23/05/2014

Adeline est-elle morte pour rien !

 

HUG..jpg

 

Il faut une réponse. On ne peut pas multiplier les enquêtes et les expertises pour toujours répondre la même chose : c’est pas nous, c’est les autres.

Je ne cherche pas de boucs émissaires, simplement une explication.

Le deuil ne sera pas possible sans un aveu de responsabilité.

Certes l’Etat s’est excusé, mais cela n’est pas suffisant.

Le rapport communiqué hier par les HUG est froid, désincarné, comme l’est toute expertise.

L’expert a fait son boulot.

Le Conseil d’administration ne l’a pas fait.

J’attendais une explication de texte, une mise en perspective, une remise en question, des excuses, un peu d’empathie, et bien rien de rien, le néant.

Quelle bande de pleutres.

Si la directrice n’est pas responsable, alors qui ?

Puisque le secrétaire général des HUG n’était pas responsable, alors qui ?

Hier, j’ai eu honte devant tant de lâcheté.

Comme je l’ai dit, hier soir, au 19h30 de la TSR, Adeline est morte une deuxième fois.

 

06:34 | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

20/05/2014

Que se passe-t-il à l'office des bâtiments de l'Etat ?

 

école.jpg

 

Il y a des chiffres qui donnent des sueurs froides à notre ministre des finances.

750 millions pour pouvoir rénover les bâtiments de l’Etat.

Nos cycles et collèges sont en pitoyables états.

Il faudra probablement débloquer 50 millions pour procéder aux travaux les plus urgents.

Cela fait des années que ce département dysfonctionne.

A la commission de gestion, on nous a mené en bateau, avec toujours la même réponse, tout est sous contrôle. La nouvelle équipe est super, ce sont des professionnels, tout baigne.

Et puis changement de législature, on renfile le Pierre noir au nouveau, débrouille toi.

Pas très sympa.

Et on apprend que le directeur de cet office est sur le départ.

Il y a des choses que j’ai de la peine à comprendre.

Dans nos communes, les écoles sont en parfait état de fonctionnement. On s’en occupe, les budgets d’entretien sont demandés et votés sans discussion.

Que s’est-il passé au niveau du canton ?

A-t-on utilisé les sommes nécessaires pour d’autres travaux ?

A-t-on oublié de les prévoir ?

J’ai demandé que ce problème soit traité en urgence par la commission de contrôle de gestion du Grand Conseil.

La création d’une sous-commission est nécessaire. Il faut qu’elle puisse commencer ses travaux le plus rapidement possible.

 

06:38 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

19/05/2014

La symétrie des efforts !

 

agglo.jpeg

 

Le Grand Genève a pris un grand coup de bâton sur la tête, ce dimanche.

Il va falloir faire preuve d’imagination et de persuasion pour pouvoir poursuivre le développement de la Région.

Ce qui a manqué pour que la population accepte ces P + R, c’est une campagne plus active, plus homogène et surtout moins d’arguments intellectuels.

Plus parler avec ses tripes.

Il est maintenant clair que les genevois ne vont plus accepter de financer des projets en France.

Alors que faire avec ce projet d’agglomération maintenant moribond.

Que faire pour essayer de sauver la manne fédérale.

Simplement mieux répartir les financements.

Sur les 300 millions de l’enveloppe prévue, 150 pour des projets en Suisse et 150 pour des projets en France.

Ce n’est qu’une symétrie des efforts qui permettra de sauver ce magnifique projet.

Nos amis français doivent sortir d’une logique de demandeur et être plus actif.

Ils attendent trop de nous.

Par exemple, quand va débuter une vraie modernisation du réseau rail de Haute Savoie et de l’Ain. Pourquoi abandonner la ligne du pied du Jura ?

Je suggère que le prochain projet soit attribué à Genève avec un financement français.

 

 

Je propose, également, que sur certains sujets de votations, par exemple la traversée de la rade, nous faisions une campagne unitaire (PLR, PDC, Verts et Socialistes)

Une affiche, les mêmes flyers, tous sur les mêmes stands.

Si nous ne resserrons pas les boulons, nous allons prendre une mémorable fessée aux municipales.

Et puis Bon Dieu, allons dans la rue et mouillons nos maillots…

06:58 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

08/05/2014

Rupture d'un fragile équilibre...

 

pharmacie3.jpg

Hier le Conseil National a voté une modification de la loi sur les produits thérapeutiques.

Les Pharmaciens pourront vendre directement des médicaments qui sont actuellement soumis à l’obtention d’une ordonnance médicale.

Par exemple des anti-inflammatoires ou des antalgiques.

Ne nous leurrons pas, cette décision a été prise sous la pression des lobbys pharmaceutiques.

Actuellement, les ventes de ce type de médicaments a tendance à stagner.

Par contre, lorsque ces mêmes substances sont en vente libre (par exemple à des dosages plus faibles), les ventes augmentent d’une manière significative.

Il faut donc contourner l’obligation de l’acte médical, avec comme but final, la vente en grande surface.

Nos collègues pharmaciens pensent que le législateur a pensé à eux.

Oh que non. Ils vont vite se rendre compte qu’ils ont été instrumentalisés.

Mais en attendant un fragile équilibre vient de se rompre.

Le médecin prescrit, le pharmacien contrôle et valide.

Ce double contrôle, par le médecin et le pharmacien, permet de diminuer fortement les risques d’effets secondaires.

Les pays qui ont poussé la logique d’une vente libre, comme les USA, dépensent des sommes pharamineuses en traitements des effets secondaires.

De cela, les lobbys pharmaceutiques s’en moquent.

 

Puisque que nous entrons dans un système dérégulé, la question de la propharmacie va obligatoirement se poser.

Pourquoi, les médecins genevois ne pourraient pas vendre eux-mêmes les médicaments ? Ce que l’on permet à l’un devrait être permis à l’autre. Simple égalité.

Les pharmaciens viennent probablement de marquer un superbe autogoal.

 

06:29 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

07/05/2014

Préoccupant...

 

prison.gif

 

Comment peut-on condamner à 2 mois de prison ferme, un couple coupable uniquement d’être en situation irrégulière en Suisse.

Comme des milliers d’autres personnes qui travaillent, paient leurs charges sociales et leurs impôts et ne demandent pas l’aide sociale.

Leur seul défaut venir simplement de pays en dehors de l’Union Européenne et principalement d’Amérique Latine.

Notre économie a besoin de ces personnes.

Sans elles, nous devrions, probablement, en urgence augmenter nos places de crèches et d’EMS.

Elles nous bien utiles. Ne soyons pas des hypocrites.

Le procureur doit appliquer la loi et ne pas faire de politique. Soit.

Mais on peut aussi interpréter cette loi.

Le Tribunal de police l’a bien montré et convertissant la prison en travail d’intérêt général.

La prison est-elle la seule réponse à certains délits !

 

06:22 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

06/05/2014

Piano, tranquillou...

 

doublons.jpg

 

On attendait l’annonce de grandes réformes, une nouvelle vision de l’Etat et on assiste à une tentative de réformette.

On crée une commission technique, on va traquer prioritairement les doublons et puis…la réforme de la fiscalité des communes attendra.

L’Association des Communes Genevoises est déjà sur les pattes arrière.

Bonjour l’ambiance.

Comme sa présidente ne voit pas où sont les doublons, on se demande si l’exercice en vaut la peine.

Entre nous, ce problème concerne principalement la Ville de Genève et le canton.

Mais comme il ne faut surtout ne pas le dire, on agrandit le périmètre. Cela s’appelle vulgairement « noyer le poisson ».

Résumé : on s’appelle et on se fait une bouffe.

Nous nous sommes battus durant la dernière législature pour dire qu’il fallait en urgence une réforme de la fiscalité des communes.

Mais plus d’argent aux communes veut obligatoirement dire moins d’argent à l’Etat.

Et là, ça coince.

La réalité des chiffres, comment faire pour diminuer les charges de l’Etat ?

C’est pourquoi, nous ne pouvons pas nous satisfaire de décisions consensuelles et timorées.

 

06:22 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |