31/10/2013

La Santé et nos aînés, grands absents du débat d'hier soir...

TDG2.jpg

 

Avenir de nos structures hospitalières.

Prix des primes d’assurance maladie.

Médecine à deux vitesses.

Coûts de la médecine dentaire.

Isolement social.

Précarité des personnes âgées.

Fragilité due au grand âge.

Soins à domicile, hospitalisation à domicile.

EMS.

Absence d’une vraie médecine préventive.

Que faire, avec quels moyens.

La santé est-elle une tâche régalienne de l’Etat ou doit-on la laisser en mains privées.

Pas de réponses.

 

Débat sur le logement, l’emploi, la sécurité et la mobilité. Rien sur la santé, notre santé au sens large.

Et pourtant tout se décline à partir de ce concept.

Logement : il va falloir repenser les logements pour permettre de rester un maximum à la maison.

Emploi : la santé est probablement le plus grand employeur de suisse.

Sécurité : être en bonne santé diminue le sentiment d’insécurité. Etre âgé, seul, sans défense augmente réellement le sentiment d’insécurité

Mobilité : rien n’est fait pour une mobilité adaptée aux handicaps.

 

Hier soir, on a pensé égoïstement à nous, adultes pas encore usés, on a oublié le mot solidarité, on a juxtaposé les exigences en oubliant de les hiérarchiser.

07:35 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

30/10/2013

L'EPFL, moteur du développement de la Région.

Human_Brain_Project.png

 

L’installation du grand projet sur le cerveau à Genève est une fantastique opportunité.

Il ne faut pas l’interpréter comme une prédominance de Genève sur Lausanne.

Non, il faut y voir une complémentarité.

Quoique nous pensions, La Région se fait.

Les Universités ne se font plus de concurrence mais collaborent.  

La qualité de nos écoles supérieures est une chance.

Il faut donc accompagner ce développement par la création d’entreprises axées sur les nouvelles technologies.

L’Arc Lémanique est et va être à l’avenir à la pointe d’une médecine du futur axée sur la compréhension des mécanismes de fonctionnement du cerveau.

Il faut maintenant que la France comprenne qu’elle a tout à gagner du dynamisme de la Région.

Paris doit faire preuve d’ouverture, d’inventivité et de pro-activité.

Fini la guéguerre.

La prospérité ne se base pas sur une chasse aux sorcières et sur l’invention de la meilleure manière de spolier les citoyens.

Non, la prospérité est un état d’esprit. La prospérité c’est le développement d’une industrie.

La prospérité, ce sont des postes de travail.

Alors, on se retrousse les manches et on réfléchit à une utilisation optimale des zones franches.

06:38 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

28/10/2013

Bravo aux femmes PDC...

PDC3.jpg

 

Elles ne sont pas d’accord et elles l’ont fait savoir.

La garde des enfants.

Une carrière professionnelle à mener.

C’est d’elles que cela cause.

Même avec tout le respect que j’ai pour les nouveaux pères, et surtout pour les politiciens pères, ne venez pas nous chanter des pouilles.

C’est encore et toujours la femme qui assume en grande parie les enfants.

Alors sur le sujet de l’initiative UDC, c’était à elles de dire et d’argumenter.

Elles l’ont fait avec brio et conviction. Elles ont convaincu et le PDC a décidé de ne pas soutenir cette initiative.

La direction du parti n’a pas été bonne perdante.

C’est le moins que l’on puisse dire.

Allez les mâles, cela arrive de se faire remonter les brettelles et c’est sain.

Et aussi cette conviction qui m’a fait plaisir.

Le PDC est le parti des TOUTES LES FAMILLES.

Les familles sont plurielles et pas seulement traditionnelles.

Nous ne sommes pas de suiveurs, mais des meneurs.

Non à un cadeau fiscal aux familles aisées.

Oui à la défiscalisation des allocations familiales.

Oui à la garde parentale partagée.

Oui à l’augmentation des places de crèches.

Oui au soutien aux familles monoparentales.

 

Si nous commencions, nous les pépères, par écouter les femmes…

06:32 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/10/2013

Bruits de fond...

pharmacie2.jpg

 

C’est l’automne, les feuilles tombent, le brouillard s’installe, le moral est en berne, le catalogue de Noël des jouets Waeber est publié et les assureurs maladies nous parlent de leur recette miracle.

Non pas celle du pain d’épice, mais celle de leur sempiternelle baisse du prix des médicaments.

C’est une ritournelle.

Et aussi un manque d’imagination.

On veut bien diminuer la marge des pharmaciens.

Mais à force de la restreindre, il ne va plus rester grand-chose.

On attaque les pharmacies de quartier, qui font du conseil et qui se consacrent à leur métier, la dispensation des ordonnances et leur contrôle.

Et on privilégie les grands groupes, qui font leur chiffre d’affaire sur autres choses que les ordonnances.

C’est la fin des pharmacies, bientôt remplacées par l’envoi des médicaments par la poste.

Et qui seront les propriétaires des pseudos pharmacies de demain.

Les assurances….

 

 

La seule vrai question, c’est simplement de savoir, si nous les médecins, nous ne prescrivons pas trop de médicaments.

Il faut vraiment que nous nous disciplinions à restreindre nos traitements.

Le plus souvent, répondre à une question d’un patient, ce n’est pas une ligne d’ordonnance, mais un vrai dialogue qui fait intervenir une bonne dose de bon sens.

On ne soigne pas un résultat de laboratoire mais un être humain.

06:31 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

21/10/2013

La Confédération doit réagir...

annemasse.jpg

 

Hier, à Annemasse, 2600 manifestants sous une pluie battante.

Tous veulent continuer à se faire soigner en Suisse, car ils travaillent à Genève.

Suisses et français.

Le 1er juin 2014, tous dans le même panier.

Vous avez opté pour une mutuelle française, vous irez dans l’enfer de la SECU.

Et pourtant les accords européens sont clairs. Tout travailleur doit se faire assurer, pour la maladie, dans le pays où il travaille.

La Suisse et la France ont permis une dérogation à ce principe.

Vous pouviez choisir entre la LAMAL, la SECU ou une mutuelle privée.

La majorité ont choisi la mutuelle car elle était la moins chère.

Maintenant, on vient leur dire. Vous le saviez, vous n’auriez pas du.

Pas de possibilité de faire un nouveau choix.

Berne ne veut rien faire. Il faut lire la réponse du Conseil fédéral à la motion Barthassat.

Surréaliste.

Les Suisses, sachez que votre pays ne va pas vous défendre. Problème franco-français, circulez, il n’y a rien à voir.

Que Genève va perdre bonbon, fadaise, que des postes de travail vont être supprimés (250, probablement, aux HUG), peccadilles.

Qu’une vraie politique sanitaire pourrait être négociée, dans le cadre du Grand Genève, rêves de naïf.

Et d’empêcher des Suisses, travaillant en Suisse mais ayant le malheur de vivre en france, de se faire soigner dans leur propre pays, un détail.

Pour ma part, je ne vais pas laisser tomber.

La cause est juste, et on va gagner.

06:52 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

18/10/2013

Calculs d'apothicaire ?

apothicaire.gif

 

Le PDC ne décolère pas.

La nouvelle répartition des sièges en commission ne peut pas nous satisfaire.

Nous sommes devenus le 4ème parti (sur 7) du Grand conseil (dans la précédente législature, nous étions 6 ème).

Nous avons plus de voix que l’UDC.

Résultat des courses, en faisant un calcul par bloc (Gauche, Entente et Nouvelle force) nous avons moins de sièges que l’UDC (UDC : 2, PDC : 1).

Lors de la séance du bureau d’hier, nous avons fait savoir que nous refusions cette proposition de répartition et que nous demandions un vote en plénum.

Nous contestons une répartition par bloc, qui ne correspond pas au travail réel en commission.

Lors de ces séances, les partis cherchent toujours le consensus et évitent les postures idéologiques. Les oppositions sont bien moins vives, chacun cherchant à comprendre les arguments de l’autre.

Nous préconisons une réparation tenant compte du nombre de sièges de chaque parti.

Ce qui donne comme résultat (pourcentage x 15) :

-         PLR : 4 (3.6)

-         MCG : 3 (3.0)

-         Socialistes : 2 (2.25)

-         PDC : 2 (1.65)

-         UDC : 2 (1.65)

-         Verts : 1 (1.5)

-         EAG : 1 (1.35)

Il ressort clairement de ces calculs que les Socialistes bénéficient d’un siège de trop, qui devrait revenir au PDC ou au Verts.

Le résultat montre que le PDC devance les Verts, donc c’est à lui qu’il revient.

C’est cette répartition que nous allons défendre en plénum.

06:31 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

16/10/2013

La comédie du pouvoir...

changement.png

 

Dites voir !

C’est bien le 10 novembre que nous votons pour élire notre gouvernement !

On ne peut pas dire que la campagne politique a débuté.

En fin de compte, débutera-t-elle un jour ?

Depuis hier, deux sujets passionnent les journalistes.

 

Premièrement le complot contre Luc Barthassat.

Les méchants PLR vont le biffer pour sauver la soldate Rochat.

Et sur ce sujet, la RTS en rajoute des tonnes.

Cela devient de la haute stratégie.

 

Deuxièmement, le MCG qui devient infréquentable. Virage complet de la presse écrite et surtout de la Julie. Dissension, guerre intestine, absence de programme, retournement de veste, bref ce qui était connu depuis des lustres devient un scoop.

 

Mais pour le reste, pas grand-chose à se mettre sous la pupille.

Des propositions, un programme, des mesures à court terme, à moyen terme, à long terme.

On attend.

On se marque à la culotte. On se gaffe de ne pas déraper dans le bac à sable.

La guerre des nerfs.

 

Allez, ne perdons pas espoir….

06:11 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

11/10/2013

Incohérences...

Incohérence.jpg

 

La tragédie de la mort d’Adèle Morel doit et devra nous obliger à un travail de fond sur le fonctionnement de l’Etat.

Le Parlement ne peut pas déléguer cette tâche à l’enquête en cours.

Nous avons, nous aussi, une responsabilité dans cette affaire.

Notre réflexion doit porter sur le sens politique et non opérationnel.

L’absence de transversalité, de leadership.

Avec une question qui me taraude depuis hier.

Pourquoi était-ce le Secrétariat Général des HUG qui assumait le contrôle de « la Pâquerette » ?

Et non le département de la santé.

Est-ce que le CA des HUG avait connaissance de cette « hiérarchie » ?

Est-ce qu’une délégation du CA avait une charge de surveillance ?

L’a-t-elle fait ?

Il me semble juste de suspendre la directrice de cette institution, mais qu’en est-il de la responsabilité du CA et de son bureau ?

Lundi prochain, je vais demander, lors de la séance de la commission de contrôle de gestion du parlement, l’audition du Président du CA des HUG.

Je me pose également la question de la nécessité de créer une commission d’enquête parlementaire.

06:45 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

09/10/2013

La question à deux francs...

2.jpg

 

"Genève à chaud", "Infrarouge", la presse, tout le microcosme politique genevois, bruissent, chuchotent, se posent la même question.

Le MCG doit-il entrer au gouvernement ?

Les figures de rhétorique, les peut-être, les virages sur l’aile, le oui-non sont énoncés sans aucune conviction.

Il est vrai que tout le monde se rappelle que le Peuple existe et qu’on peut lui renfiler la patate chaude.

Ma réponse en 3 points.

1 : Le peuple décidera.

2 : Le PDC doit rester en dehors de toute discussion ou soutien formel. Il ne peut y avoir d’alliance PDC-MCG.

3 : Le MCG doit clairement dire où il se situe sur l’échiquier politique. Il ne peut plus rester à flotter dans le ciel bleu horizon. Ni gauche, ni droite, ne serait être une position sérieuse. Sachant que depuis dimanche la porte du Centre a été fermée à double tour par le PDC, le MCG doit nous dire si il est libéral compatible ou plus au droite que l’UDC.

A partir de là, nous jugerons son action au Gouvernement.

Avec pour moi un choix très clair, quand on entre on participe. On fait la vaisselle et on partage aux tâches du ménage commun.

Etre dedans et dehors en même temps n’est pas crédible.

06:47 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

08/10/2013

LE PDC, le parti qui rassemble.

PDC3.jpg

 

Très intéressant l’article de Jean-François Mabut (à qui je dois 1 kilos de chocolat) sur le nombre de suffrages hors parti.

Sur les 25 « locomotives » comme il les appelle, 9 PDC.

Pour le reste 5 Verts, 4 Ensemble à Gauche, 4 Socialistes, 3 UDC.

Pas de PLR (les candidats au Conseil d’Etat n’étaient pas sur la liste des députés).

Et surtout aucun MCG.

Et surtout dans les 3 premiers, nos deux candidats au Conseil d’Etat.

Il est clair que nous rassemblons au-delà de notre parti.

Il est clair que nous rassurons.

Il est certain que nos deux candidats au Conseil d’Etat seront élus.

Cela ne fait plus un pli.

06:57 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

07/10/2013

On ne va plus raser gratis demain...

 

Entrer des mots clefs


 

Le MCG se trouve à un tournant.

Il va, vraisemblablement, devoir exercer des responsabilités exécutives.

Décider de le laisser dans l’opposition est possible mais nécessiterait un accord avec les socialistes et les Verts et une liste unique. Peu probable.

La force du MCG, c’est d’avoir montré les lignes de faille, pointé les problèmes et d’avoir su écouter la rue.

La faiblesse, une députation fantôme, un non prise de décision dans les commissions par peur d’être désavoué par le CHEF.

Tout repose sur les épaules de Stauffer, Golay et Poggia.

Aucune liberté : on se tait et on vote.

Le MCG va être obligé de se réinventer pour ne pas décevoir sa base.

Il va devenir banal et surtout devoir accepter des compromis.

En résumé, il devra définir clairement sa place sur l’échiquier politique.

Extrême droite, gauche ?

Mais en tout cas pas au centre, car la population l’a clairement montré hier.

Le seul parti du centre c’est le PDC.

Le PDC est fier d’avoir progressé, malgré l’arrivée des Vert’libéraux et du PBD.

Il est fier d’avoir résisté au MCG, qui voulait le manger tout cru.

Il a démontré au PLR sa solidité.

Le PDC ne doute plus.

Il est entrain de se réinventer et il va être super efficace lors de la prochaine législature.

Il va vous étonner.

Il sera le parti des solutions.

08:30 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

04/10/2013

Lettre au Président de la Cour des comptes.

comptes2.jpg

 

Monsieur le Président,

 

Ce n’est pas une grosse somme, une poussière par rapport à la dette de l’Etat.

La République ne va sombrer.

Le souci est ailleurs.

Elle est au niveau du symbole, de l’idée que nous pouvons nous faire de la Cour des comptes.

Vous devez être les Justes de la République.

Vous devez montrer l’exemple.

Vous devez être « au-dessus de tout cela ».

Non pas pauvre comme job, mais indépendant.

Malheureusement votre décision de passer outre, de décider de louer de nouveaux locaux, de doubler votre loyer et de ne pas négocier avec l’Etat me fait penser que vous avez « attrapé le melon ».

Rappelez-vous que vous n’êtes pas un Pouvoir et que la République repose sur le parlement (premier pouvoir), le Conseil d’Etat (deuxième pouvoir) et la justice (troisième pouvoir).

Cette crise d’adolescence est mal venue.

En l’espace de quelques secondes, ma confiance s’est envolée dans l’air de ce magnifique automne.

Lundi, les élections seront passées, on en reparlera plus, mais il va rester une fêlure, une toute petite fissure.

Serez-vous crédibles lorsque dans vos prochains rapports vous dénoncerez la gestion des loyers de l’Etat ?

Non, et j’en suis triste.

06:41 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

03/10/2013

Un flop...

bide.jpg

 

En terme commercial, cela correspondrait à un bide, un raté, un non-événement.

Malgré les promesses, la salle n’est pas remplie et les billets ne se vendent pas.

20 % de votants, une misère…

Alors on va chercher les responsabilités.

La presse, les partis, la nouvelle constitution, l’absence de lisibilité des débats politiques, le buzz, les réseaux sociaux…

On râle toute l’année, on voue aux gémonies certains, on se plaint des lenteurs administratives, et on ne va pas mettre son bulletin dans l’urne.

Faut-il s’en offusquer ?

Vous pouvez faire ce que vous voulez mais depuis 2001 au maximum 40 % de la population va voter.

Et cela n’a rien à voir avec X ou Y.

C’est comme cela et on doit faire avec.

Continuer à travailler, à expliquer, à écouter.

Et se rappeler que la campagne politique commence le lendemain de chaque élection et pas 1 mois avant.

06:50 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

02/10/2013

Le Conseil Fédréral s'en moque...

sécu2.jpg

 

Il faut croire que les Suisses vivants en France voisine, et travaillant en Suisse, n’intéressent pas nos 7 petits nains.

30 000 oui 30 000 qui dès le 1er juin 2014 n’auront plus le choix de leur assurance maladie.

Ils devront cotiser à la Sécurité Sociale et se faire soigner en France.

Alors qu’un Suisse qui ira s’installer en France, le 1er juin 2014, aura 3 mois pour choisir son régime d’assurance maladie (LAMAL ou Sécu).

Complètement injuste.

Nos compatriotes sont pris en otage.

Nos 30 000 concitoyens bénéficient actuellement d’une mutuelle qui les assure pour la Suisse. S’ils ont choisi cette formule, c’est simplement que les primes étaient beaucoup plus basses que dans le cadre de la Lamal.

Le conseiller national Luc Barthassat a déposé à Berne une motion demandant que les Suisses vivant en France mais travaillant en Suisse bénéficient aussi de 3 mois pour décider de leur couverture maladie.

Le Conseil fédéral a répondu, circulez, c’est une affaire interne à la France.

Nous sommes vraiment très bien défendus.

L’économie genevoise, les finances des HUG, le Grand Genève on s’en tamponne le coquillard avec le pinceau de l’indifférence.

Le problème, c’est que le Conseil fédéral n’a pas appliqué les dispositions de coordination en matière de sécurité sociale entre la Suisse et les Etats membres de l’UE. Elles prévoient que les ressortissants suisses ou européens exerçant une activité lucrative en Suisse et résidant en France sont soumis au régime suisse de sécurité social. Ils sont donc tenus de s’affilier à la Lamal.

Berne a donc admis une exception à cette règle, ce qu’elle n’aurait pas du faire.

Et maintenant, elle lâche en rase campagne les concitoyens qu’elle a trompés.

Scandaleux.

Il faut que notre gouvernement, par une lettre bien sentie, fasse savoir à nos illustres ministres tout le bien qu’il pense d’eux.

Et si nos 30 000 concitoyens montaient à Berne pour faire connaître leur ire ?

 

sécu3.gif

06:03 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

01/10/2013

L'opportunisme en politique...

populisme.jpg

 

Avant d’élire 99 députés MCG, prenez 5 minutes pour réfléchir.

Un petit exemple.

La loi sur les taxis.

3 ans de travail en commission, oui 3 ans, une année de travail en sous-commission. Un vote unanime.

Ce qui veut dire que le MCG a voté pour en commission.

Et ce même MCG a été très actif, participant, donnant son avis et son représentant jurant que son big chef était d’accord, qu’il n’y a avait pas de problème, que tout le monde était sur la même longueur d’onde.

Au final, que nenni, le chef bien aimé, celui qui veut sauver la République, nous a expliqué que son poulain était un toccard qui n’avait rien compris et que les vrais démocrates MCG refusaient cette loi.

Alors à quoi sert le travail parlementaire.

A rien.

N’oubliez pas que le MCG est anti-parlement.

Pour lui, ce cénacle ne sert à rien et que c’est le Peuple qui doit décider, donc le MCG, puisqu’il en est son émanation directe.

Je pense que ce discours vous rappelle quelque chose.

Alors réfléchissez.

Ne faite pas confiance à la Grande Girouette.

Dimanche dites NON au populisme.

06:41 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |