30/10/2014

Vite une Aspirine...

 

ACG.gif

 

La grande question du concours était qui fait quoi.

Réponses obligées pour le 29 octobre.

Résultats,  un bon élève qui a rendu sa copie, les autres pas terribles.

Et en plus, les cancres sont vexés.

Bref comme dirait l’autre, c’est super mal parti.

La nouvelle répartition des tâches entres les communes et l’Etat fait problème.

Le hic, c’est que depuis hier nous ne connaissons que la position du Conseil d’Etat.  

Avec l’impression d’une petite exaspération de la part de notre exécutif cantonal.

Pas très diplomatique comme façon de procéder. Un questionnaire, des coches et des croix à mettre. Froid et peu sexy.

Alors comme dans tout problème, il faut enfiler sa salopette et mettre les mains dans le cambouis pour essayer de comprendre le fond du problème.

Il semble que les relations entre le Conseil d’Etat et l’Association des communes genevoises soient tendues, pour rester urbain.

Avec cette question qui fâche, mais que j’adore poser. A quoi sert l’Association des communes genevoises ?

Structure opaque et peu démocratique ?

Hier à Forum, notre Président de la République, monsieur Longchamp, a, avec une certaine gourmandise, rappelé que 50% des conseillers municipaux avaient démissionné lors de cette législature.

Si je décode, cela veut dire que les législatifs communaux ne servent à pas grand choses et que tout se mitonne au niveau de l’Association des communes genevoises entre gentes dames et beaux messieurs.

Comme élu carougeois, je n’ai aucun contrôle sur cette structure. Et pourtant je vote des lignes budgétaires la concernant. Je ne suis pas représenté (c’est un club exclusivement réservés aux exécutifs).

Je sais, je peux m’opposer à certaines décisions. Mais pour que mon avis compte il faut qu’un certain nombre de conseils municipaux me suivent. Alors on baisse les bras et on se désintéresse. Impossible de gérer correctement les oppositions.

Je ne peux pas admettre qu’à côté de structures démocratiquement élues et représentatives du peuple, il existe un tel lobby.

Il faut de toute urgence une réforme de cette association, pour qu’elle représente valablement les exécutifs et les législatifs communaux et que toutes ses décisions soient entérinées par les législatifs municipaux.

06:54 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

24/10/2014

Droit dans le mur...

 

Drize2.jpg

 

Les Vaudois se marrent. Nous ne sommes même pas capables de construire un vrai carnotzet, bien visible, ouvert à toutes et à tous, un lieu de convivialité.

Nous voulons nous démarquer dans le genre luxe toujours trop cher, bref un truc qui sert à rien, une lubie, un jouet qu’on désire oublier au plus vite.

Le problème c’est que ce genre d’idées saugrenues, l’Etat en est familier.

Comme disait Monsieur Broulis, si vous voulez faire des économies vous étudiez les dépenses lignes par lignes et vous supprimez tout le superflu.

Quelques milliers de francs par là, quelques centaines par là et à l’arrivée plusieurs dizaines de millions, sans que les prestations soient touchées.

Tenez un autre exemple pour la route de fin de semaine.

Le PDC Carouge en a parlé dans son blog.

Allez au Rondeau de Carouge et prenez la route de Drize.

Et là vous allez voir un mur qui donne directement sur la route, sans séparation, dans une courbe. Et en plus la chaussée a été rétrécie. Bref tous les ingrédients pour préparer un accident grave.

Et pourquoi… je vous le donne en mille, pour garder un mur d’une importance incommensurable, un témoin de je ne sais pas quoi, une lubie de la protection des sites et monuments.

Par rapport à cette réussite routière, le carnotzet des HUG est de la roupie de sansonnet, une joyeuse blague de potache.

Là nous ne sommes pas à 300 000 ou 400 000 francs, mais à plusieurs millions.

Sans compter que malheureusement, si un accident grave se produit, il va falloir tout reprendre et probablement détruire ce sacré mur.

 

07:01 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

21/10/2014

Faut-il subventionner les cliniques privées ?

 

cliniques.jpg

 

Depuis quelques années, l’Etat subventionne les cliniques privées en échange de la prise en charge par celles-ci de patients n’ayant qu’une assurance de base.

Le problème, pour les médecins privés, est que ce système est opaque et qu’il est difficile voir impossible d’en bénéficier pour leurs patients.

Cela dépend principalement du bon vouloir de la clinique et du médecin qui y travaille.

Ces critiques avaient été prises en compte par l’Etat qui avait décidé de diminuer la subvention.

Il semble que Monsieur Poggia veuille tout remettre à plat et renâcle a donner  tout ou partie de la somme promise.

Nous avons reçu un courrier très critique de la part des cliniques privées arguant du fait qu’elles étaient moins chères (8%) et que l’Etat donner 9 millions pour la division privée de l’hôpital cantonal.

La question de fond qui pour moi mérite d’être posée est celle –ci. L’Etat doit-il subventionner le privé ?

Pour le groupe PDC du Grand Conseil, c’est clairement non.

Mais cela doit concerner aussi bien les cliniques privées que la division privée de l’hôpital cantonal.

La députation PDC va donc proposer de supprimer ces subventions dans le cadre du budget 2015, pour une somme d’environ 15 millions, et d’utiliser cet argent pour combler les coupes des prestations sociales décidées par le Conseil d’Etat.

 

 

 

06:50 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

20/10/2014

ça grince au Vatican...

 

Pape.jpg

 

Alors nos charmants évêques et cardinaux, ne veulent pas ouvrir les portes des Eglises.

Ils freinent à fond les manettes.

Diable…permettre à des divorcés et à des homosexuels de vouloir prier et communier.

Mais qui disent nos théologiens en chambre !

Tiens ils n’ont pas parlé des pédophiles. J’en déduis qu’ils sont les bienvenus.

Ridicule, cela sent le renfermé.

Ne t’en fais pas François.

Le petit peuple des fidèles te soutient.

Il est là, autour de toi.

Nous allons écrire à nos évêques que nous voulons que l’amour des autres soit la vertu de notre Eglise.

Pas de différence, pas de rejet.

Une Eglise ouverte et joyeuse qui simplement suit son Pape et le Christ.

Tiens le coup François. On a besoin de toi.

 

07:06 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

14/10/2014

J'ai honte...

 

honte.jpg

 

Comment peut-on décider de ne rien décider ?

Comment peut-on accepter que nos institutions soient bafouées ?

Ce qui s’est passé vendredi soir est plus grave que l’histoire du verre d’eau.

Un élu a décidé d’empêcher un vote qui ne lui plaisait pas.

Il a usé et abusé de toutes les combines. Il a menti comme un arracheur de dents. Il a hurlé, menacé et le bureau du Grand Conseil (par sa majorité) n’a pas bougé le petit doigt.

Nos institutions vont mal, très mal.

Nous cédons à la violence et à la calomnie.

Un parti d’extrême droite impose sa force et nous nous cachons.

« Allez, on se calme, on fait la paix, ce n’est pas très grave ».

Que faut-il de plus.

Nous sommes des couards.

Ce parti qui n’est ni de gauche ni de droite (slogan du FN) se veut le garant de la volonté populaire, de sa volonté populaire.

Le parlement ne doit être qu’une chambre d’enregistrement de la doxa mcgiste.

Cela ne vous rappelle pas quelque chose…

Les dictatures ne sont que le résultat de petites compromissions et de la lâcheté des gens ordinaires.

Il y a toujours un début.

Il faut un sursaut républicain.

Refusons que la prochain acte législatif, le budget, soit pris en otage par le MCG.

Et n’oublions pas que c’est dans les urnes que nous pourront dire un non massif à ce parti.

 

12:48 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

L'évidence ?

 

Daech.jpg

 

Tous les jours nous pouvons lire des avis, articles, éditoriaux sur ces dingues qui ont créée un sultanat entre l’Irak et la Syrie.

Et pourtant je n’ai pas encore reçu des réponses à mes toutes simples interrogations de candide.

Comment 20 à 30 000 hommes peuvent-ils si rapidement prendre le pouvoir sur un tel territoire, sachant que les opposants syriens, qui se battent depuis des années, sont en perte de vitesse et n’ont jamais pu avoir un tel succès ?

D’où vient l’argent ?

Est-il vrai que l’administration du régime syrien est toujours en place et est payée avec régularité par ce même régime ?

Qui encadre ces soldats ?

Qui les a entraînés ?

On ne s’improvise pas combattants. Il ne suffit pas de brandir une Kalachnikov pour être crédible.

 Très clairement des gouvernements ont participé activement au développement de cette armée.

En donnant de l’argent, en fermant les yeux sur les camps d’entraînement ou pire en la créant et en la souhaitant.

C’est donc à ces pays de faire le ménage et non aux pays occidentaux.

 

 

 

07:52 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

07/10/2014

la pédagogie de l'effort...

 

effort.jpg

 

Le conseil d’Etat a mis les TPG devant leurs responsabilités.

La mise en place de la baisse des tarifs se fera sans moyens supplémentaires.

« A vous de vous débrouiller »

Le message est limpide.

Les TPG ont travaillé vite, ils ont proposé des solutions, le Grand Conseil arbitrera.

La même question peut se poser au sujet du budget, avec cette fois le Grand Conseil dans son rôle de Chef d’orchestre.

On vous alloue une enveloppe de X millions par politiques publiques, à vous de faire avec.

Nos 7 conseillers d’Etat sont obligés de défendre leurs prérogatives et leurs services.

Résultat un budget de compromis, très fragile, une mécanique de précision, un effort louable mais sans aucune volonté de réforme en profondeur de l’Etat.

Il ne faut pas se fâcher.

En mettant les TPG devant le fait accompli, le CE les a obligé à se réformer et à faire un travail de prospective qui a longtemps été mis de côté.

A nous de transmettre le même message au Conseil d’Etat.

Il faudra que vous fassiez avec…

 

06:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | | |