoi ?

A rembourser des pertes ? Lesquelles et combien.

A améliorer le bilan des entités privées ? Possible ou impossible ?

Bref la Confédération accepte, sans rien vérifier.

Elle fait confiance.

Et la meilleure, c’est que les assurances vont payer que le tiers de la moitié, soit 17 %. Pas mal, l’arnaque.

C’est dommage que Médiapart n’existe pas en Suisse.

 

Médiapart.gif

06:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

01/05/2013

De l'importance du syndicalisme !

1er MAI.jpg

 

Même si pour moi, la date de 1er mai n’est pas la plus importante de l’année, chaque fois je me pose la question de l’importance du mouvement syndical.

Et chaque année, je me réponds (se faire les questions et les réponses évite la confrontation) que sans lui, la santé politique de notre pays serait atteinte.

Je fais partie de ce mouvement (défense des étudiants, des médecins assistants et enfin des médecins) et c’est à travers et grâce à lui que je fais de la politique.

C’est une école de vie très intéressante.

Moins théorique, plus pratique, plus proche des gens.

Les problèmes de nos membres, on les connait. On les vit au quotidien et lorsque nous les défendons nous sommes crédibles.

Ce mouvement doit continuer à vivre, à gauche comme à droite.

La stabilité politique et sociale de notre pays lui en est redevable.

Alors chaque 1er mai, je lui tire mon chapeau.

06:16 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook |  Imprimer | | | |