25/07/2014

Alors ce stade !

 

stade2.jpeg

Entre une fondation qui ne sait plus à quoi elle sert et un club de foot qui ne peut pas assumer les coûts d’entretien, la balle est au centre, dans les mains de l’arbitre, l’Etat.

Quelles solutions ?

D’abord le terminer et c’est le rôle de l’Etat de le faire.

Et oui, on a fait vite et bon marché et on l’a livré non fini.

Les péripéties qui ont suivi la fin de l’Euro n’ont pas encouragé un quelconque investisseur à mettre la main à sa poche.

Puis, le remettre au Servette qui en deviendra propriétaire pour une somme à définir mais qui probablement sera symbolique.

Un stade seul ne peut pas rapporter de l’argent.

Il faut intégrer des commerces, des  lieux de rencontre et de conférence.

Le faute originel, cause de tous les malheurs de ce stade, c’est que le centre commercial de la Praille a été cédé à des personnes (en droit de superficie et à des prix plus qu’intéressant) qui n’ont pas pris en charge le stade.

Nous aurions du dès le départ faire un deal ; Centre commercial plus stade.

Ne répétons pas cette erreur.

Si nous voulons que le club de Servette assume sa charge alors il nous faut lui donner la possibilité de faire du commerce.

Il faudra lui permettre de faire des promotions sur des terrains jouxtant le stade et faisant partie du projet PAV.

 

06:34 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Il y a d'autres pistes.
Faire pression sur la FIFA qui n'autorise pas le partage avec les équipes de France voisine.
Partager le stade avec les équipes de rugby, notamment celle de Genève qui s'est récemment créée et organiser des matchs avec des clubs prestigieux comme l'Oyonnaz.

Écrit par : Pierre Jenni | 25/07/2014

Monsieur Bertrand Buchs: "D’abord le terminer et c’est le rôle de l’Etat de le faire."
Non. Ce n'est pas une infrastructure publique, mais privée. Que les privés se débrouillent. L'Etat n'a plus rien à faire dans cette galère. A noter que Monsieur Moutinot est à l'origine même de cette gabegie en ayant délivré l'autorisation définitive de construire alors qu'une initiative était en cours. Qu'il vienne à la tête de la fondation, laisse un arrière goût très bizarre.
A noter que le stade n'a été construit que pour permettre la réalisation du centre commercial.

Écrit par : Charles | 25/07/2014

Il me semble que nos élus préfèrent filer 50 millions par année au Grand Théatre que de finir ce stade ! Il est vrai qu'il est plus agréable de passer une soirée au foyer du Grand Théatre à boire d'excellents vins et manger des mets très fin plutôt que de se contenter d'un sandwich et d'une bière ! L'"élite genevoise" ne se mélange pas avec les basses couches de la population !

Écrit par : Gedeon Teusmany | 25/07/2014

Je constate que Pierre Jenny est un adepte du Grand Genève ! Les équipes françaises n'ont rien à faire dans ce stade et, si la FIFA autorisait cette anomalie, qui paierait les forces de l'ordre pour la sécurité des matches ?
Est-ce que une équipe genevoise va jouer en France ? Cette proposition est, comme le Grand Genève, ridicule !

Écrit par : Octave Vairgebel | 25/07/2014

Les commentaires sont fermés.