02/08/2013

Soyons fermes !

 

CEVA.jpg


 

Merci à Didier Tischler Taillard de « sortir » cette information.

Page 6 du « Matin » de ce jour.

Aucune commande de train pour le CEVA n’a encore été faite.

Problème qui va bénéficier de la commande : La Suisse ou la France ?

Malgré la tiède, il nous faut réagir avec force, sans consensus possible.

Les trains pour le CEVA seront construits en Suisse.

Un point c’est tout.

Pas de négociation.

C’est la Suisse et Genève qui fait le principal effort financier.

C’est la Suisse et Genève qui donnent du travail.

C’est Genève et la Suisse qui sont le poumon économique de la région.

Nos conseillers nationaux et aux Etats doivent être fermes.

Dans cette affaire, nous tenons le couteau par le manche.

Pensez-vous que la France va investir un Kopek pour développer son réseau ferroviaire ou le rénover ?

Le train va rester en gare d’Annemasse pour un bon moment.

Et comme les CFF assume toute la construction jusqu’à cette gare, la messe est dite.

Allez en paix.

12:10 | Lien permanent | Commentaires (28) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Pas si simple Dr Buchs !

En vertu des règles de l'OMC, cette commande devra faire l'objet d'un appel d'offres public ouvert à toute entreprise susceptible de remplir les critères de la demande, lesquels seront définis dans un cahier des charge établi par le maître d'ouvrage, les CFF en l'occurrence, puisque ce sont eux qui exploiteront la ligne. Cet appel d'offres devra en outre faire l'objet d'une publication officielle précisant notamment la date butoir de la rentrée des offres.
Au final, ce sera au maître d'ouvrage, les CFF, qu'il appartiendra d'adjuger la commande.
Toutefois je ne suis pas naïf au point de nier certaines pressions politiques.
Suivez mon regard ...

Toute cette affaire ne manquera pas de susciter encore pas mal d'escarmouches franco-suisses par claviers interposés !

Écrit par : Jean d'Hôtauxj | 02/08/2013

Alors ... non seulement on construit à nos frais pour que les frontaliers laissent leur voitures à la maison et polluent moins, mais en plus, nous allons même pas pouvoir bénéficier de trains produits localement, chez nous, qui vont maintenir des emplois.

De plus, si je ne m'abuse, nous offrons des emplois dans ce chantier aux même frontaliers, ainsi qu'à des entreprises de transport françaises.

Qu'est-ce que nous sommes forts dites donc.

Et la cerise sur le gâteau, c'est que même les chômeurs de Genève vont faire leurs courses en France, alors qu'ils ne bénéficient même pas d'un emploi sur ce maudit chantier.

SABOTAGE ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 02/08/2013

Rappelez-vous, les collectivités françaises du CEVA ont déclaré avoir bouclé leur tour de table et chargé le politicien régional en chef de France voisine de nous faire part de la bonne nouvelle. Et la Genève bien pensante s'est tortillée d'aise.
Perdant de vue qu'il restait à trouver le financement de ces participations financières. Et, tenez-vous, de nombreuses collectivités comptent sur le fonds frontaliers. Autant dire que nous allons largement participer à la participation française au CEVA.
Et oui, c'est les genevois qui vont encore se faire faire les poches. Pourquoi s'en étonner ? Nous faire les poches est une volonté française déclarée.

Par exemple, les 240 millions annuels. Vous savez les fonds frontaliers dus en suite de l'accord de janvier 1973. Celui dont la dénonciation n'a aucune incidence fiscale [Une fois l'accord dénoncé, continue à s'appliquer la CDI, c'est-à-dire l'imposition au lieu du travail et à la source].
Ou encore, la rallonge d'agglo de 24 millions par année.
Ou encore, la rallonge CEVA à venir.
Ou encore, les dons en tout genre...
Et je passe dépenses, successions, sociétés, dons à l'UE, ...

Au vu des dilapidations cantonales en faveur de l'étranger, il est fort possible que non seulement l'on voit surgir l'initiative du Rassemblement : HALTE AUX fonds FRONTALIERS, initiative visant à abroger l'accord de janvier 1973, mais encore une initiative visant à prohiber le don de nos sous à la France tant que le déficit cantonal n'aura pas été intégralement épongé (une ou deux initiatives, question d'unité de matière).

Vous voyez, le premier août permet la réflexion commune des suisses.

Bonne soirée.

Écrit par : CEDH | 02/08/2013

Expliquez-moi comment vous conciliez le fait que le PDC ait soutenu le CEVA (je rappelle pour celles et ceux qui ont raté l'épisode que le PDC a refusé de me mettre sur la liste des candidats au Grand Conseil pour l'élection 2009 car j'étais contre le CEVA) et que vous affirmiez aujourd'hui que les trains s'arrêteront à Annemasse pour longtemps. Le saviez-vous voici 4 ans?
Les opposants au CEVA n'étaient pas contre la réalisation du "chaînon manquant" reliant les CFF à la SNCF, mais, sachant que cette dernière ne ferait rien de significatif pour longtemps, proposaient d'aller relier les rails français à Bardonnex-Archamps, en créant un grand P+R sur sol suisse, où les pendulaires venant majoritairement par cette douane pourraient parquer leurs véhicules.
Pour moins cher que le CEVA, on pouvait en plus remplacer la Micheline entre Annemasse et la gare des Eaux-Vives par un train-tram s'insérant dans les voies existantes, sans rupture de charge.
Certes, cette réalisation demandait un minimum d'effort de négociation avec la Confédération, alors que pour le CEVA, il suffisait de sortir un accord centenaire.
La bêtise et la fainéantise l'ont remporté. Pire. Les opposants ont été insultés et accusés de traitrise.
Où en est-on aujourd'hui? 800 millions d'euros de gros-oeuvre attribués à une entreprise française, des déblais que l'on ne sait où mettre et qui rapporteront encore davantage à la France, des ouvriers payés en-dessous des normes des CCT suisses, et...vous le verrez, des dépassements budgétaires gigantesques, alors que Genève a déjà pour 14 milliards de dettes.
Et l'exploitation du CEVA impliquera déjà une perte annuelle de 30 millions, selon les pronostics les plus optimistes.
Bien sûr, le moment venu, les responsables de cette déroute auront disparu...

Écrit par : mauro poggia | 02/08/2013

Dès maintenant, je mets ma tête à couper que le CEVA aura au moins un frontalier qui va y travailler ... peu importe le poste ... contrôleur de billets, conducteur, nettoyeur ... sans oser aller plus haut dans la hiérarchie.

N'y a t-il vraiment personne de compétent parmi nos politiciens, peu importe leur fonction ?
Députés, maires, conseillers d'état ?

Je n'ose même pas imaginer qu'il y ait de la corruption ... juste de la naïveté ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 03/08/2013

@Victor

"Dès maintenant, je mets ma tête à couper que le CEVA aura au moins un frontalier qui va y travailler.."

Au lieu d'écrire des âneries, dignes du pire des crétins, toute la journée, va te trouver un boulot. Parasite!

Écrit par : Thierry | 03/08/2013

Dans les commentaires...

1) "DIMITRESCU" : "Le CEVA pour les frontaliers". Oui, en partie, et heureusement. Mais d'abord et avant tout pour desservir Lancy, Carouge, 2 quartiers de Genève-Ville que sont Champel/Florissant et les Eaux-Vives, et enfin Chênes-Bourg

2) "POGGIA" : Forcément, le paralysateur en chef de la mobilité à Genève devait pointer son bout de nez, c'était inévitable.

L'un comme l'autre, cela ne vous honore vraiment pas.

Quant au fond de l'article, en effet ce serait mieux que ce soit des trains suisses mais comme justement expliqué dans le pertinent premier commentaire, c'est plus difficile que cela. Mais restons confiant.

L'important pour une bonne partie des Genevois c'est que c'est infrastructure fonctionne, pour moi et 2 autres personnes de mon entourage proche ça ferait des années qu'il nous simplifierait incroyablement la vie, n'étaient ces politiciens de ce niveau.

Écrit par : JDJ | 03/08/2013

Messieurs les députés Buchs et Poggia,

Genève va au devant de difficultés budgétaires majeures. Ceci alors que son déficit est déja conséquent.

Les rentrée fiscales vont diminuer.
En matière d'imposition sur les dépenses : éventuelle disparition de ce mode d'imposition et, en tous les cas, violation de la CDI par la France.
En matière d'imposition sur les sociétés : UE et G20/OCDE; les impacts de la réglementation en vue par le G20/OCDE ("at arm lengh" généralisé) seront bien pire que les exigences de l'UE et donc les pertes encore plus conséquentes. Avec corrélativement de lourdes pertes d'emplois et d'impôts sur les personne physiques.
Explosion des dépenses sociales liées à raison d'une immigration incontrôlée favorisant tous les abus légaux (l'exemple du Manuel Campos d'Infrarouge est édifiant (note : ce Manuel Campos a voulu la publicité qu'il a donné à sa petite personne et des Manuel Campos il en est 21 dans l'annuaire électronique)).

Comment compter vous boucler le budget ?

Par l'augmentation des impôts ?

Par l'emprunt ?

Par la détérioration des conditions de vie ?
Par exemple, en sabrant dans l'hôpital au point de tuer (cela à déjà commencé), Ou bien alors en laissant des établissements scolaires insalubres ? En coupant les Prestations complémentaires cantonales des petites vieilles (moi, je les aime bien les petits vieux alors je les appelle comme cela et non pas personnes du 3ème age)? En retardant gare et prisons ?

Ou bien aurez vous le sursaut de veiller à ce que Genève dénonce l'accord de janvier 1973 qui nous amène à livrer 240 millions de francs par an à la France, cette France qui nous fait les poches.

Faites une loi s'inspirant de celle que j'ai préconisée et dénoncez l'accord. Autrement ce n'est pas la baisse de 3.5 % à 1,75 % qui surviendra, ni même le triomphe de l'initiative du Rassemblement HALTE AUX fonds FRONTALIERS, mais la prohibition de toute forme d'aide à la France qui sera consacrée dans notre constitution. Ce qui prohibera toute loi de conciliation.

Il est vrai que l'avenir c'est la métropole lémanique.

Écrit par : CEDH | 03/08/2013

Je perd de mon temps rien que pour lire, ensuite je me creuse la tête pour élaborer un commentaire digne de ce nom, qui enrichit le débat et il se trouve des connards tel que ce illustre inconnu qu'est Thierry pour m'insulter.

Espèce d'abruti !

Mêle toi de de tes propres affaires !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 03/08/2013

"Je perd de mon temps rien que pour lire, ensuite je me creuse la tête pour élaborer un commentaire.."

Élaborer un commentaire? Tu écris deux lignes au plus et tu réussis, dans aussi peu de texte à dire que des crétineries de la pire catégorie.

Écrit par : Thierry | 03/08/2013

Poggia, vos recours ont coûte les yeux de la tête aux genevois, tout ça parce que votre poule avait un immeuble sur le trajet des tunnels. Naturellement cela ne s'est su qu'une fois vos recours déposes. Avec un peu de chance son immeuble va s'effondrer et ça va permettre d'illustrer un peu plus le coût de vos recours. 500 chf par genevois. Un abonnement annuel par tête de pipe. Il est vrai que le CEVA vous vous en foutez. Vous habitez au centre ville et passez la semaine a vous tripoter dans les blogs de la TDG depuis Berne.

N'oubliez pas que la majorité des genevois n'habite pas tous a Champel ni a Florissant. Vous pourriez avoir quelques déconvenues en Octobre, enfin j'espère. Être systématiquement contre est une politique de gribouille et il serait temps que vous enrichissiez vos connaissances de droit international. Inscrivez vous a l'Uni a la rentrée.

Écrit par : En Vacances | 03/08/2013

Je crois que Monsieur Dumitrescu devrait exercer ses talents de xénophobe balkanique dans son propre pays d'origine. je suis certain qu'il a des choses à dires sur les Roms et les Hongrois. Retournez à Cebiu ou Timisuara, je crois que c'est votre habitat naturel, vous n'avez rien à faire à Genève, ville d'accueil et de tolérance.

Quant à Poggia, le "möchte gern" transalpin qui s'est fait jeter de tous les partis fréquentables, on pourait lui conseiller de bosser un peu plus ses dossiers et de cesser d'encombrer les cours de justice avec des cas implaidables. Je conseillerais à cet avocaillon raté qui cherche désespérément à se faire un nom dans une ville qui n'a que faire de lui que l'avenir est aux transports publics et pas à ceux qui font encore wroum wroum dans leur Alpharoméo. Cela dit j'imagine que de monter dans un bus vous fout la trouille, vous risqueriez de vous retrouver au millieu de la plèbe dont vous êtes vous même issu.

Écrit par : Anastase | 03/08/2013

Hou là...ça commence sérieusement à sentir le caniveau dans ce blog...

Quelques chiens enragés se permettent de mordre aux mollets de ceux qui expriment leur point de vue dans les règles et en pleine lumière, contrairement à eux.

Qui plus est, un certain "Anastase" (est-ce aussi un roumain?) prétend être tolérant en voulant "expulser" un autre blogueur qui lui déplait. C'est de la grande classe...L'hôpital qui se fout de la charité..en somme.

Écrit par : Exprof | 03/08/2013

Un point c'est tout. Avec un grand sens de la diplomatie. C'est nous qu'on fait tout, c'est nous qu'on paye, donc c'est nous qu'on s'occupe des trains, soyez déjà contents qu'on vous construise une ligne de RER et bouclez-la, saletés de Français arrogants et imbus d'eux-mêmes. Quitte à affirmer des bêtises, parmi lesquelles on pourra relever les CFF qui assument le cout jusqu'à Annemasse (d'une part, il n'y a pas que les CFF qui payent, il y a le Canton, la Confédération, etc, d'autre part, la France et l'Europe payent à partir de la frontière), le train qui resterait à Annemasse (ah tiens ? vous tenez ça d'où ?), ou la France qui n'investit pas dans son réseau ferroviaire (vous suivez un peu l'actualité française des fois ? L'arrêt de la politique du tout-TGV pour réinvestir dans le réseau classique, ça ne vous dit rien ?).

Vous aurez évolué dans votre approche de la métropole le jour où vous cesserez de voir des Suisses contre des Français, des frontaliers contre des non-frontaliers, pour ne voir que des Genevois, au sens d'habitants du Genevois (qui ne s'arrête pas aux frontières, j'imagine que je ne vous apprends rien), dans une ville qui manque cruellement de transports efficaces vers certaines de ses banlieues, dont la plus importante, Annemasse, est complètement coupée du reste de la ville d'un point de vue transports (au point que même le tram s'y arrête à l'entrée, situation ubuesque s'il en est). Et comme d'autres vous l'ont déjà signalé, les règles de concurrence sont telles qu'un appel d'offre public sera fait, auquel des constructeurs de tous horizons pourront se présenter (certainement suisses et français, mais rien n'empêche Siemens ou Bombardier de se proposer également), et au terme duquel les maitres d'ouvrage choisiront le constructeur qui répond le mieux à leurs attentes et au meilleur prix, sans critère de nationalité. Et même si c'est un constructeur suisse qui est choisi, il y a peu de chances que les emplois profitent aux Genevois : les usines Stadler sont dans le canton de Saint-Gall, à la frontière autrichienne, et en Thurgovie, donc pour les retombées économiques, on repassera.

Écrit par : Eoshyn | 03/08/2013

Je suis assez d'accord avec Eaoshyn.... Avant de faire des grandes théories, il faut savoir de quoi on parle. Le seul constructeur en suisse qui a des presses à wagons et le savoir faire, c'est Stadler.. Qui aura en plus de fortes difficultés si il devait se frotter aux français, Allemands ou autres.

Ce qui sera sans doute local, c est l'équipement électrique. Si DC Secheron reste un leader. Et en AC ABB secheron aussim


D'une manière plus générale, il serait bien que les politiques aient une petite idée des réalités industrielles.. A Genève on a plus grand chose..... Et sans la région frontalière nous ne pouvons plus produire ni développer... il n'y a pas d'espace, pas d'employés et peu de sous traitants sur Genève..... Pour assembler de l'électronique on doit aller à Annecy. La Tolerie, Berne, Annecy... Les assemblages Hydrauliques, Bonneville..

Écrit par : olivier | 03/08/2013

Anastase ... cela fait 23 ans que je vit à Genève, en travaillant honnêtement d'une part et de l'autre sans y avoir rien demandé ni à la Suisse et encore moins à Genève.

Je n'ai pas eu à demander l'asile politique, ma mère s'est mariée avec un bernois vivant à Genève.

Je suis citoyen suisse depuis 2003 et je compte bien continuer à m'occuper de ma commune, Vernier.

Après ces explications fournies gratuitement, pensez vous toujours que je dois retourner dans mon pays d'origine ?

Moi j'ai gagné le droit de posséder ce passeport suisse, contrairement à beaucoup, qui ont eu la chance de venir au monde en Suisse, sans accomplir aucun effort pour cela.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 04/08/2013

@Victor... L'attaque personnelle contre vous n'est pas correcte. Toutefois, votre position vis à vis de la région frontalière pose le problème de la mauvaise intégration des populations immigrées. En effet, depuis quelques années les immigrés et Secundos génèrent un conflit avec les populations locales, notamment Françaises en voulant séparer Genève de sa région et de ses habitants historiques.

Genève a de tous temps accueillis des étrangers, c'est une des spécificité de la cité. L'autre spécificité, c'est d'avoir été séparée de son territoire et de ses habitant avec une frontière qui séparait la cité du Genevois Savoyard, et de la Confédération. Cela n'a jamais empêché les Savoyards et Vaudois de vivre en bonne entente et de travailler ensemble.

On a d'ailleurs souvent de la famille de part et d'autre de la frontière.

Mais.. Le problème est que depuis les années 80 Genève a reçu une population immigrée moins formée. Et cette population a souffert de la disparition de l'industrie traditionnelle et ne peut pas répondre aux besoins de l'économie mondialisée. Le MCG a cru bon d'utiliser le rejet du concurrent Régional pour développer son fond de commerce électoral auprès de cette population.

On se retrouve donc dans le cas assez ubuesque ou des étrangers récemment immigrés ou naturalisés nous expliquent que la population historique est mal venue à Genève.

Cette attitude des immigrés, dont vous faites partie, crée une image déplorable de Genève, et attise les inimitiés.... On rejoue une version du Gangs of NewYork.

Pourtant la messe est dite depuis bien longtemps. Genève étant incapable de gérer sa population, ni de conserver ses sites industriels, elle est condamnée à se reposer sur le 180'000 pendulaires de vaud et France.....

Écrit par : olivier | 04/08/2013

Olivier, je vous remercie pour votre propos.

Bon dimanche à vous.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 04/08/2013

@Victor

"Moi j'ai gagné le droit de posséder ce passeport suisse, contrairement à beaucoup, qui ont eu la chance de venir au monde en Suisse, sans accomplir aucun effort pour cela."

Oh! la jalousie vilaine! Maintenant tu reproches aux Suisses d'être nés Suisses? Dis donc!

Écrit par : Louis | 04/08/2013

@ Louis

Chacun peut trouver matière à interprétation ...
Selon vous, je serais jaloux ... vous avez tout faux.
C'est juste un constat réel.

Bon dimanche quand même.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 04/08/2013

@victor
Bien que les propos de Thierry soient assez crus, ils ont le mérite d'être pertinents.
Vous faites la leçon à longueur de blog. On a compris votre histoire et vos rengaines depuis le temps, et pour tout vous dire... on s'en moque.

Écrit par : emile | 04/08/2013

Mais bon Dieu, personne ici ne lis les commentaires précédents les miens, pour constater qu'en répondant à Anastase, je me fais encore insulter ?

C'est juste grotesque et cela ne grandit personne.

Le CEVA continue de se construire tous les jours, peu importe nos commentaires.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 04/08/2013

Copie du message envoyé sur le blog de Poggia qui sera bien entendu censuré :

"Heureusement qu'à Lausanne il n'y a pas de politiciens aussi nuisibles que vous."

Écrit par : Djl | 05/08/2013

Au lieu de contre les arguments de Monsieur Poggia, certains se mettent simplement à déverser des insultes et des grossièretés sur ce blog. Je pense qu'un principe devrait prévaloir pour garder aux blogs leur caractère utilitaire, à savoir proposer un lieu d'échanges de renseignements et d'idées: effacer aussi vite que possible toutes les interventions insultantes.
P.S. En me référant aux blogs cités ci-dessus, je n'oublie évidemment pas ceux qui sont d'un autre ordre et qui nous épargnent ce genre de dérives: productions et commentaires artistiques en autres.

Écrit par : Mère-Grand | 05/08/2013

@Mère-Grand

Je vois pourquoi faudrait se limiter à contrer Poggia. Certaines vérités ont été dites et ce tant mieux ainsi. Espérons que le destinataire ait compris le message, mais je doute.

Écrit par : Kasperle | 05/08/2013

@Kasperle
Je pense qu'il est possible de dire des vérités sans user de l'insulte et de la grossièreté. Pour moi elles affaiblissent toujours les arguments dont elles sont accompagnées, si arguments il y a.
Remarquez que ma remarque ne vise pas particulièrement à défendre Me Poggia, s'il en avait besoin, car les insultes s'échangent aussi entre intervenants, sans rien ajouter au débat de fond.

Écrit par : Mère-Grand | 05/08/2013

"car les insultes s'échangent aussi entre intervenants, sans rien ajouter au débat de fond."
Vous préférez les débats aseptisés politiquement corrects avec le petit doigt relevé ? Prenez donc la peine de lire ce qui s'écrivait dans la presse, avant 1914. Là, on pouvait parler de débats, et les journalistes n'hésitaient pas à appeler un chat: un chat!

Écrit par : J.-C. Heritier | 06/08/2013

"Vous préférez les débats aseptisés politiquement corrects avec le petit doigt relevé ?"
Savez-vous qu'il existe quelque chose entre tout et rien, entre chaud et froid, ce que l'on appelle notamment la nuance?
"Là, on pouvait parler de débats, et les journalistes n'hésitaient pas à appeler un chat: un chat!"
Encore faut-il que cela s'accompagne d'une réflexion intelligent. Tout le monde peut appeler "un c*: un *!" lorsqu'il est en colère, et quelque fois avec de bonnes raisons. Mais cela ne suffit pas.
Pour le reste, "de gustibus non disputandum" comme disaient les Romains, et nous avons chacun énoncé notre "goût" ou notre préférence, doigt levé ou non.
Et perdu du temps pour rien en même temps. Mais là aussi, "C'est bien plus beau lorsque c'est inutile" comme clamait à la première page l'hebdomadaire de Jacques Roland (la référence est aux années d'après-guerre plutôt qu'à celles d'avant).

Écrit par : Mère-Grand | 06/08/2013

Les commentaires sont fermés.