05/12/2013

Le serpent...du lac

lac.jpg

 

Rade, Lac, les deux, ni l’un ni l’autre.

L’UDC propose la rade en reprenant une étude faite en 2004.

Le canton préfère une traversée du lac.

Un constat : Il faut un pont supplémentaire, ou un tunnel sous le lac, pour Genève.

Ce pont supplémentaire, ou ce tunnel, est logique dans l’optique du développement du canton.

La traversée du Lac a nettement l’avantage.

Elle est soutenue par les milieux économiques et une majorité de partis politiques.

Le problème, le petit hic, l’arête dans le gossier, c’est qu’une traversée du Lac oblige la transformation de la rive gauche.

Nouveaux quartiers, zones industrielles.

Et c’est là que nous retrouvons l’UDC avec son initiative.

Clairement une partie des membres de ce parti ne veulent pas de la traversée du Lac, car ils refusent l’idée d’un canton à 600 000 habitants et ils ne veulent pas toucher à cette magnifique rive gauche.

Le débat n’est donc plus technique et financier mais purement idéologique.

Nous aurons une première réponse à la question de savoir s’il faut encourager ou de stopper le développement du canton, avec la votation du 9 février sur la densification des zones de développement.

L’UDC et le MCG ont soutenu le référendum.

CQFD !

06:53 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Mise en lumière intéressante des réelles motivation de certains UDC (Mme Meissner et son association Pic-Vert en tete je présume?).

Ceci dit, je pense que certes la Traversée du lac a tous les avantages, mais qu'elle est inssufisante. Par conséquente Traversée du Lac ET la petite traversée version UDC sont non seulement complémentaires mais aussi indispensable tant l'une que l'autre...

Écrit par : Pierre Roche | 05/12/2013

ET voilà ! On recommence. Cette fois ce n'est pas pont ou tunnel, mais lac ou rade. Pathétique !
Vous savez pertinemment que la traversée autoroutière dépend de la confédération et que l'OFROU a préavisé négativement. Ni vous, ni moi ne verrons cet ouvrage de notre vivant.
En torpillant l'initiative de l'UDC sur des motivations qui restent à prouver, vous contribuez à immobiliser Genève.
Comme Monsieur Roche, je prétends que les deux traversées sont incontournables. Avec ou sans développement de Genève.

Écrit par : Pierre Jenni | 05/12/2013

La carte montre assez explicitement l'inutilité d'une pareille artère. En effet, vu l'existence du contournement par le pied du Salève et la prochaine mise en service du CEVA, ce ne sont que les habitants des communes allant de Collonge-Bellerive -> Hermance souhaitant aller dans le canton de Vaud ou plus loin en Suisse qui seraient vraiment avantagés par le projet. Et comme vous le dites clairement, ces communes n'entendent aucunement assumer un développement comparable à Vernier ou Onex... et ont les moyens et les relais pour atteindre leurs buts. Il est donc largement prématuré de gaspiller des milliards pour cette traversée sans aucune garantie de densification massive de la zone villa de la rive gauche.
On pourrait en revanche, pour tenir compte des légitimes soucis d'enclavement des résidents de cette rive, mettre rapidement en service un service de bac entre Collonge et le Vengeron. Cela ne coûterait pas grand chose, pourrait s'adapter à la demande, faire passer des piétons et des cyclistes et, surtout, être mis rapidement en service.

Écrit par : Julien Nicolet | 05/12/2013

Le débat est politique Monsieur Buchs. Il n'y a qu'un médecin pour croire que ce genre de problème est technique. Vous tombez une fois plus de l'arbre mon pauvre Bertrand. Ca doit faire mal à la longue. mais rassurez-vous personne ne vous consultera sur la question , cela dit faites des grands mouvements avec les bras au Parlement. C'est bon pour la circulation.

Écrit par : Anastase | 06/12/2013

Les commentaires sont fermés.