25/01/2015

Fallait-il accepter ?

 

enfants.jpg


 

La presse de cette fin de semaine nous apprend que c’est un particulier qui va payer, à la place du canton, notre participation au fond de dédommagement pour les enfants placés.

Ce geste est respectable et émouvant.

Reste une question de fond ; le canton peut-il, dans certaines situations d’ordre morale, avoir recourt à une forme de mécénat.

Pour moi, clairement non.

C’est NOUS TOUS que l’Etat doit représenter. NOUS avons failli. NOUS avons laissé ces enfants dans des situations physiques, psychiques, scandaleuses.

Ce que nous apprenons nous bouleverse.

Il faut que toute la communauté fasse acte de repentance.

Donner une certaine somme d’argent ne suffira pas mais c’est un geste symbolique.

C’est à l’Etat de la faire.

Et à personne d’autre.

Je vais intervenir dans ce sens au Grand Conseil.

13:52 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook |  Imprimer | | | |

Commentaires

Je ne me sens pas coupable. Je suis né après les faits, je les aurais condamnés si je les avais connus.
Si vous vous sentez coupable, alimentez le fonds vous-même, pour satisfaire votre bonne conscience. Merci de ne pas utiliser mon argent (mes impôts) pour ce but hypocrite.
Votre temps serait mieux utilisé à dépister et traquer les injustices du monde moderne, et à faire ce que vous pouvez maintenant pour soutenir les victimes des injustices passées, dans les faits, pas avec de l'argent. Ecoutez-les. Embauchez-les. Mais laissez l'argent des générations actuelles en paix.

Écrit par : pasmoi | 25/01/2015

Votre remarque se justifierait si:
1. La responsabilité de l'Etat de Genève était démontrée
2. L'obligation de paiement résultait de l'ordre juridique ou d'une décision judiciaire.
En l'état actuel des choses, le versement n'intervient que sur une base volontaire, et a été calculée, non en fonction de la responsabilité respective des cantons, mais de l'importance de leur population, par une instance, respectable certes, mais qui ne repose pas sur une base légale fédérale ou cantonale.
C'est la raison pour laquelle l'Etat de Genève a considéré, dans un premier temps en tout cas, devoir privilégier l'accompagnement et l'accès aux archives, ainsi que l'effort de mémoire collectif. Inversement, un paiement sans autre mesure, pourrait être considéré comme particulièrement hypocrite.
Cela dit, si un tiers, sensibilisé par cette problématique, tout en comprenant la position du canton, propose d'effectuer ce versement, au nom de quel principe faudrait-il considérer que seules les ressources de l'Etat doivent être mises à contribution?
Position d'autant plus surprenante de la part du chef de groupe d'un parti qui a refusé de voter le budget au motif qu'il prévoyait des mesures d'économies qu'il désapprouvait...

Écrit par : mauro poggia | 25/01/2015

Pensez donc aux victimes d'abord et mettez vous un peu à leur place.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 25/01/2015

Le silence de la presse ne saurait etre passé ...sous silence non plus.

Le seul qui ait osé, à plusieurs reprises dénconcer publiquent ces abus scandaleux fut Jack Rollan dans son Bonjour de Jack Rollan, seul et unique hebdo critique dans le landernau romand dans les années 1950.

Il s'en était pris vigureusement à la nourriture infecte à la Montagne de Diesse et à son régime carcéral abject.

Adolescent, j'étais indigné par ces révélations et quand j'interrogeais les adultes, on me répondait que les maisons de correction étaient des lieux de rééducation:" C'est pour leur bien !:-)"

Quant au généreux don de cette victime, outre qu'il s'agit d'un acte altruiste admirable, il a le mérite d'attirer l'attention sur un des plus grands scandales dont la Suisse se soit rendu coupable.

OUi, oui parlez-en au Grand Conseil et agitez le grelot ! Et lisez le livre de Philippe Frioud, une victime de ce système honni.. Je le connais depuis plus de trente ans.Jamais il ne m'a soufflé mot de son martyre. Pourquoi ?

"Trop douloureux ! "

Écrit par : jaw | 25/01/2015

en sommes-nous arrivés là en Suisse, où des contribuables doivent dire "Vive Mister" !?

et devront s'incliner, en territoire de démocratie directe helvétique, pour devoir dire et élire: "Vive le Qatar" ou ses semblables,
qui mécennent en Fr voisine: le sport, des aéroports, des vignobles bordelais, des quartiers entiers de la capitale, etc

tout comme en l'occurrence
ces mêmes mécènes walabistes saoudis ou quatariens financent le djihadisme

Écrit par : genevois déshérité | 25/01/2015

La solution vraiment élégante aurait été de diriger le donateur directement vers le fonds de dédommagement. Je ne vois pas en quoi on interdirait à un privé d'y contribuer. Si grâce à ce mécène, le fonds est mieux doté que prévu, on ne pourra que s'en féliciter. En revanche, vous avez raison sur un point: l'Etat de Genève ne saurait se dégonfler parce que quelqu'un d'autre va payer. Donation ou non, Genève ne paye pas, point barre. Au canton d'assumer son refus. L'argument de ceux qui estiment n'y être pour rien parce qu'ils n'étaient pas nés à l'époque est particulièrement odieux. Il rappelle la sinistre formule du chancelier Helmut Kohl au sujet de la "grâce de la naissance tardive". N'importe où, en Suisse, en France, en Allemagne ou en Russie(!), les générations d'aujourd'hui doivent assumer leur histoire, y compris les pages les plus sinistres. Assumer moralement, cela ne signifie pas en répondre devant la justice. Mais devant l'opinion des autres. Et pour les croyants, devant Dieu.

Écrit par : Jürg Bissegger | 25/01/2015

@Jaw vous posez une question très intéressante ,à savoir pourquoi beaucoup ont gardé le silence plus de 60 ans avant de pouvoir s'exprimer librement sur ce qu'il faut bien nommer un sujet dont encore aujourd'hui et tout dépend de la phase lunaire ,on a peine à parler ou alors on ne désire même plus en parler
Parce que coups et gifles étaient souvent le retour à une seule plainte et personne ne voulait croire ce qui leur était arrivé ,tout le monde mentait pour sans doute sauver les apparences alors pourquoi auraient -ils été entendus, d'ailleurs avec les difficultés de la vie et le présent balayant toujours le passé ,Internet est arrivé et aura permis à beaucoup de se libérer de ce qu'il faut bien nommer un cauchemard
Nous on a eut de la chance ,les enfants* Ciba Geigy* souvent hospitalisés ,visites interdites mais on avait à manger et surtout les coups ne pleuvaient plus à l'improviste ,on a rendu service à la science médicale .
De toutes manières on vivait dans un monde à part ou seuls les religieux avaient le droit à la parole et l'instruction des enfants était leur seul souci peu importaient les moyens c'était le résultat qui comptait
Comme quoi chaque cas est différent mais tous ont un point commun la souffrance le plus souvent cachée derrière un large sourire car se plaindre était honteux surtout avec la misère montrée dans les films de Chaplin
Le geste de ce mécène habitant Genève ne peut être que loué mais beaucoup aujourd'hui n'étaient même pas nés au moment des faits tandis qu'énormément de victimes sont déjà mortes et ce depuis longtemps
Pouvoir s'exprimer et écrire sans crainte des coups représente une liberté que beaucoup ne pourront jamais comprendre et c'est normal chaque vécu étant différent

Écrit par : lovsmeralda | 25/01/2015

@Pasmoi c'est vrai vous n'avez pas à vous sentir coupable vous n'y pouvez rien et sans doute que vous comme beaucoup d'autres n'étiez pas nés
Nous on nous a fait porter le martyre de la croix du Christ c'était tellement inscrit dans nos chairs qu'ensuite nous nous sommes aussi sentis coupables de la cruauté nazie qui avaient conduit tant de juifs ,tziganes et autres dans les camps
Oh certains *éduquants * avaient compris notre soumission et ne se génèrent pas pour nous faire endosser tous les malheurs du monde
C'est là dessus que beaucoup ont tablé en montrant des images encore plus sordides pour nous faire oublier nos propres épreuves
Heureusement qu'en étant soignant on a appris à ne plus se laisser envahir par les malheurs d'autrui on a déjà assez a faire avec les nôtres sans encore en rajouter
le manque d'amour et de tendresse ne se remplaceront jamais
Aussi je vous en prie surtout ne vous sentez pas coupables
Notre génération a payé le prix fort pour la culpabilité que certains ont eut à cœur de nous faire endosser .alors c'est fait pour trois mille ans sinon nous aurons vraiment été martyrisés pour rien
Je ne sais pas si vous avez remarqué mais ceux qui essayent de vous embarquer dans le bateau de la culpabilité collective sitôt le truc amorcé ils partent en vacances sous d'autres cieux .Car si vraiment quelque chose avait du se faire pourquoi attendre 2015 ? depuis 1923 alors que tout se savait depuis très longtemps y'a comme anguille sous roche
Surtout qu'en Suisse l'histoire de Giorgio le petit Tessinois était connue de beaucoup de lecteurs sans compter les Frère Noirs qui relate des faits remontant à 1838,livre écrit par Lisa Tetnez aux éditions Neuf de l'école des loisirs
très bonne soirée pour vous

Écrit par : lovsmeralda | 25/01/2015

fallait se réveiller avant de laisser s'installer une majorité d'expates anglo-saxons proprios de Carouge, et avant de laisser une majorité d'élus franco-fr aux commandes de la Ville / du canton de Genève.

Écrit par : genevois déshérité | 25/01/2015

De toutes manières c'est quand même bien le Pape Pie 12 qui est le plus grand responsable et ils auront été nombreux en Suisse tous cachés derrière leurs volets assistant en riant *aux tabassages* des gamines et ceci en pleine rue Lesquels ont pris fin en 1956 grâce à des Réfugiés Hongrois qui eux n'ont pas hésité à intervenir
On ne les remerciera jamais assez!
Quand à critiquer ce mécène il faut être ou jaloux ou vraiment faire preuve de mauvaise foi

Écrit par : lovsmeralda | 26/01/2015

Dites-moi Mauro, vous n'avez pas du travail à faire au lieu de zoner sur les blogs. Quant à vous Buchs, qui avez un oursin dans le porte-monnaie, vous n'avez qu'à mettre la main à la bourse si vous voulez votre conscience. Laissez l'Etat en dehors de cela.

Écrit par : Anastase | 26/01/2015

Les commentaires sont fermés.