13/09/2013

Honte...

Je ne sais rien, je ne connais pas les tenants et aboutissants, les chaînes de décision.

Mais je suis défait que cela puisse ENCORE UNE FOIS arriver.

Toute réaction à chaud est impossible et non objective.

Mais une remarque.

Comme médecin.

Arrêtons de croire que nous allons guérir un violeur.

Arrêtons de vivre dans nos théories stratosphériques.

La réalité, simplement.

Un violeur ne peut pas guérir, il peut seulement être contrôlé.

Alors quel est l’âne bâté qui a fait sortir ce type seul avec une femme.

Sidérant.

Stop aux théories de patronage. Regardons la réalité en face.

Par respect pour cette femme.

15:01 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Avis poignant partagé en tous points! L'angélisme n'est pas de mis face à ces crimes; les responsabilités devront être déterminées. D'aucuns cherchent déjà, en cette année des hannetons, à instrumentaliser l'enquête dans le but de faire porter la charge au décideur politique. Cette posture est crétine : le Magistrat n'a pas vocation à être derrière chaque "décision administrative", derrière tous les acteurs s'exprimant sur le traitement d'un dossier; il assure le respect de la loi cadre. Ce n'est pas lui, qui a propulsé une belle jeune femme dans les bras d'un criminel récidiviste de la pire espèce.

Par respect de la victime et de ses proches.

En outre, on n'est pas dans un cas de figure comme on l'a vu avec le Chef du DIP, dont la décision politique de torpiller la lettre et l'esprit d'une initiative populaire plébiscitée et créer de toutes pièces des postes de directeur pour s'assurer d'une garde prétorienne est scandaleuse. Sans oublier que ce même magistrat a subi la honte de perdre devant le tribunal administratif pour ... mensonge dans la brochure électorale. Une volonté politique de violer les règles élémentaires du fonctionnement démocratique est purement honteuse.

Enfin, je partage amplement cette conviction sur ce genre d'individu dangereusement pathogène. Même au fond d'une cellule, ils ne pensent qu'à ça (excusez de l'expression familière); croire en une guérison et une ré-insertion est une illusion; le laisser sortir en toute liberté, qui plus est accompagné d'une femme avenante, même dotée de toutes les compétences professionnelles requises, avec ou sans bracelet, est une pure gageure.

Tirer toutes les responsabilités est la priorité. Il faut néanmoins ne pas tomber ans le piège de faire remonter les fautes ou faire porter le chapeau à qui n'en pas. Car dans les deux cas, l'esprit de la justice est bafouée et la victime aussi.

Écrit par : Roxane | 13/09/2013

C'est d'autant plus révoltant qu'il n'existe pas d'instrument psychiatrique validé avec une bonne sensibilité , spécificité et valeurs prédictives positive et négative pour évaluer la dangerosité de ces malades.

Les expertises psychiatriques ne sont que des impressions cliniques basées sur des syndromes pathologiques non mesurables.

Dans le cas de la dangerosité d'un individu l'expérimentation empirique dans la société n'a pas sa place .

Écrit par : ptit doc | 13/09/2013

C'est d'autant plus révoltant qu'il n'existe pas d'instrument psychiatrique validé avec une bonne sensibilité , spécificité et valeurs prédictives positive et négative pour évaluer la dangerosité de ces malades.

Les expertises psychiatriques ne sont que des impressions cliniques basées sur des syndromes pathologiques non mesurables.

Dans le cas de la dangerosité d'un individu l'expérimentation empirique dans la société n'a pas sa place .

Écrit par : ptit doc | 13/09/2013

Adeline est décédée en étant au service de la République et canton de Genève. Elle oeuvrait pour diminuer le risque de récidive comme elle le faisait avec ses collègues depuis de nombreuses années. Diminuer le risque de récidive par l'augmentation des chances de ré-insertion est la seule méthode dès lors que le criminel va sortir. Peut-être ne devait-il pas sortir ? Je n'en sais rien. Mais Adeline et ses collègues n'avait pas le choix. Il allait sortir. Ils n'ont pas décidé et devait faire avec. Ils interviennent jour après jour pour diminuer le nombre de victimes, pour nous protéger, pour protéger nos enfants.

Adeline, est un héros de la République et son enfant un orphelin de la République.

Monsieur le député, veillez à ce que soit diminuées les souffrances dues à ce décès, soyons gentil et prévenant avec cet enfant et sa famille.

Écrit par : CEDH | 14/09/2013

CEDH : Merci pour votre commentaire. Humanité et dignité.

Écrit par : Bertrand Buchs | 14/09/2013

Les raccourcis simplistes c'est pas pour moi....MAIS, moi, qui suis Genevois depuis 10 générations, j'ai eu le malheur dans ma vie d'avoir un fils toxicomane (ça peut arriver à chacun)(abstinent maintenant). Il n'a jamais violé, ni tué ni commis de délits grave, à part des stationnements interdits. Il a 39 ans, dépressif grave, il est sous curatelle et logé pour 4000.- par mois dans un hôtel sordide avec une chambre qui ne ferme pas et un lit qui n'a de lit que le nom. Depuis des années nous demandons aux services sociaux de lui trouver un petit studio.."mais vous savez bien Monsieur...c'est impossible!
Il voudrais travailler et les services n'entre pas en matière. Son tort: passeport rouge ? pas assez voyou ? pas assez mauvaise façon dans a rue?
Alors pour être aidé faut-il violer, tuer??? Si un candidat aux prochaines élections lit ce mot, il peut me contacter, j'ai un dossier épais....
En tant que citoyen contribuable, je trouve que l'argent est mal dépensé...même dans le cas de mon fils. On pourrais et on devrais l'aider
à trouver un petit travail...il n'en manque pas et il le voudrais bien. Etles parents aussi.

Écrit par : comte | 14/09/2013

Les commentaires sont fermés.