04/11/2014

Deuxième essai.

 

secret4.jpg

 

Monsieur le Conseiller d’Etat Poggia a présenté dans la presse, hier, l’amendement général qui a pour but de corriger son projet de loi sur le secret médical concernant les détenus potentiellement dangereux.

On ne parle plus de ce satané secret médical mais de collaboration, d’obligation et de la commission de lever du secret.

 

Rappelons d’abord certains faits :

 

  • L’affaire Adeline n’a rien à voir avec le comportement des médecins.

  • La situation actuelle ne pose aucun problème à la Justice et à la direction des prisons.

  • La collaboration existe et elle fonctionne.

  • Il ne faut pas confondre le rôle du médecin expert avec celui du médecin traitant.

  • En cas d’expertise, le secret médical est levé à la demande de l’expertisé.

  • On ne touche qu’au secret médical mais on conserve le secret de l’avocat ou de l’ecclésiastique.

  • Et pour terminer, il n’existe pas, dans la littérature médicale, de critères de dangerosité.

Ce nouveau projet de loi, sous réserve de son examen en commission, semble inutile, car ne modifiant en aucun cas la pratique actuelle.

Un règlement aurait pu suffire.

Il semble que premièrement que l’on veuille faire porter la responsabilité politique de l’affaire Adeline aux médecins.

Deuxièmement, il me semblerait, et j’ai fait cette proposition, plus intéressant de demander au service médical des prisons (qui est en train de devenir un des plus important au monde) de faire un travail de fond sur les critères de dangerosité.

Une fois connus, la discussion pourrait avoir lieu sur des bases solides.

06:35 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

@Bertrand Buchs pour une fois on ne peut que vous donner raison
La belle Genève qui brillait du temps de la Brasserie Mollard et de Jo Johny n'est plus , en ces temps là les sectes n'avaient pas encore autant de pouvoirs ceci expliquant sans doute aussi cela
très belle journée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 04/11/2014

Il semble que premièrement que l’on veuille faire porter la responsabilité politique de l’affaire Adeline aux médecins.

Deuxièmement, il me semblerait, et j’ai fait cette proposition, plus intéressant de demander au service médical des prisons (qui est en train de devenir un des plus important au monde) de faire un travail de fond sur les critères de dangerosité.

Vous êtes tellement aveuglé par votre besoin de défendre votre corporation que vous ne vous rendez même pas compte que vous les enfoncez définitivement dans votre présentation. l'Affaire Adeline a pleinement démontré que les médecins n'avaient mis en place aucun mécanimse de mesure de la dangerosité et qu'ils n'ont par conséquent servi à quoi que ce soit.en En conséquence. ils sont co-responsables de ce qui est arrivé, le secret médical n'est qu'une couverture de leur incompétence,et logiquement doivent faire l'objet d'une supervision par une commission indépendante où devraient siéger également des non-médecins puisque les médecins ont failli à leur mission de protection de la société.
"
"En cas d’expertise, le secret médical est levé à la demande de l’expertisé"

ah bon alors il n'y a aucune raison de s'inquiéter, il est bien connu qu'un violeur en série, un assassin compulsif aura toujours le réflexe de demander la levée du secret médical sur son dossier... Vous voyez Buchs, c'est pour cette raison que je suis totalement opposé à ce que des membres du corps médical exercent des responsabilité politique.Vous êtes irresponsables et dangereux.

Écrit par : Anastase | 05/11/2014

avec le recul certains enfants de Suisses devenus vieux croulants peuvent remercier les anciens généralistes qui au moment de leur retraite ont préférer brûler les dossiers de l'époque ou ils étaient tous leurs petits patients
Sans doute avaient-ils dès 1970 compris les nombreux dérapages qui surviendraient avec l'arrivée de l'informatique ou comment utiliser certains secrets médicaux pour en faire des feuilletons ou séries télévisées voire même ressortir de vieilles affaires de famille qui ne regarde personne excepté les enfants eux-mêmes mais qui grâce à leur excellente mémoire auront pu écrire leur passé avec tous les actes chirurgicaux endroits et dates compris et conserver à l'abri des curieux leur histoire personnelle
Merci à ces généralistes qui eux voyaient l'avenir et savaient grâce à leur don de prémonition ce que des gens très mal intentionnés feraient plus tard de leurs dossiers manuscrits
Mais peut-être que cette mémoire est le fruit de nombreuses narcoses complètes qui avec le temps remontent dans l'esprit du patient qui n'a jamais pris le temps de se reposer après une intervention chirurgicale,je me suis posée comme beaucoup d'autres cette question restée sans réponse !

Écrit par : lovsmeralda | 06/11/2014

Les commentaires sont fermés.