02/09/2014

Des moyens considérables !

 

rade.jpg

 

J’ai appris de sources sûres que le TCS allait dépenser 800 000 francs pour sa campagne de soutien à la traversée de la rade.

Je ne rappelle pas, comme sociétaire de ce club, d’avoir donné mon avis sur cette dépense.

Je ne pense pas non plus avoir été approché par une consultation interne pour savoir ce que pensait la majorité de membres, et je peux vous dire que je ne suis pas seul à m’offusquer de cette méthode peu démocratique.

Comme comparaison le PDC, qui a décidé de sa position après une assemblée des délégués et un débat contradictoire engagera seulement 16 000 francs.

De toute façon, l’initiative UDC va être balayée par le peuple.

Avant chaque votation je fais un petit sondage auprès des personnes que je rencontre et pas une seule ne m’a dit vouloir voter la traversée de la rade.

Les lendemains de votation risquent d’être très durs pour la direction du TCS.

07:01 | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

" ... et je peux vous dire que je ne suis pas seul à m’offusquer de cette méthode peu démocratique. "

Effectivement, vous n'êtes pas le seul !
Le TCS commence sérieusement à m'agacer à vouloir prendre parti dans des décisions politiques en faisant valoir le nombre élevé de ses sociétaires, alors qu'il ne les consulte jamais. Hier c'était à propos de l'augmentation du prix de la vignette, aujourd'hui au sujet de cette initiative de l'UDC.
En tant que sociétaire du TCS, je suis également piéton, usager des transports publics et parfois cycliste, mais surtout citoyen majeur et parfaitement capable de discernement. Je n'accepte pas d'être utilisé à mon insu en faveur de causes au sujet desquelles on ne m'a pas consulté et auxquelles je n'adhère pas !
Que le TCS revienne à ses originaux, à savoir un club d'assistance aux automobilistes et qu'il laisse le champ politique aux partis politiques et aux citoyens qui ne lui ont rien demandé.

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 02/09/2014

Je ne serais pas aussi optimiste quant au résultat. Il y a beaucoup de gens qui veulent voter pour malheureusement... une vraie campagne est nécessaire...

Écrit par : Ethan | 02/09/2014

Tiens c'est amusant, je vis exactement la même expérience à l'inverse.
Pas un seul de mes clients dans le taxi ne s'oppose au tunnel. Bien au contraire, ils font preuve d'un enthousiasme débordant et sont persuadés que cette fois sera la bonne.
Quant aux membres du TCS, ils doivent s'être trompés de société ou bien ils ont juste besoin d'être dépannés de temps à autre. Le TCS est bien un défenseur du libre choix du mode de transport et défend plus particulièrement, mais pas exclusivement, la voiture qui est la cible de tous les maux depuis au moins trois législatures. Une consultation des membres au sujet de la traversée de la Rade suggérerait une remise en question des statuts et une réorientation en profondeur des buts de la société.

Écrit par : Pierre Jenni | 02/09/2014

Cher Pierre Jenni,

"Quant aux membres du TCS, ils doivent s'être trompés de société ou bien ils ont juste besoin d'être dépannés de temps à autre. "

Lors de mon adhésion au TCS, il y a plus de quarante ans, ce club s'occupait essentiellement d'assistance automobile et c'est à ce titre que j'y ai adhéré, pas pour me faire prendre par la main et m'indiquer la route à suivre dans des décisions qui relèvent essentiellement de la politique.
Je ne pense pas m'être alors trompé de société car c'est bien pour me faire dépanné, le moins souvent possible d'ailleurs, que j'ai adhéré au TCS.
Ce que je demande aujourd'hui au TCS, c'est qu'il revienne à ses fondamentaux et abandonne le terrain politique. Peut-être cela devrait-il effectivement se passer par une réorientation fondamentale de cette société, autant dire par une révision de ses statuts.

Sur la traversée de la Rade ou/et du Lac, je suis convaincu qu'il faut trouver une solution, mais celle-ci doit être coordonnée avec la Confédération et s'inscrire dans le plan des routes nationales, avant tout pour des raisons de financement.

Bien amicalement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 02/09/2014

Cela fait une dizaine d'année que ce sujet se trouve sur la table, ne serait-il pas temps de trancher une bonne fois pour toute?

Écrit par : Annuaire | 02/09/2014

Cher Jean,
Aujourd'hui le moindre geste est devenu politique. Acheter sa baguette de pain à la station service du coin est déjà un acte politique.
Notre société d'hyperinformation nous permet et nous incite à devenir des consom-acteurs qui s'organisent parfois en sociétés pour mieux faire valoir leurs positions. Le TCS rempli aujourd'hui ce rôle dans le domaine des transports et répond très certainement aux préoccupations de la plupart de ses membres.
Mais rien ne vous empêche de créer une nouvelle structure dédiée exclusivement au dépannage des voitures. Je doute qu'elle serve à grand chose car ces véhicules sont de plus en plus fiables et tombent de moins en moins en panne.

Je suis très surpris par votre position sur la traversée de la Rade. Vous parler de l'importance ou de l'évidence du besoin (sans le dire) de trouver une solution et vous revenez sur la proposition de traversée du lac qui est pour le moins hypothétique à ce stade puisqu'elle ne figure pas même au plan d'investissement 2030 de la Confédération.

Vous reprenez le leitmotiv d'une droite divisée sur les questions de financement mais vous n'avez pas bronché d'un cil sur les très conséquents investissements concédés pour les transports publics depuis une quinzaine d'années, le CEVA n'en étant pas un des moindres, et qui tous ont impliqué une participation conséquente du Canton.

J'ai un peu le sentiment que le sujet ne vous passionne pas trop et que vous n'avez pas creusé. C'est plutôt rare de votre part. J'ai souvent le sentiment que vous vous exprimez en connaissance de cause et ne parlez jamais pour rien dire.

Je vous invite donc à prendre connaissance du cahier spécial du TCS ou faire un petit tour sur RADE-oui pour trouver réponses à toutes vos questions.

Écrit par : Pierre Jenni | 02/09/2014

Si les partisans de la traversée du lac ne se hâtent pas (c'est à dire avant le 28 septembre) de présenter au peuple une alternative viable, au financement assuré, et si possible avec un horizon de réalisation avant septembre 2054, mais se contentent de vagues promesses plus ou moins fumeuses quant à l'hypothétique possibilité de créer une "grande" traversée avec peut-être une participation de la confédération, mais pour on ne sait pas trop quand.... l'initiative a bien des chances d'être acceptée, par dépit !

Écrit par : Mikhail Ivanovic | 02/09/2014

C'est marrant Bertrand, personne ne vous consulte jamais. Vous ne trouvez pas cela inquiétant ? Cela dit, si on écoutait le PDC, la traversée de la rade se ferait sur des barges dans lesquelles les rameurs seraient des chômeurs en fin de droit. On pourrait aussi consulter Mabut qui est l'Expert suisse du rail. je crois qu'il avait suggéré une directissme Mies- Gaillard avec un système de navettes type Loetschberg.

Je pense dans l'intervalle qui faille supprimer les facteurs d'embouteillage, dont le premier est la surabaondance de taxis. Chers, conduits par des chauffeurs mal élevés, sales, ils colonisent la surface roulante pour un gain de mobilité quasi nul. je serais pour que l'on en réduise le nombre à une cinquantaine de véhicules. Largement suffisant pour une ville comme genève où malgré une direction politique totalement dépassée, les transports en commun fonctionnennt très bien.

Écrit par : Anastase | 02/09/2014

Sauf erreur, l'adhésion au TCS n'est pas obligatoire.
Au lieu de ronchonner, filez leur votre sac.
Ainsi vous exprimerez utilement votre mécontentement.
Combien de fois avez-vous fait appel à eux pour vous dépanner ?
Au prix de la cotisation annuelle vous pourrez facilement calculer le coût de l'intervention.
Sans compter que vous devez sans doute avoir souscrit à toute la batterie d'assurances juridiques et au livret ETI, le tout bien entendu jamais utilisé.

Écrit par : Marc | 02/09/2014

Monsieur le Député,

Je ne me rappelle pas non plus avoir été consulté non plus par la FMH (financée par mes honoraires aux toubibs)pour les CHF 600'000.- versés au président de ladite FMH à titre de consolation pour sa non-réélection au sommet de ce coûteux aréopage:-) !

Pas d'avis populaire sollicité non plus pour les cotisations obligatoires à la LAMAL en raison du coût inexorable ...DE LA MEDECINE !

Les élus (dont vous êtes, avec bonheur) et les Comités agissent par délégation de la base...à moins de vouloir une landsgemeinde chaque jour sur la Plaine de Plainpalais:-)

Encore heureux que le peuple (et non ses mandataires) puisse décider encore souverainement - sans passer par Bruxelles - dans le secret des urnes, s'ils veut LA traversée de la Rade telle qu'elle lui est proposée et non pas se prononcer sur "un pont ou un tunnel" (comme jadis) ou sur quelque "contreprojet" concocté par le gouvernement pour mieux faire capoter l'idée..en divisant les suffrages.

On a trouvé rapidement CHF 4 milliards pour renflouer les caisses de pension des fonctionnaire au salaire médian de CHF 9000.- On va donc bien trouver CHF 1 milliard pour cette "petite" traversée de la Rade . LE projet "risque" d'être plébiscité par le corps électoral. Relancer une mirifique, virtuelle et potentielle GrandE Traversée est une tactique bien tardive des opposants à tout projet. De mauvais perdants potentiels, je le crains...

Écrit par : jaw | 02/09/2014

@ Pierre Jenni,

D'accord avec vous, tout devient plus ou moins politique dans notre société d'aujourd'hui ...

Mais pour en revenir à cette traversée de la Rade, vous avez parfaitement raison de relever que je n'ai pas encore vraiment creusé le sujet, mais je vais le faire d'ici au 28 septembre car je n'ai pas pour habitude de voter en méconnaissance de cause. C'est avant tout en raison de l'engagement du TCS pour ce projet que j'ai réagi au billet du Dr Buchs.

Il est vrai que si je reconnais l'importance et surtout l'urgence d'une traversée, je penche plutôt pour une solution autoroutière qui me semble mieux à même de résoudre nos problèmes de circulation automobile. Elle me semble être aussi plus cohérente puisqu'elle permettrait de réaliser une véritable autoroute de contournement, tout en s'inscrivant dans le cadre d'une planification des routes nationales avec un financement de la Confédération, certes après 2030. Si la situation n'a pas évolué jusqu'à ce jour, il faut s'en prendre à nous-mêmes car c'est avant tout à la désunion des parlementaires genevois à Berne qu'on le doit. Genève n'a pas su parler d'une seule voix à Berne.

Concernant les investissements en faveur des transports publics, CEVA y compris, je m'en réjouis. Je relève que dans ce cas également, la Confédération en finance une bonne partie. Je ne vois pas pourquoi d'ailleurs on devrait opposer les transports publics et privés, alors qu'ils sont complémentaires.

Si je ne suis pas un spécialiste des transports, cela ne m'empêche pas d'avoir une préoccupation pour nos finances publiques. Sachant que la dette publique du canton avoisine les 13 milliards de CHF, je m'interroge sur le bien-fondé de tout nouvel investissement tant soi peu important.

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 02/09/2014

Monsieur Buchs, il existe une alternative aux Khmers Roulent du TCS qui travaillent pour le lobby de la bagnole et les importateurs. Vive les CFF, le velo électrique. Lénine n'avait pas de voiture et il a sauvé le monde.

Écrit par : Anastase | 02/09/2014

Monsieur Membrez président du TCS Genève me communique que le chiffre de 800 000 francs est complètement faux.
Le TCS publiera le prix de sa campagne mais qui sera moins du dixième de cette somme.
Donc acte.

Écrit par : Bertrand Buchs | 03/09/2014

Le TCS est dans la ligne de ses statuts. De plus sa position sur la traversée est connue, sauf erreur, depuis avant son assemblée générale du 14 mars dernier. Il n'y a donc pas de surprise. C'est d'ailleurs le TCS qui avait lancé l'initiative victorieuse des années 1990 pour une - déjà! - traversée de la rade. Traversée échouée sur le débat pont-tunnel et sur la mauvaise volonté de M. Grobet.

Tiens, M. Barthassat annonce que si la traversée est acceptée elle ne se fera probablement pas. Drôle de conception de la démocratie.

Ne pourrait-on reprendre un milliard aux fonctionnaires?... :-)
On peut bien trouver une solution pour que Genève bouge.


A propos du TCS:

Le TCS intervient et se positionne sur la mobilité, comme ses statuts l’y engagent.


http://www.tcs.ch/fr/le-club/politique/engagement-politique/

«Le TCS a pour but de sauvegarder les droits et les intérêts de ses membres dans la circulation routière et dans le domaine de la mobilité en général.

Notre club est une association intégrée dans le domaine de la mobilité (entreprise de services et organisation de défense d'intérêts); une organisation de consommateurs, non partisane, qui défend des conditions-cadre de la mobilité conformes aux intérêts de ses membres.

En ce sens, le TCS doit disposer en tout temps des moyens nécessaires pour mener une action politique soutenable et proactive.

En tant qu'organisation de services nationale leader pour la mobilité de tous, nous visons notamment à garantir et promouvoir l'accès à la mobilité (demande des usagers des transports, desserte de base, réglementation et fiscalité équitables), le libre choix du moyen de transport et la sécurité des moyens de transport de ses membres.»


Le TCS est non partisan. Peut-on en dire de même de l’ATE? Je n’en suis pas sûr. L’ATE est fortement marquée politiquement, dès ses débuts Elle ne s’en cache d’ailleurs pas.

Elle a aussi une page sur son site intitulée «Vivre sans voiture». Tout un programme, un aveu politique même.

Écrit par : hommelibre | 03/09/2014

Buchs, il estb bien Membrez ?

Écrit par : Anastase | 03/09/2014

Les commentaires sont fermés.