30/07/2014

Pourquoi une telle différence !

 

caisse maladie.jpg

 

60 % des médecins vaudois et genevois sont pour une caisse maladie publique.

Ce qui fait déjà plus que les 400 médecins qui se sont regroupés pour défendre, dans toute la Suisse, l’initiative socialiste.

Mais combien de zürichois, de bernois, d’argoviens, de grisons …

On ne sait pas, mais probablement pas beaucoup.

Pourquoi une telle différence ?

Simplement parce qu’il n’y a pas de problème entre ces confrères et les caisses maladies.

Depuis des années un accord tacite existe.

Pas de vagues et on continue à soutenir la pro-pharmacie.

80 % des médecins alémaniques dispensent les médicaments à leur patientèle.

 1% des médecins romands.

Moyenne du chiffre d’affaire : 500 000 francs, avec des marges super intéressantes.

Monsieur Prix est aux abonnés absents, les caisses maladies ferment les yeux et comme dirait notre Conseiller d’Etat Barthassat : QDB.

Pourquoi vouloir changer de système !

06:23 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

sur l'air de la plaisanterie il va de soi, certains médecins préférent la discrétion tout simplement ou comme les anciens très sages observent de loin pour réagir en temps voulu.
Ils préfèrent ne pas abattre leurs cartes trop vite,l'expectative n'est elle pas source de vérité ?
La médecine a pourtant l'habitude de conseiller aux patients stressés de prendre du recul face aux problèmes qui paraissent insolubles aussi une bonne année en Suisse Allemande permet de mieux comprendre les réactions genre *courant d'air *de certains Romands /rire
toute belle journée pour Vous Monsieur Buchs et encore merci pour votre blog

Écrit par : lovsmeralda | 30/07/2014

Lovsmeralda dit sur un air de plaisanterie un certain nombre de choses intéressantes et probablement assez vraies.

Peut-être que le médecin alémanique travaillent plus souvent à 100% que ses collègues genevois et vaudois. Peut-être qu'il est plus impliqué dans la défense de ses intérêts professionnels et peut-être qu'il collabore plus et mieux avec les assureurs (une des raisons du succès des réseaux de soins intégrés en suisse alémanique).

Il a ainsi une meilleure situation financière (et oui, travailler à 30% ne vous permet pas de vivre à Genève et c'est pas la faute au Tarmed !), une meilleure vision globale (quels sont les enjeux et les solutions disponibles) et de meilleure relations avec les assureurs (c'est pas parce que l'assureur est alémanique qu'il est mauvais par avance !).

Avec mes meilleures salutations

Écrit par : MC | 30/07/2014

c'est bien clair tout à fait d'accord avec cette analyse.
Donc les Romands sont jaloux, et pensent que la caisse unique va augmenter leurs revenus? ou diminuer ceux des Alémaniques?
et comment exactement cette initiative va-t-elle arriver à ce résultat que vous fantasmez? où exactement dans le texte? ou bien croyez vous aux bonnes promesses du Père Noël Maillard qui a intoxiqué l'AMG à au moins deux reprises? (s'est-t-il fait payé du reste et si oui par qui?)

Écrit par : évidemment | 30/07/2014

Cher Evidemment,
Nous ne sommes pas jaloux. Nous ne demandons pas de revenus supplémentaires.
Nous énonçons des faits qui nous gênent au plus haut point.
Lorsque nous avons lancé notre initiative sur la séparation strict entre privé et public (une assurance de base ne pouvant pas faire du privé) nous avons échoué car nos collègues suisses alémaniques ne nous ont pas soutenus.
Alors que cette idée est de bon sens. Actuellement c'est, par exemple, la même secrétaire qui fait du privé et de la base. Qui la paye ? Nous avons vraiment l'impression que les assurances font supporter un maximum de frais sur la base et un minimum sur le privé. Et comme il n'y a pas de surveillance...

Écrit par : Bertrand Buchs | 30/07/2014

donc cette initiative serait un moyen détourné et bricolé de revenir à la charge après l'échec de la séparation public-privé? le message politique est pour le moins embrouillé. Le risque si elle passe et que vous dites vrai, c'est que les assurances privées fassent faillite, et que nous nous retrouvions avec un contrôle Etatique sur la base. Bonjour l'angoisse pour la médecine semi-libérale que nous connaissons.

Écrit par : Evidemment | 30/07/2014

Les dispositions en matière de propharmacie relèvent de l'autorité cantonale. En Valais et dans les années '80, un médecin ne pouvait pratiquer la propharmacie que s'il exerçait à plus de 15 Km de la prochaine pharmacie. Ça ne s'est probablement pas "amélioré" avec le nouveau Médecin Cantonal, Dr Ambord. Je m'étonne donc sans pouvoir le contester ce chiffre de 80%dans d'autres cantons, surtout les plus urbanisés.
Tout le monde est conscient de la problématique actuelle. Encourager le pire ne me semble pas la meilleure manière de la contester. En effet, le risque d'un "oui" reste, grâce à la maladresse de nos chères assurances, possible.
Il me semble qu'une analyse multidisciplinaire de la faisabilité d'une troisième voie plus performante semble être une voie à explorer. Mais pour cela, il faut du temps et beaucoup de charisme...

Écrit par : Etienne Coquoz | 31/07/2014

D'autant plus que beaucoup d'études montrent que les cantons Propharmacie ont un coût des médicaments plus bas que les autres...

Écrit par : MC | 31/07/2014

IL faut lire aussi ces deux articles parus dans La Nation pour se forger une opinion. La fuite tactique dans les jupes de Maman Helvetia n'est peut-être pas une solution aussi bonne qu'il n'y paraît:

Un chantier monstrueux:

http://www.ligue-vaudoise.ch/index.php?nation_id=2906

Caisse publique

http://www.ligue-vaudoise.ch/index.php?nation_id=2892

Peut-être vaut-il mieux aménager (avec autorité) ce qui existe à l'état très imparfait plutôt que d'accoucher d'un nouveau monstre étatique...

La comparaisons avec la CNA-SUVA ? Pas probante !

http://tinyurl.com/mdtdgkp

PS: Je ne sais pas encore ce que je vais voter. Mieux vaut réfléchir avant d'adopter un OUI punitif contre les assurances privées dont les abus sont pourtant avérés, chroniques et patents.

Écrit par : jaw | 31/07/2014

Les commentaires sont fermés.