21/06/2013

Des économies...

hôpital.jpg

 

Je suis avec intérêt les déclarations du nouveau directeur de l’hôpital.

Et  à chaque fois, je trouve matière à réflexion.

Dans le « Courrier », il défend de nouvelles économies pour un montant de 70 millions.

Il déclare que chaque service devra faire un effort, qu’il chiffre entre 1 à 2 % du total des différents budgets.

Pour lui, c’est possible.

Un peu d’imagination, que diable !

Mais il y a un petit hic, il semble que tout le monde ne soit pas logé à la même enseigne.

Quid des services généraux, de cette administration qui ne produit rien mais qui surveille que les autres fassent des efforts.

Le directeur admet que peut-être il faudra qu’il y jette un œil. Il trouve qu’il reçoit un peu trop de questionnaires ou autres rapports.

Cela m’amène à ma conclusion.

Pourquoi touche-t-on toujours aux corps de métiers qui font marcher un hôpital. Aux forces vives et quasiment jamais aux services généraux.

Nous privilégions la surveillance, le contrôle, la régulation, la réunionite et la parlote au travail productif.

Le rêve de tout directeur d’hôpitaux serait de ne pas avoir ces malades qui ont le malheur de se comporter d’une façon complètement aléatoire.

Un ancien directeur me disait, il y a bien longtemps : « Si un hôpital pouvait se gérer comme un centre de tri de la poste, cela serait génial ».

06:35 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

ah ah ah le gros cliché, les médecins dévoués surveillés par des matons administratifs inutiles et paresseux. mais mon cher Bertrand, si l'on en est arrivé là c'est parce que les médecins n'ont aucune volonté de gestion. Si on les laissait faire, ce serait immédiatement le chaos, les machines inutiles, les thérapies couteuses etc... supprimons déjà la possibilité pour les profs d'avoir leurs patients privés. C'est une hérésie complète. Est-ce que les cadres des TPGs ont le droit d'utiliser le matériel roulant pour organiser des voyages pour leurs clients privés ? Est-ce que les cantonniers peuvent utiliser leur matériel pour couper des haies chez des particuliers ? Allons, si l'hôital coute cher, c'est parce que les médecins sont une caste rétive à toute idée de gestion mais obnubilée en revanche par des privilèges d'un autre temps.

Écrit par : Anastase | 21/06/2013

@Anastase : Vous êtes à la science ce qu'Epinal est à l'image.

Écrit par : Bertrand Buchs | 21/06/2013

On admire la profondeur d'analyse de Dédé la barrique. Si seulement il appliquait la même rigueur de gestion à ses propres travaux, peut-être qu'ils coûteraient moins cher à la collectivité.

Écrit par : juju | 21/06/2013

Bonne observation Dr Buchs. On oublie souvent de mentionner que les processus de contrôle ont un coût qui doit être assumé. L'analyse du rapport coût/bénéfice qui devrait précéder toute mise en place d'une procédure de contrôle administratif fait trop souvent défaut. Ce que l'on économise d'un côté est dépensé de l'autre pour financer la procédure ayant conduit à cette économie. Il s'agit de trouver un juste équilibre.

Écrit par : Antoine Valladin | 21/06/2013

Faire des économies aux HUG ? La première étape serait d'examiner tous les moyens légaux possibles pour obtenir le paiement, voire le remboursement des factures non payées. Le contribuable l'ignore peut-être, mais in fine c'est lui qui passe à la caisse (pertes et profits) puisqu'il participe indirectement au paiement de factures impayées et dues par des bénéficiaires de soins dont beaucoup s'évaporent dans la nature. Le manque à gagner est salé, très salé.

Écrit par : Dominique | 21/06/2013

Si l'hôpital commençait par savoir réunir les 6 différents dossiers qu'il a ouvert pour une même personne sans jamais arriver à le faire, lacune qui met la vie en danger chaque fois qu'un doigt de pied y est posé...

Si l'hôpital Universitaire ! commençait à former ses médecins à autre chose que des concepts appris dans les livres et qui datent de 60 ans... avec une absence totale de formation en toxicologie et presque aucune en allergologie et immunologie et encore moins en écoute du patient

Si l'hôpital... ad lib

Ce serait trop long ;)

Écrit par : Jmemêledetout | 23/06/2013

Les commentaires sont fermés.