13/02/2014

L'attente...

 

attente.jpg

 

Et maintenant, comme dans la chanson, que va-t-on faire ?

Tout le monde a « la gueule de bois » : l’UDC, les autres partis, la population.

Sonné debout et compté.

Le retour en arrière cela est sûr.

Avec déjà la proposition de supprimer le regroupement familial.

40 % d’étrangers en moins pour l’UDC.

Une honte, une décision, si elle est retenue que je ne peux pas accepter.

Je ne reconnais plus mon pays.

Je ne sais plus.

Sonné debout et compté.

Il va falloir maintenant attendre les propositions du Conseil fédéral en juin.

Et puis agir.

Avec, et nous devons le dire dès maintenant, la possibilité de refuser d’appliquer les mesures proposées, si la structure sociale, financière, la Genève internationale et l’âme de notre canton sont mis en danger.

Nous sommes redevables de bon fonctionnement de nos institutions.

Nous devons nous préoccuper de tous nos citoyens.

Nous devons soutenir les travailleurs qui venant d’ailleurs ont fait la prospérité de Genève.

Dans tout accord, il doit y avoir une clause péril qui empêche sa réalisation.

Nous sommes d’abord une République, puis un canton.

 

06:52 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Il ne faut pas craindre les contingents.
Sur 100'000 autorisations, 99'500 seront données aux citoyens UE.
Ensuite, le reste de 500 aux citoyens USA.
Donc ... rien pour les autres, arabes, africains, etc.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 13/02/2014

Oh mais quelle belle proferssionde foi Bertrand !!! Quel courage !!!

Etes-vous atteint d'amnésie vous qui avez systématiquement pactisé avec l'UDC au niveau local, vous et votre parti qui avaient demandé avec véhémence à l'exécutif communal ls liste des frontaliers travaillant pour l'administration à Carouge. Si vous voulez vous recyler le rôle de Tartuffe vous tend les bras.

C'est honteux ...Vous êtes décidemment dépourvu de toute vergogne.

Écrit par : Anastase | 13/02/2014

DR vous avez la fièvre postvotations ???

Calmez-vous sinon vous n'allez pas survivre à votre autostress?
L'UE vous hante à ce point ? Elle vous fait peur pareillement?

Attendez les élections du mois de mai et vous verrez que de nouvelles têtes, un peu plus pensantes que celles actuelles, vont faire leur apparition à Bruxelles, et surtout ne gobez pas tout cru ce que les médias romands vous racontent à longueur de journées.
Lisez la presse étrangère et vous verrez que les sons de cloches ne sont pas tout à fait les mêmes que ceux émis à Genève...

Un conseil; changez la politique de ce canton: formez des infirmières, aidez nos chômeurs à retrouver un emploi, aidez nos jeunes à avoir un toit décent afin qu'ils puissent eux aussi fonder leur famille (n'êtes vous pas PDC ?) ne favorisez pas une immigration de guichet (celle qui n'a que des droits et pas de devoirs), bref soyez courageux et vous verrez que la votation de dimanche aura ses effets positifs...

Écrit par : Exprof | 13/02/2014

Pourquoi voulez-vous attendre ? Que voulez-vous attendre ? N'êtes-vous pas député ? Elu par le peuple ?
Vous devriez plutôt AGIR et en respectant un peu plus la démocratie et la volonté du peuple !!

Écrit par : GiPi | 13/02/2014

Je vous cite :

"Nous devons soutenir les travailleurs qui venant d’ailleurs ont fait la prospérité de Genève."

C'est précisément ceux-là que j'ai soutenus en disant oui à l'initiative, ceux qui ont fait notre prospérité, travaillent sur notre sol depuis 30 ans, ont fait des enfants nés ici et se voient licenciés à 50 ans pour être remplacés par des petits nouveaux, plus jeunes, moins chers, et obligés finalement en fin de droit de chômage de retourner dans leur pays avec une pré-retraite ridicule en se séparant de leurs enfants devenus grands et travaillant sur le sol, perdant tout ce qu'ils ont construit ici !

Personne n'a parlé de ceux-là, ni ne les a vus, ni dans le camp des initiateurs, ni dans le camp des opposants. Les grands oubliés du débat.

Ce serait bien que nos élus soient obligés de descendre sur le terrain de temps en temps.

C'est aussi pour nos petits vieux, qui n'arrivent pas à avoir la visite d'une assistante sociale, ou des malades alités sans pouvoir bouger pendant un an auxquels l'assistante sociale de votre commune refuse une aide administrative, car trop occupée... ailleurs !

Ailleurs et par qui Monsieur ? Par tous ceux qui volent aux suisses bien suisses, qui ont cotisé toute leur vie, en les laissant crever chez eux parce qu'une multitude de nouveaux arrivants d'ailleurs ont la priorité.

Les grands oubliés du débat aussi !

Il est temps d'atterrir et de vous rendre compte que vous tous, de tous les partis, n'avez pas agi et que vous êtes presque tous "fâchés" d'être confrontés à votre absence de responsabilité. C'est vous qui êtes responsables du résultat de cette votation, pas ceux qui ont voté oui. Ceux-là, sont lucides et ont étudié et vécu le problème sur le terrain.

Écrit par : Jmemêledetout | 13/02/2014

Jmemêledetout,

Votre conclusion saute aux yeux, même, à ceux d'un malvoyant !!

Mais vous savez, ces gens -là (ceux au pouvoir) n'ont pas la même vision ,ils sont "presbytes" et ne voient que les choses lointaines. L'UE, Bruxelles,...

J'en viens à me demander si notre DR B Buchs, ne demande pas à ses patients de dire :"...dites Bruxelles..." en lieu et place de la vieille formule : "...dites trente trois...", lors de l'examen médical...

Écrit par : Exprof | 13/02/2014

@Exprof

Vous soulevez un sujet intéressant, même si hors sujet, car les médecins d'aujourd'hui n'ont précisément plus aucune connaissance du terrain... et se contentent d'ouvrir en bons cliniciens ayant perdu totalement une vision globale parce que non formés à cela, d'ouvrir leur manuel de pharmacopée à la deuxième page.

Alors c'est en médecine, comme en politique, le terrain est absent du débat.

Écrit par : Jmemêledetout | 13/02/2014

@ Jmemêledetout
@ Exprof

Loin de moi l'idée de dire que tout est parfait.

Vous parlez de réalité du terrain mais avez vous une vision complète de la situation. En ce qui concerne les frontaliers, la France reverse une partie des salaires bruts(4.5% dans le canton de Neuchâtel) + impôts à la source pour d'autres. Autre exemple, les étrangers versent plus à l'AVS que ce qu'ils touchent.

C'est juste pour dire que tout n'est pas ni noir, ni blanc. Il arrive aussi que ce soit les étrangers qui paient nos assistants sociaux et la retraite de nos grands-parents.

En ce qui concerne la Suisse romande, 60% des votants ont refusé l'initiative, ce qui semble indiquer que les politiciens actuels sont plutôt soutenus par les votants sur ce point, contrairement à ce que vous semblez dire !

Il n'en reste pas moins que l'initiative a été accepté au niveau Suisse et que nous devons l'appliquer dans tous les cantons.

Écrit par : MC | 14/02/2014

@MC, oui, justement, vous venez de prouver que c'est injuste de priver de travail à 50 ans tous nos anciens étrangers qui ont cotisé pendant des années, certains plus de 30 ans, voire 40 car ils ont commencé à travailler ici à 15 ans ! pour les échanger par des petits nouveaux qui n'ont aucune expérience et ne viennent que pour profiter du statut social, dont les épouses s'empressent de tomber enceintes après quelques semaines de ménage ici et là.

Peut-être que vous m'avez mal lue. Ces anciens étrangers ne sont défendus par personne, voient leur famille brisée et doivent retourner dans cet ancien pays qui n'est plus le leur et où ils seront considérés là-bas, comme des étrangers, car ceux là ne veulent pas dépendre des services sociaux en fin de droit de chômage. Alors qu'ils étaient parfaitement intégrés ici, qu'ils ont largement contribué à notre essor.

C'est aussi pour eux que j'ai voté OUI.

J'ai vu des tas de "petits nouveaux" portugais débarquer, là depuis 5 ans, ne parlant pas un mot de français et refusant de l'apprendre même lorsqu'on leur offre des cours gratuits... Ils ne sont là que pour payer leur alpha-romeo et leur appartement ou maison au Portugal et faire 2 ou 3 gosses au passage. Ils ne respectent rien, ni personne. Ils ont toutes les aides possibles pour leurs démarches administratives, on leur refait leur CV, bien souvent tronqué.

Tout cela pour mettre nos anciens étrangers dehors et priver nos petits vieux suisses et handicapés d'une aide minimale.

Quant aux frontaliers, certains sont nécessaires bien sûr, et continueront à l'être, mais pas tous et pas en si grand nombre. L'absence de formation dans notre pays en est en grande partie responsable, mais pas seulement. Les diplômes français tape à l'oeil, génèrent aussi des infirmières dans notre hôpital ou à l'Imad qui se comportent comme des peaux de vaches, pratiquent de la maltraitance physique ou morale, ne connaissant ni les droits élémentaires de notre constitution et encore moins ceux des droits de l'homme.

D'autres, des anciennes, parfois étrangères aussi mais là depuis longtemps et parfaitement compétentes, sont outrées par ces comportements, mais après quelques tentatives de mettre cela sur le tapis, finissent pas y renoncer, parce que sujettes à des représailles dans leur section. Celles-ci, compétentes, n'accèdent jamais à des postes clé, ceux-ci étant offerts par copinage à des petites nouvelles sans aucune expérience mais avec un joli diplôme bien colorié.

Si ces sujets là avaient été débattus, je doute que la Romandie ait voté non à l'initiative, car de nombreuses personnes en ont souffert, ont vu des anciens amis étrangers partir et de nombreux autres ont été victimes de maltraitance et d'absence totale de respect dans la population.

Le goût de la croissance et du profit, l'absence de réflexion en profondeur, l'absence de vision à long terme, tuent tous les jours, par diverses voies. C'est une forme de génocide social.

Écrit par : Jmemêledetout | 14/02/2014

Les commentaires sont fermés.