13/08/2013

Que la Fête de la Musique devienne les Fêtes de Genève...

Feu_d_artifice.jpg

 

Guillaume Barazzone a 100 fois raison.

Les fêtes de Genève doivent être repensées.

Depuis des années, à part pour le feu d’artifice, elles ne sont pas faites pour les genevois.

Trop chères pour les familles.

Trop axées sur un rendement financier.

Trop usine à fric.

Trop bling, bling.

La rade kidnappée pour une longue période, alcoolisée un maximum

Malheureusement la clientèle convoitée ne vient plus.

Alors on étire un maximum pour rentrer dans ces frais et faire un petit bénef.

Il est donc logique que la Ville se pose des questions et désire que sa population, et celle du canton, puisse vivre SES fêtes.

Il faut s’inspirer de la Fête de la Musique. Il faut accompagner la Fête de la Musique.

Ne peut-on pas imaginer de déplacer les feux en juin ?

Et faire de ce rendez-vous, qui est devenu incontournable, le vrai rendez-vous des genevois !

06:46 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Les fameux feux d'artifice de Genève apporte son lot de touristes, ces familles qui embellissent la vie des hôteliers et autres commerçants genevois.
Donc, à mon humble avis, la date des feux devrait rester fixée pendant les vacances scolaires.
Mais cela ne doit pas arrêter le fait de repenser, de repenser car des nouvelles idées sont les bienvenues.
Et trouver des suggestions pour baisser le prix pour les familles est pour moi le premier but à atteindre.
Merci :-)

Écrit par : Pascale | 13/08/2013

Le consigliere Barazzone qui est le symbole même du conformisme consensuel, le gendre lisse, à tel point que Darius Rochebin semble rugueux estime que les fêtes de Genève ne sont pas assez originales, on aura décidémment tout vu...

Un gros bisou à Constance qui doit être particulièrement fière des déclarations de son rejeton surdoué. S'il est bien sage je lui paie un tour de manège, promis !

Écrit par : Anastase | 13/08/2013

Au fur et à mesure des années tout augmente! Un ami à moi bien présent à Genève avec ses bars, m'a confié qu'il pouvait pas baisser ses prix car il doit se fixer à tout les autres! Le libre marché et libre concurrence inexistante!!!

Alors trouver des pistes...pas compliqué. Louer peut etre moins cher les emplacements et forcer les établissements à arrêter de vendre à des prix exorbitants des mojitos ou caipi mal faite!

Enfin, la dernière mesure DEBILE, c'est le verre consigné avec un jeton. Et on fera quoi après ? un autre jeton pour l'autre jeton pour le verre ? Personnellement gardez les fêtes de Genève, c'est l'occasion de trainer partout à Genève ou c'est sympa sans qu'il y ait trop de monde!

Écrit par : plume noire | 13/08/2013

Oh non s'il vous plaît...ça commence à bien faire voir des problèmes partout.

Et la Rotonde du Jardin Anglais, noire de monde, qui avec ses collègues, qui avec ses amis c'est quoi, des Martiens? Certes moi j'ai été souvent accompagné de personnes venant d'un peu partout pour l'occasion, pas Genevoises comme vous le dîtes, mais néanmoins très genevoises pour l'occasion. Et toujours enchantées!

Les Fêtes de Genève, on peut les retoucher bien sûr, mais elles sont genevoises! Voilà!

Écrit par : JDJ | 13/08/2013

Mais bien sur... comme ça juillet et août morts et on se barre tous à ibiza et Marrakech? Personne ne vous obligé à y mettre les pieds, mais respectez ceux qui apprécient... fusionnant aussi l' escalade et le 31 décembre...!

Écrit par : djerbi | 14/08/2013

Pour l'histoire des jetons, si vous préférez que l'on vous derobe vos verres à la moindre occasion parce qu''ils représentent une certaine valeur... ok retour à la première année des verres consignés.... profitez, ameilliorez, certes, mais si il fallait annuler tout ce qui ne fait pas l'unanimité...

Écrit par : djerbi | 14/08/2013

Pour l'histoire des jetons, si vous préférez que l'on vous derobe vos verres à la moindre occasion parce qu''ils représentent une certaine valeur... ok retour à la première année des verres consignés.... profitez, ameilliorez, certes, mais si il fallait annuler tout ce qui ne fait pas l'unanimité...

Écrit par : djerbi | 14/08/2013

Ah, l'histoire des jetons... très rigolo. EN fait, c'est avec l'argent public (le vôtre, le mien) que la structure de l'Orangerie est financée, alors qu'il existait une petite entreprise privée avec du personnel. Ecartée des fêtes, merci Madame Salerno. Sympa, les arrangements entre petits copains. Pas peur de couler une entreprise avec l'argent des contribuables.

Écrit par : Denise Park | 14/08/2013

Les commentaires sont fermés.