20/06/2014

Et si...

 

orbe.jpg

 

Les vaudois ont décidé de fermer la prison de Bois-Mermet et d’en construire une nouvelle à la Plaine de l’Orbe.

Et si nous nous associons avec nos voisins, membres du Grand Genève, pour soulager le site de Champ-Dollon.

Nous avons peu de place, ils en ont beaucoup.

Cela me semble équilibré comme deal.

Moitié pour le canton de Vaud, moitié pour le canton de Genève.

A étudier….

07:06 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

19/06/2014

La belle endormie...

 

endormie.jpeg

 

Pendant que l’Hôpital cantonal de Genève gère ses crises, le CHUV surfe sur le succès.

Il est en passe de devenir le centre d’excellence de la Suisse romande.

Sa direction a les coudées franches pour s’occuper en priorité de ce qui fait l’essentiel du travail d’un hôpital, les soins mais aussi la recherche et la médecine de pointe.

Son directeur (un médecin) gère en direct avec son Conseiller d’Etat.

Rapide, efficace dans les décisions.

Prenez l’exemple de la neuro-rééducation.

Genève qui était la référence, qui avait investi, il y a de nombreuses années dans un hôpital (Beau-Séjour) dédié à la rééducation, n’a pas su se renouveler, n’a pas su garder ses cadres, n’a pas su collaborer avec un pôle d’excellence comme l’EPFL.

Prenez l’exemple de l’ophtalmologie, un service sinistré qu’il va falloir reconstruire sur des années.

Nous étions les meilleures et nous nous sommes endormis.

Si nous ne réagissons pas d’une façon rapide, Genève ne pourra plus garder son label universitaire.

Elle va devenir un centre de médecin de luxe pour riches malades (en relation avec le développement impressionnant des cliniques privées qui attirent tous les cadres des HUG).

On ne peut pas diriger un service hospitalier en privilégiant les compétences juridiques.

On doit revenir aux métiers de l’hôpital et se concentrer sur l’innovation et la compétence.

Je l’ai dit et je le répète au risque de devenir inaudible.

Le CA des HUG doit être dirigé par un médecin.

 

07:02 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

12/06/2014

Une réserve d'indiens !

 

ballenberg.jpg

 

On est en train de marcher sur la tête.

Berne veut, en partie, retoquer notre plan directeur cantonal.

Because, tu touches trop à la terre agricole tes coles…

Il faudra bien pouvoir planter des patates et être autosuffisant lors de la prochaine guerre. Déjà que les Grippens ne vont pas nous protéger.

Alors on ne déclasse plus, on densifie et basta.

Je dis bien, on densifie mais pas de tours SVP, cela fait taches.

Mais attention, dans le calcul des terres agricoles, on ne compte pas les vignes.

Elles appartiennent à Noé donc elles sont peut-être considérées comme un territoire divin.

Donc on densifie, car on ne peut pas planter des patates dans les vignes. CQFD.

Je résume, on touche à rien, on ne construit pas de tours, on ne fait rien de la zone villa, on envoie nos gamins se loger au fond du Grand Genève.

Dedieu, Dedieu, on va finir comme à Ballenberg, déjà qu’ils nous ont piqué une ferme.

Une réserve d’autochtones, de joyeux vignerons pouvant faire cave ouverte toute l’année, et des gueules élastiques pour touristes en mal d’authenticité.

Et puis il n’y a pas que Berne qui s’y met. La commission de l’aménagement du canton en rajoute une couche.  Les lobbies en ont pris la possession.

Ambiance, ambiance.

Je pense que mes gamins vont continuer à vivre à la maison jusqu’à leur retraite.

 

 

 

 

 

13:22 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

06/06/2014

Terrible nouvelle...

 

 

Les plantes peuvent être toxiques.

La mère Gnagnu ne s’en est pas encore remise.

Elle qui adore rebedouler dans la luzerne avec son député préféré a décidé de ne plus sortir de chez elle.

A force de faire croire que ce qui est beau est forcément gentil, on a complètement coupé le monde citadin de la réalité de la nature.

Et pourtant, ceux qui ont un peu dépassé la « Migros data » se rappellent les conseils de leurs parents et grands-parents.

Ne pas mettre n’importe quoi et encore moins les feuilles des plantes à la bouche.

Au lieu d’interdire, nous pourrions profiter pour enseigner la nature à nos enfants.

Simplement leur apprendre le nom des choses.

Comment s’appelle cet arbre.

Comment se nomment ces fleurs.

Tout bêtement…

 

07:14 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | | |