30/01/2014

Faites gaffe !

 

grippe.jpg

 

Elle arrive, elle est à nos portes.

Qui, quoi.

Mais la grippe.

Plus forte que ces dernières années, touchant les jeunes adultes et les enfants.

Bref ceux qui n’ont pas été vaccinés.

Alors à vos couettes, vos frissons et vos suées.

On boit suffisamment, on reste à la maison pour ne pas la passer à son ennemi intime. On se met entre parenthèse.

On passe un petit coup de téléphone à son toubib, histoire d’avoir des conseils de première main. Et on ne se rue pas aux urgences.

En résumé, ce n’est pas une maladie grave pour les personnes en bonnes santé.

Elle dure 7 jours, quoique vous pensiez. Alors on prend son mal en patience.

De toute façon, le pic de l’épidémie se situera pendant les vacances de février.

Comme d’hab…

 

07:19 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

28/01/2014

La campagne du 9 février est vraiment lancée.

 

9 février.jpeg

 

Avec toutes ses contradictions ! Faut-il encore se développer ? Faut-il préserver son cadre de vie ? Faut-il vivre dans une bulle, protégé par des règlements et des frontières ? Comment financer le futur ?

Tout est lié et toutes les objets sont interdépendants.

Je n’ai jamais vu une telle homogénéité des thèmes lors d’une votation.

Vous pouvez les prendre dans tous les sens et vous obtiendrez la même réponse.

Croissance ou décroissance maitrisée.

Augmenter nos richesses ou gérer comme un rentier celles que nous avons.

Aucune critique péjorative dans mes propos.

Le débat est passionnant et devrait dépasser la simple question de l’Etranger, épouvantail des extrémistes.

L’UDC, à trop vouloir jouer dans la caricature, perd de vue son propos.

Le développement de la Suisse.

On freine ou on continue.

C’est ça la seule question du 9 février.

Et tout va avec, le rail, la densification des zones à bâtir, les crèches, l’avortement, les contingents de travailleurs.

On parle d’investissements, d’économies potentielles, de transports.

On parle d’une future Suisse de 10 millions d’habitants.

 

06:49 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/01/2014

Dernières nouvelles du parlement...

 

grand_conseil.jpg

 

Depuis que Léman Bleu ne transmet plus nos sommets philosophiques et rhétoriques, les débats sont courts, les prises de paroles fluides et les points à l’ordre du jour défilent.

Par contre cela manque d’harmonie et de cohérence.

Grâce à un MCG en complète perdition, malade de la disparition de son chef de groupe, partit à Berne, et en complète opposition avec son Conseiller d’Etat.

Ils sont tellement hors service qu’ils n’ont même pas réagi à un crédit sur la fondation des parkings, alors que d’habitude ces seuls mots les mettaient immédiatement en transe.

Et le summum du summum, un triple salto arrière agrémenté d’une vrille au sujet de projet de loi sur le PPE.

Un rapporteur de majorité abandonné en pleine mer sans bouée de sauvetage, un GRAAAAND chef voulant effacer de la liste de prise de parole un collègue pour pouvoir s’exprimer en premier, un refus de renvoi en commission pour pouvoir causer dans le poste et en conclusion accepter ce même renvoi en commission.

Vous suivez, vous voulez un cachet d’Aspirine®.

Machiavel a du se retourner dans sa tombe.

Pour terminer, alors que le Conseil d’Etat admettait que la situation  à l’aéroport n’était pas top de chez top au sujet de l’emploi, en acceptant de recevoir une résolution des Verts, le MCG vote contre et torpille leur propre travail.

Cela fait des mois qu’ils nous ont avertis du problème de la sous-enchère salariale, que la baisse des salaires entraînait automatiquement la venue de frontaliers et qu’il fallait le respect des conventions collectives de travail.

Alors que les autres partis admettent, avec le CE, qu’ils ont eu raison, ils se tirent une balle dans le pied pour je ne sais pas quelle lubie de leur Big Chief.

La suite cet après-midi, sans Léman bleu, mais sur votre ordi…

 

07:52 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

16/01/2014

Est-ce la bonne méthode ?

 

Adeline.jpg

 

Le Parlement n’aime pas trop les décisions prisent en catimini sur des sujets sensibles.

Des décisions qui semblent même ne pas avoir été discutées en séance du Conseil d’Etat, en tous les cas pas citée dans le communiqué de presse de la séance hebdomadaire du CE.

Apprendre par la presse que la Pâquerette a été fermée, irrite.

J’ai de la peine à comprendre le fondement de cette action.

Tout prochainement le rapport d’enquête administrative, sur la mort d’Adeline, sera publié.

A-t-on anticipé ses conclusions ? Mais pourquoi ne pas avoir attendu !

En avril, la structure devrait être transférée dans les locaux de Curabilis.

Si, c’est le cas, pourquoi ne pas patienter ?

Le département de la Santé a-t-il été consulté ? A-t-il donné un préavis ?

La façon de communiquer n’est pas saine. J’ai l’impression que l’on veut passer en force ou bien cacher quelque chose.

Le débat de société qui a été provoqué par la mort d’Adeline semble être confisqué.

Que faire des détenus dangereux ?

Que faire des détenus atteints psychologiquement ?

Quel est le rôle d’une prison ?

Quel va être le département responsable de Curabilis ?

Je désire que nous puissions en débattre comme représentant du peuple.

Je vais saisir, lundi prochain, la commission de contrôle de gestion sur cette question.

 

06:40 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

14/01/2014

Une reprise en main bienvenue...

 

TPG4.gif

 

Les transports publics doivent se gérer comme un hôtel.

A la disposition du client, à l’écoute du client, une parenthèse de la vie où rien de fâcheux ne doit arriver.

Cela fait des mois que je dénonce, sur ce blog, les petites dérives quotidiennes des TPG.

Des remarques de bon sens d’un simple pékin, utilisateur quotidien des TPG.

La suppression de la ligne 13.

Les distributeurs à billets inutilisables et impossible à utiliser.

Les contrôles surréalistes des billets.

La présence d’escaliers dans les nouveaux trams

Des petites choses de la vie qui vous font penser que le client n’est pas le bienvenu.

Le Conseil d’administration a réagi.

La Direction, un silence assourdissant.

Une page se tourne.

L’avenir, des transports publics pour les usagers et non pour des technocrates.

06:28 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

13/01/2014

Un grand merci à mes ancêtres gauchers...

 

gaucher.jpeg

 

 

Sans eux, pas de blog.

je ne devrais pas être de ce monde.

C’est « Le Temps » de samedi qui me l’a annoncé.

Les gauchers n’auraient jamais du résister et survivre.

Des crevures avec un cerveau tellement bordélique que rien n’y est à sa place.

Bref des éléphants qui jouent au bowling à l’étage comme dans le « concombre masqué ».

Mais dans un temps pas trop lointain où on se faisait attaquer à tous les coins de rue, les gauchers trucidaient le chaland agressif avec facilité.

Et oui, tirer l’épée avec la main gauche surprenait et le dubitatif allait rejoindre le purgatoire des pas rapides, pleins de droitiers droits dans leurs bottes.

Je suis donc le résultat d’une succession de coups fourrés.

Pas très sexy comme arbre généalogique.

De toute façon on ne sait toujours pas pourquoi on naît gaucher.

Alors j’assume, je n’ai pas le choix.

Mais, méfiez-vous de ma botte sécrète.

Zut, je tiens l’épée avec la main droite.

Vraiment raté le Bébert !

 

07:36 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

10/01/2014

Tout fout le camp. Rien ne change.

 

francois-hollande.jpg

 

Franchement la France a fait la Révolution pour rien.

Les Rois ne sont plus issus de la noblesse mais de la République.

Mais tout le reste est resté tel quel.

Les échotiers papotent, les éditos bruissent, le détail dévient affaire d’Etat, les frères Grimm font des émules.

Tout fout le camp, rien ne change.

Le peuple rame, le Roi est nu et s’en moque.

L’Economie se délite.

Le Roi invente des impôts et fait la guerre.

Pour se distraire, il crée des fous du Roi. Des humoristes un peu douteux, qui font frissonner les belles dames.

Et pour oublier ses soucis, il batifole.

Depuis hier soir, la France a enfin un sujet d’importance à traiter.

La nouvelle maîtresse du Roi. Sa new favorite.

Nous sommes sauvés. Les apparences sont sauves. Le Roi est un vrai, un couillu.

Pour le reste, voyez avec l’intendance…

 

06:02 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

07/01/2014

Attention, surchauffe !

 

surchauffe.jpg

 

 

 

Départ en fanfare à l’hôpital.

La venue du Professeur Prêtre pour assumer, une fois par semaine, la chirurgie cardiaque pédiatrique, provoque de vives réactions.

Un article dans le « Matin Dimanche » et le lendemain deux Conseillers d’Etat doivent venir s’expliquer sur les ondes.

En complète contradiction avec le Président du conseil d’administration des HUG.

Monsieur Maillard était furax, c’est le moins que l’on puisse dire et Monsieur Poggia pas loin de l’avis du vaudois.

Laissons de côté les querelles de personnes.

La décision qui a été prise est politique. Elle est le résultat d’un long processus.

La médecine de pointe a besoin d’un bassin de population de plus d’un million d’habitants. Il est donc normal et nécessaire que le CHUV et le HUG regroupe leurs compétences.

Obligatoirement certaines personnes vont se sentir frustrées et déçues.

C’est logique, mais cela ne doit remettre en question le processus décisionnel.

Le problème, c’est que les HUG sont autonomes par rapport à l’Etat, même s’ils touchent de fortes subventions. Ce qui n’est pas le cas du CHUV.

Monsieur Maillard décide, Monsieur Poggia compose.

Est-ce juste ?

Je pense que le système genevois, avec ses entités autonomes qui font quand même partie du Grand Etat et qui figurent dans les comptes consolidés de l’Etat, n’est pas logique.

Etre en dehors et en dedans, avec les problèmes de gouvernances qui en découlent est malsain.

On le voit aux SIG, aux HUG et possiblement aux TPG. Le gouvernement doit intervenir en négociant avec les conseils d’administrations. Il n’a pas les mains libres. Double structure, double arbre décisionnel. Sans oublier le parlement qui avec ses commissions des finances  et de gestions viennent donner leur avis souvent en contradiction complète avec les représentants des partis dans les CA.

L’autonomie est un leurre. Elle n’est pas saine. Il faudra rapidement revoir la gouvernance de ses structures dites autonomes.

 

06:45 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |