05/11/2013

Un conte de fée !

conte.gif

 

Quelle belle histoire.

Il était une fois un preux chevalier qui n’hésita pas à se rendre dans une lointaine contrée, au-delà des hautes et sinistres montagnes, bravant dangers et précipices, pour parler avec un méchant gueux.

Il rapporta la victoire à sa belle, répondant au doux prénom de Sig.

Comme récompense, elle lui permit de prendre sa main.

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants.

 

Tellement beau.

Cela va faire pleurer dans les chaumières.

 

En fin de compte, vous y croyez à cette histoire de sauvetage des SIG par un homme politique providentiel.

Comment se fait-il qu’une entreprise comme celle-là n’a pas les compétences, à l’interne, pour négocier ?

Si c’est le cas, alors nous sommes face à un grave problème de gouvernance qui devrait donner des sueurs froides au Conseil d’Etat et au Grand conseil.

Il va falloir que nous écoutions la version psychanalytique de ce conte de fée.

L’arrière du décor.

La commission de contrôle de gestion du parlement va au devant de séances en technicolor et en 3 D.

06:51 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Je suis surpris que personne dans la presse, ni même le bon vieux journaliste "indépendant" de Léman Bleu, ne se soit soucié de la question du "de quel droit une personne externe au CA des SIG" va négocier des dizaines de millions.

Avait-il un mandat ? Si oui, de qui ? Si non, qui lui aurait remis les documents confidentiels forcément nécessaires à cette médiation ?

Pourquoi lui et pas un autre ?

Bonnes questions Mr. Buchs !

Écrit par : Philippe C. | 05/11/2013

Pour une fois bien vu Buchs, une fois n'eest pas coutume. Vous parlerez de la BCGE dans un prochain post ?

Écrit par : Anastase | 05/11/2013

C'est d'autant plus étrange qu'Eric, Docteur ès Fanfaronnade, n'en pipe pas mot... alors qu'il aurait (pour une fois) matière à bomber le torse devant les médias pour une action concrète et constructive...

Écrit par : Pierre Roche | 05/11/2013

Les commentaires sont fermés.