23/09/2014

Les lendemains qui déchantent...

 

demain.gif

 

Hier soir une image choc.

19h30, le Téléjournal : 2 chiffres.

13 milliards la dette du canton de Genève.

423 millions, la dette du canton de Vaud.

Un canton qui peut avoir des projets porteurs pour l’avenir, investir, imaginer.

Une autre, le nôtre, qui est contraint à une politique d’austérité.

Notre avenir : la réforme de la fiscalité des entreprises qui va coûter très chère, un probable deuxième sauvetage de la caisse de pension des fonctionnaires, un CEVA à terminer, une politique de la mobilité à financer, des bâtiments scolaires à rénover de toute urgence, une possible traversée de la rade à payer, et un projet de région qui est en train de couler.

Dépressif comme tableau.

C’est le moment de retrousser les manches, d’arrêter les postures et d’œuvrer pour nos concitoyens.

Le test : la discussion sur le budget.

L’échec est interdit.

Une réforme de la caisse de pension est nécessaire.

La vente de certains actifs de l’Etat a étudié de toute urgence.

Le transfert de charges sur les communes incontournables en échange d’une plus grande autonomie.

La mise à plat des subventions.

Une réforme en profondeur de notre système social (des aides pour ceux qui en ont besoin et seulement pour ceux qui en ont besoin).

Et si ces réformes ne sont pas suffisantes et seulement dans ce cas, une hausse des impôts.

 

06:43 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

J'aurais aimé que M. Dal Busco pût dire que la dette du canton de Vaud était aussi très lourde il y a 10-15 ans, mais qu'il s'en est sorti. Cependant rarement D. Rochebin n'aura autant interrompu un invité, peut-être cela vous aura-t-il marqué aussi.

Personnellement, il me trotte en tête un plan similaire au vôtre. Mais j'y rajoute d'office une augmentation modérée et temporaire d'impôts, et une diminution des salaires des fonctionnaires, tout autant temporaire et modérée. Cela s'est fait un peu partout en Europe, et sur des salaires de moins de 1'000 Euros, s'il vous plait.

En moins de 10 ans nous devrions être tirés d'affaire.

Écrit par : JDJ | 23/09/2014

Vous avez raison. Il est temps de prendre conscience. Cependant, et puisque le but de M. Rochebin était de comparer Genève au canton de Vaud, l'honnêteté aurait voulu que l'on compare ce qui est comparable. Combien de tâches ont-elles été transférées aux communes dans le canton de Vaud? A-t-on ajouté, dans ce même canton, la dette des communes à celle du canton? A Genève, contrairement au canton de Vaud, aucune commune n'a fait faillite...bien au contraire. On ne compare pas des pommes avec des poires.

Écrit par : mauro poggia | 24/09/2014

C'est énorme! Si j'étais genevois, je demanderais conseil à Pascal Broulis.

Écrit par : Noëlle Ribordy | 24/09/2014

Et le canton de Vaud pour faire croire à sa bonne santé financière a habillement augmenté la valeur foncière de ses bâtiments. Une belle augmentation de l'actif fait bien sûr diminuer le passif!

D'autre part le fisc vaudois garde toujours jusqu'à la fin de l'année le trop d'impôts et ne le rend qu'après les bouclements.

Voilà la méthode "judicieuse" de broullis pour faire croire que c'est un bon gestionnaire et qu'il puisse s'en vanter à longueur d'interview.

Écrit par : Corélande | 24/09/2014

En toute équité, une part non négligeable des impôts des dizaines de milliers de résidents vaudois travaillant à Genève devrait être rétrocédée à Genève. Sauf qu'elle ne l'est pas, ce qui, depuis des dizaines d'années, fait pas mal de milliards au total...

Écrit par : Frédéric César Dupiano | 24/09/2014

M. Poggia a raison : dans le canton de Vaud, il y a des communes endettées malgré les jolis mots employés par les responsables des "dicastères" de la finance pour parler des maux budgétaires ...

On explique les déficits - appelons un chat un chat - par le joli terme : "excédent de charges", la pilule passe mieux auprès de nombre de citoyens qui pensent que tout va bien !

Ceci dit, il faut avant tout se poser la question de rechercher pourquoi un canton ou une commune a des problèmes de trésorerie avant d'accuser telle ou telle personne, c'est un peu facile.

Écrit par : Marie | 24/09/2014

Les commentaires sont fermés.