07/02/2014

Un faux problème...

 

secret_medical.jpg

 

En proposant de restreindre l’application du secret médical, le Conseil d’Etat fait fausse route.

Il reconnaît que dans le cas du meurtrier d’Adeline, ces nouvelles dispositions n’auraient rien empêché.

Alors pourquoi le demander.

En quoi la prise en charge de détenus dangereux va changer.

Dans la pratique actuel, un médecin est tenu à avertir les autorités concernées lorsqu’un patient peut être dangereux pour lui-même ou autrui.

Il n’a pas à transmettre de diagnostic, mais il doit tout faire pour que ce danger potentiel soit écarté.

Prenons un autre cas de figure, qui a été illustré hier dans le cas de l’assassin de Marie. Lorsqu’un médecin est mandaté dans le cadre d’une expertise, le secret médical n’existe plus puisque l’entier des documents est transmis aux juges et aux avocats. Il est étendu à des personnes qui sont tenues à respecter ces données sensibles, mais qui peuvent grâce à leurs divulgations prendre une décision.

Pourquoi dans le cas qui nous occupe, le meurtre d’Adeline, cela n’a pas fonctionné.

Simplement parce que la procédure habituelle n’a pas été suivie et que cette personne n’a pas été vue en expertise. De plus, personne n’a pensé demander son dossier médical à la France qui l’avait extradé en Suisse pour y purger sa peine.

Une direction médicale forte et un système de supervision des médecins auraient permis d’éviter ce drame.

Supprimer ou alléger le secret médical dans des lieux comme les prisons est dangereux.

C’est là qu’il doit être le plus fort. Pour protéger les détenus contre l’arbitraire.

Sans cette confiance donnée par le malade à son médecin, comment pouvoir le soigner, commet pouvoir le protéger.

Le secret médical est le dernier rempart contre l’arbitraire.

Il ne peut être remis en question. C’est une question de principe.

 

06:32 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Merci pour cet article, avec des journées pourries comme aujourd'hui, ton blog m'a bien occupé :-)

Écrit par : assurances auto | 15/02/2014

Les commentaires sont fermés.