24/09/2013

La grande absente de ces élections...

santé.gif

 

Il y a 4 ans, la Santé faisait débat.

La cherté des primes, les réserves des caisses maladies, la médecine à deux vitesses, les personnes âgées, l’accès aux soins étaient des arguments de campagne.

Cette année, rien.

Aucun intérêt.

Et pourtant les problèmes n’ont pas changé.

Les primes continuent à augmenter, plus 2.5 % annoncé pour Genève.

Le problème des réserves des caisses n’est pas réglé. Peut-être allez-vous, un jour, recevoir une petite partie de ce que vous avez payé en trop.

La votation sur la caisse unique aura lieu en 2014.

Il n’existe toujours pas un contrôle des comptes des caisses maladies.

La médecine à deux vitesses est bien présente.

La relève des médecins ne se fait plus.

Une politique de la personne âgée n’est pas clairement définie.

Et pourtant la Santé est au carrefour de tous les autres problèmes qui nous préoccupent ; le logement, la sécurité, les finances publiques, le développement de la cité.

Elle est à la base de ce qui nous manque le plus actuellement : LA SOLIDARITE.

Dommage, il y a tellement à dire et à faire.

06:34 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Mais Cher Docteur de quoi vous plaignez vous?Enfin Messieurs Ueli Maurer et Burkalter ont décidé de vous porter secours. Article sur l'Express Neuch du jour! Vous serez au centre de toute leur attention/rire
toute belle journée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 24/09/2013

Les dépenses de santé et celle consacré au sénior est un sujet majeure pour toute élection politique. C’est aussi une manière, en faisant des promesses, de courtiser les séniors qui eux vont voter.

Écrit par : Alexandre | 24/09/2013

La première réflexion devrait être portée sur ce qui cause les problèmes de santé depuis des décennies et la dramatique absence de défense immunitaire qui en résulte ;) Ceci fait, il faudrait éliminer d'urgence ces causes pour ne pas aggraver la situation à un point de non-retour et que l'Etat se responsabilise sur ces causes en offrant à ceux qu'ils ont rendu malade les soins nécessaires et surtout... adéquats à leur état qui ont volontairement été rayés de la liste des possibles.

Et ne pas oublier en route, comme vous l'avez justement mentionné, que tout a une interaction sur tout et que de nombreux domaines annexes, isolement, nutrition, logement, aide, etc... sont des facteurs très aggravants lorsqu'ils font défaut.

Mais Dr Buchs, franchement, dans l'état actuel de la politique et de la manière de l'aborder, qui comme dans la médecine, ne fait que soigner des symptômes en urgence, et n'a aucune vision d'ensemble, vous croyez vraiment que quelqu'un pourra changer cette lobotomisation ambiante ?

A part quelques personnes taxées "d'illuminés" et trop fortement minoritaires pour avoir du poids sur la balance, moi je n'y crois plus.

L'être humain est ainsi fait et si paresseux dans son cheminement, qu'il ne réagit que trop tard et lorsqu'il est confronté à une catastrophe incontournable dont il est lui-même victime.

Écrit par : Jmemêledetout | 24/09/2013

@Monsieur Buchs je me permets de revenir sur le sujet car faisant des recherches sur les néo-malthusiens et leurs dérives,voici une phrase émanant des Conductors assassins de Copenhague dont la couronne d'Angleterre:
*la relation traditionnelle entre le patient et le médecin,une des valeurs de base de la médecine peut devenir une entrave à une bonne politique de santé.Elle est invoquée à tort et à travers par des médecins qui ne cherchent qu'à justifier des pratiques incompatibles avec la politique de la maitrise des finances*
On comprend mieux pourquoi les Néo-malthusiens sont en faveur de l'euthanasie !
Bonne soirée à Vous

Écrit par : lovsmeralda | 10/10/2013

Mea culpa,je rectifie le terme *assassin* celui de spécialistes de la théorie organisationnelle semble tout de même mieux adapté et surtout poli!
Article trouvé sur Solidarité et progrès

Écrit par : lovsmeralda | 10/10/2013

Les commentaires sont fermés.