26/11/2013

Un nons-sens...

Non-Sens.jpg

 

Le Conseil aux Etats l’a décidé. La limitation à l’accès aux études de médecine est maintenue.

On manque de médecins.

Pas de problème.

Un grand pourcentage de jeunes étudiants restent sur le carreau alors qu’ils avaient les moyens de réussir des études de médecine.

Pas de soucis.

La relève n’existe plus.

Pourquoi s’énerver.

Des régions de Suisse n’ont plus de spécialistes.

Arrêtez d’être aussi pointilleux !

Les hôpitaux régionaux ne peuvent plus recruter de médecins suisses.

Et alors qu’ils prennent des étrangers !

On se gausse en Suisse de se battre pour la formation.

Foutaise.

On préfère faire venir un jeune formé ailleurs, c’est tout bénéfice pour notre porte-monnaie.

Et on se moque de savoir si on ne pille pas les ressources intellectuelles de certaines régions du monde.

Il faut vraiment se poser la question de l’adéquation entre notre formation et les besoins de notre tissu économique.

Il me semble que nous sommes en train de marcher sur la tête.

06:13 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

15/11/2013

Fonds de tiroir !

tiroir.jpg

 

Dans moins d’un mois, un nouveau Conseil d’Etat, tout beau, tout neuf, va prêter serment.

Un renouvellement des 2/3 de ses membres.

Très bien.

Alors pourquoi les anciens font dans le genre résistance passive !

On annonce à grand renfort de publicité un plan des investissements sur 10 ans.

Un projet diablement important.

Voilà les bleus, on vous a déjà préparé les dossiers, pris les décisions et peut-être pendant qu’on y est écrit le discours de Saint-Pierre.

Pas sérieux tout cela.

Donc on n’en tient pas compte et on attend gentiment que les anciens quittent le bac à sable et on laisse aux nouveaux le choix de leur politique d’investissement.

Non mais…

06:23 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

12/11/2013

L'Entente doit se réinventer.

Pierre.jpg

 

Je ne désire pas m’immiscer dans le débat qui a lieu à l’intérieur du PLR.

Je suis simplement un peu triste que le PDC soit considéré comme un parti opportuniste.

Non, nos bons résultats ne sont pas dus à un cadeau du PLR.

Les voix dissidentes du PLR ont été vers l’UDC et non vers le PDC.

Nous avons su nous réformer.

Nous avons su trouver de bons candidats.

Nous avons assumé une position claire.

Nous avons été aidés par une présidence de parti forte.

Notre communication a été bonne et surtout nous avons compris que c’est dans la rue que l’on va chercher les électeurs.

6 mois de présence quotidienne à distribuer des flyers, à tenir des stands, à sillonner le canton avec notre camping car.

Nous étions également sur les réseaux sociaux, dans les blogs, à la radio, à la télévision.

On a vu le PDC.

On a entendu le PDC.

C’est comme cela que l’on gagne ou on perd une élection.

Mais revenons à l’Entente.

Elle ne doit pas être uniquement une alliance de circonstance pour faire des voix aux élections.

Nous devons dès maintenant établir un programme politique que le PLR et le PDC vont devoir défendre durant cette législature.

Notre discours de Saint-Pierre à nous.

A partir de ce programme, la question de l’ouverture à d’autres pourra se poser.

La dernière séance du Grand conseil a montré que sur les questions économiques, fiscales, de sécurité et de mobilité une majorité claire existait.

Il va falloir maintenant penser au social.

Que veut l’Entente sur l’emploi, les aides sociales, la formation, le logement, les assurances maladies.

Nous allons être jugé sur notre volonté et notre capacité à établir un tel programme.

Sans programme de législature, l’Entente n’est qu’un écran de fumée.

06:55 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

11/11/2013

Une certitude.

PDC7.jpg

 

Je l’avais toujours dit et répété.

L’élection du Conseil d’Etat se jouera au centre.

Le résultat d’hier me donne raison.

Le PDC a gagné ces élections.

Il a d’abord en octobre, assuré son encrage en augmentant ses suffrages, malgré la concurrence du MCG, du PBD et des Verts libéraux et l’arrivée de l’extrême gauche.

Pendant 5 semaines, les jaloux nous susurraient que nous étions inutiles, que nous aurions rien à dire.

Certains mails, plus qu’aimables, nous promettaient une mort douce mais inéluctable.

Et puis hier, nous doublons notre score.

Pas simple de remplacer un sortant.

Et bien nous l’avons fait en élisant Dal Busco et Barthassat.

Et pas par les poils.

3ème et 4ème avec une grande marge.

Cette victoire est aussi une victoire de l’Entente.

Elle fonctionne bien, parce que la base suit et se bat pour tous les candidats.

J’espère que certains auront compris cette fois que l’herbe n’est pas plus verte chez le voisin.

Et puis juste pour le plaisir, juste pour faire bisquer quelques uns.

Monsieur Poggia est PDC.

Il a juste choisi une autre voie pour se faire élire.

 

06:59 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

08/11/2013

Vivement dimanche !

stabilité.jpg

 

Un besoin de stabilité se fait déjà sentir.

Le Parlement en une petite séance a déjà démontré qu’il pouvait aller dans tous les sens.

Le premier pouvoir a besoin du deuxième pouvoir.

Il doit s’appuyer sur une politique claire de l’exécutif.

Pour la combattre ou la défendre.

Il faut donc une majorité qui dirige le Conseil d’Etat.

Pas une majorité d’alliances improbables sur dossier ou selon l’orientation du vent.

Le seul bloc qui a proposé à la population genevoise de faire ce pari, c’est l’Entente.

Le MCG-UDC ou la Gauche aurait pu, du le faire.

Mais voilà ils ont joué petits bras.

Dimanche, l’Entente aura cette majorité, car en cas contraire Genève sera vraiment ingouvernable.

Il faudra aussi que le groupe parlementaire PLR cesse sa guerre interne entre le L et le R et qu’une cohérence s’installe entre la direction du parti et son groupe parlementaire

Ce parti doit décider s’il choisi d’être du côté de repli sur soi ou s’il, poursuivant la grande tradition de ces ancêtres, être pour l’ouverture aux autres.

Le PDC a fait depuis longtemps le choix de l’ouverture.

07:53 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

06/11/2013

Sidérant, et je suis poli.

Audiard.jpg

 

Pour qui se prennent les assureurs maladies !

Sont-ils au-dessus des lois !

Le Conseil d’Etat, comme c’est son droit et son devoir, a décidé de fixer un nouveau tarif pour les soins de physiothérapie.

Il a considéré qu’une augmentation était normale.

Point à la ligne.

Les assureurs, qui ont admis une revalorisation dans 11 cantons, n’allaient pas faire une fleur à Genève.

Impossible, car s’ils acceptaient cette décision du Conseil d’Etat, ils auraient eu de la peine à maintenir leur non au sujet du tarif des médecins.

Point à la ligne.

Ils pouvaient faire recours et ils l’ont fait.

Point à la ligne.

Mais les coquins ont en plus décidé de ne pas rembourser l’augmentation, ou pour une assurance ne plus rien rembourser du tout.

Scandaleux, honteux, pitoyable.

Ce conflit ne concerne pas les assurés.

Ils ont l’obligation de s’assurer contre la maladie.

Cette assurance leur donne LE DROIT d’avoir leurs soins de physiothérapie pris en charge.

Alors on rembourse et, en attendant, on applique le tarif décidé par le Conseil d’Etat.

Point à la ligne.

 

Quand au trop perçu sur mes primes, je suis comme un idiot heureux, j’attends béatement qu’un jour…

 

Vous n’avez plus qu’une chose à faire.

En 2014, votez la caisse unique.

Un grand coup de balai, cela suffit.

06:20 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

05/11/2013

Un conte de fée !

conte.gif

 

Quelle belle histoire.

Il était une fois un preux chevalier qui n’hésita pas à se rendre dans une lointaine contrée, au-delà des hautes et sinistres montagnes, bravant dangers et précipices, pour parler avec un méchant gueux.

Il rapporta la victoire à sa belle, répondant au doux prénom de Sig.

Comme récompense, elle lui permit de prendre sa main.

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants.

 

Tellement beau.

Cela va faire pleurer dans les chaumières.

 

En fin de compte, vous y croyez à cette histoire de sauvetage des SIG par un homme politique providentiel.

Comment se fait-il qu’une entreprise comme celle-là n’a pas les compétences, à l’interne, pour négocier ?

Si c’est le cas, alors nous sommes face à un grave problème de gouvernance qui devrait donner des sueurs froides au Conseil d’Etat et au Grand conseil.

Il va falloir que nous écoutions la version psychanalytique de ce conte de fée.

L’arrière du décor.

La commission de contrôle de gestion du parlement va au devant de séances en technicolor et en 3 D.

06:51 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |